Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Robot : Les bonheurs
 Publié le 31/07/15  -  11 commentaires  -  703 caractères  -  254 lectures    Autres textes du même auteur


Les bonheurs



Étalés en légères couches
sur la palette du bonheur
scintillent des traits de couleurs
à prendre par petites touches.

Ce sont des huiles délicates,
de frais épanchements du cœur,
enrobés d'un parfum de fleurs
ou des effluves d’aromates.

Les délices comme à la fête
portent des capes de velours,
ainsi parés de leurs atours
ils ont d’heureuses silhouettes.

Des orbes de roses lascives,
des tracés de volutes d’or,
ornent en relief le décor
d’une félicité furtive.

Instants fugitifs, indociles,
difficiles à retenir,
ils vivent dans le souvenir ;
doux battements d’ailes fragiles.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Hananke   
31/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Robot

Ce petit poème tout en douceur et légèreté est bien comme
les bonheurs dont il parle.
Une palette où toutes les couches de l'heur sont étalées, choisies
par un peintre mystérieux au gré de la Vie.

Enrobés d'un parfum de fleur
Ou des effluves d'aromates.
etc...

Le bonheur se cache également avec le 3ème quatrain.
Il faut le dénicher.

Une félicité furtive
Doux battements d'ailes fragiles.

Au final, un joli petit poème, mais vous me connaissez,
je reste persuadé qu'un traitement classique aurait encore
élevé ces quatrains.

   papipoete   
31/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Robot; sur la palette du bonheur, nous avons le choix entre plusieurs couleurs. Tel le marchand d'épices sur le marché; << approchez, venez voir!
Des épanchements de coeur, de savoureux délices portant capes de velours, et décor d'une félicité furtive >>
Mais ces teintes évoquent des instants fugitifs, difficiles à retenir. Ils remplissent l'herbier de nos souvenirs, trèfles à 4 feuilles, pétales de roses, fleurs de tilleul. Enivrons-nous de ces battements d'ailes tels papillons au vol gracile, avant qu'une ronce ne vienne griffer les pages fragiles de cet album aux merveilles!
Je suis " un peu fatigué ", et ne puis analyser à fond le bâti de ton poème, et ne vois pas la raison du classement " en contemporain " de ton doux tableau.
Le 3e quatrain est mon préféré.

   PIZZICATO   
31/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Charmante idée que cette " palette du bonheur ".
De belles images délicates, colorées et parfumées.
" de frais épanchements du cœur,"
" Les délices comme à la fête
portent des capes de velours,"
" roses lascives "
Un fort joli dernier quatrain.

   Anonyme   
31/7/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bien écrit ce poème qui met l'eau à la bouche mais sans rassasier vraiment.
C'est l'effet que ça me fait, un texte gentillet, parlant du bonheur de certains instants fugitifs comme vous l'écrivez.
Peut-être, mais sans doutes n'était-ce pas votre propos, j'aurais aimé avoir un aperçu plus précis d'un de ces instants, un seul, mais unique.
Ici, à les évoquer tous, il me semble qu'ils se diluent dans un pastel artistique certes mais un peu trop flou, bon la peinture pour cela est bien trouvée…et parler des petits riens qui font la vie belle, je comprends l'intention et je trouve ça très bien (mais il faudrait quelque chose qui me les fasse sentir plus dans leur spécificité, même s'ils sont très communs ou simples, ç’aurait été très fort du coup).

Le vocabulaire choisi doit aussi bien servir votre dessein (dessin) mais je le trouve un peu ennuyeux, moi qui ais beaucoup de difficulté à goûter la poésie classique (ici on est en contemporain), sans doutes en partie par manque de culture classique (ou culture tout court), mais aussi par une espèce de monotonie des images, des mots utilisés, des sentiments presque impersonnels tellement ils semblent 'stéréotypés', ressassés, ce qui est sans doutes normal, bref question de sensibilité (à plusieurs niveaux).

Si je relis, je trouve que ces bonheurs-là sont plutôt des plaisirs, comme un petit côté 'épicurien' que je n'aime pas trop à cause du satisfecit que ça implique parfois.

En résumé, ça manque peut-être un peu de sel, à mon goût, ça me semble un peu trop impersonnel aussi.

Petit bémol aussi pour la suite 'félicité furtive.'...'Instants fugitifs'.
D'abord j'ai pensé à une répétition - encore qu'il y a trois mots commençant par 'f' (on m'a dit récemment que les mots commençant par 'f' sont parmi les plus difficiles à chanter (?) - mais ce sont des mots différents, j'ai creusé ce que ça me fait : une félicité furtive c'est un peu comme si elle se cachait, un peu honteuse peut-être, et un instant peut-il être autrement que fugitif.

J'aime bien le tout dernier vers, peut-être le plus simple de tous.

À vous relire.

Cordialement

Corbivan

   sqark   
31/7/2015
 a aimé ce texte 
Pas
Comme dirait Astier en goûtant du café...

Il faut déjà dire que les octo n'aiment pas trop les rimes embrassées, puisqu'on a au centre des rimes plates qui semblent bien redondantes.

Il est bon parfois d'être vague, en poésie. Il faut suggérer les choses : la poésie, c'est de la séduction, rien de plus. Mais ici, vous ne me sugtgerez rien et il me semble même que vous n'êtes pas en mesure de disserter cruement d'une chose, ce q ui est pourtant la plus vulgaire de toutes les possibilités.

   Pussicat   
31/7/2015
Magistrale évocation de l'art pictural en miroir avec l'humeur de l'auteur, à savoir... "sur la palette du bonheur"... (?)
Petits bémols :
la redondance de la lettre "d" dans certaines strophes, comme celle-ci, est dure à l'oreille :

"Ce sont - des - huiles dé-licates,
de - frais épanchements - du - cœur,
enrobés - d'un - parfum - de - fleurs
ou - des - effluves - d’a - romates."

et ce vers passe mal : "ornent en relief le décor"... gloup's !

Je retiens... tout ! sauf les deux petits bémols.

Je me suis régalée comme on se régale à picorer des mini-gâteaux lors d'un vernissage... après avoir goûté le travail, c'est entendu.

Le sujet est traité avec grâce et retenu, point d'art pompier, tout en touches légères et délicates, l'auteur maîtrise son sujet jusqu'au bout : la dernière strophe est superbe. Bravo !

à bientôt de vous lire,

EDITION : "Des orbes de roses lascives" je reviens pour la musicalité de ce vers et son petit penchant oxymore...

   leni   
1/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
les couleurs de la palette du bonheur Belle idée
A chacun sa couleur

Des orbes de roses lascives,
des tracés de volutes d’or,
ornent en relief le décor
d’une félicité furtive.
C'est un texte élégant distingué procédant par petites touches....
BRAVO
Mon salut cordial Leni

   Anonyme   
2/8/2015
Beaucoup de délicatesse dans ce poème.
Petites touches de couleurs qu'accompagnent de doux parfums. Chaque quatrain comporte un mot dont l'idée ponctue tout le texte : bonheur, épanchements du cœur, délices, félicité. Le côté subtil et l'impression éphémère des sensations sont rendus par deux qualificatifs qui sont très rapprochés, je trouve : furtive et fugitifs. Mais je n'ai pas perçu cela comme étant redondant.
En résumé, un joli tableau tout en finesse qu'accompagnent des sensations olfactives aussi agréables que ténues.

   Robot   
2/8/2015

   Anonyme   
3/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Des petits bonheurs fait de tout petits rien

Vous en avez fait une aquarelle de couleurs

et une description des plus belles
"Des orbes de roses lascives,
des tracés de volutes d’or,
ornent en relief le décor
d’une félicité furtive."

Quad à ces instants fugitifs .....oh combien il est vrai de dire que le bonheur est volatile , j'ai envie d'ajouter

Le bonheur c'est tellement de choses
Si fragile qu'un petit rien l'indispose

merci

   ameliamo   
20/8/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Si délicat, si harmonieux, si mignon.
« Ils vivent dans le souvenir ; doux battements d’ailles fragiles » Emouvant !


Oniris Copyright © 2007-2018