Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Romuald : La lune triste pour la Terre
 Publié le 27/07/20  -  9 commentaires  -  789 caractères  -  176 lectures    Autres textes du même auteur


La lune triste pour la Terre



Cette nuit, la lune est oisivement couchée ;
Ainsi qu'un mannequin, cloué sur un coussin,
Qui mollement agite une palme mouillée
Afin de rafraîchir la pâleur de son teint,

Elle lorgne sur la Terre, encore tout enrhumée,
Par la pluie de ses pleurs, un regard de chagrin,
Qui transperce l'azur d'une lame argentée
Et réveille les morts, enterrés ce matin.

Quand parfois un vivant traîne parmi les tombes,
Et voit sortir au loin la mort des catacombes,
Ce désespéré qui maudissait l'éternel

Garde le souvenir de ces visions opales,
Qui traînent dans son âme ainsi que des vieux râles,
Et le suivent partout, dans le moindre tunnel.


Inspiration : Tristesses de la lune, C. Baudelaire


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Myo   
15/7/2020
 a aimé ce texte 
Pas
Un texte qui n'a pas vraiment sens à mes yeux
" un mannequin cloué sur un coussin " ?
" la terre.... enrhumée " ?

Présenté en classique mais comporte de nombreuse erreurs

1er vers erreur à l'hémistiche
5e vers 14 pieds
des rimes pauvres ...

Désolée ... je n'ai rien ressenti.

   Eclaircie   
16/7/2020
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour,

Pas facile d'écrire après Baudelaire, risqué aussi.

Je suis désolée, ce poème ne m'a pas touchée, atteinte.
La construction assez proche du poème inspirateur, l'emploi de mêmes mots (coussin, opale, azur ) ajoutent au parallèle entre l'inspirant et l'inspiré, au détriment, j'avoue du poème ici présenté.
Pas assez de fluidité, le premier vers n'est pas harmonieux à l'oreille, l'ensemble guère plus.
Le premier tercet évoquant un des Poètes Maudits manque d'ampleur, à mon avis.
Le travail est palpable, dans ce poème, mais pour moi, l'objectif pas atteint.

Bonne continuation,
Éclaircie

   Harvester   
27/7/2020
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour,

Soyons juste : le modèle choisi ne me paraît pas non plus des meilleurs parmi les textes de Baudelaire. Je trouve même que son poème est un peu au-dessous de son talent habituel. C'est Baudelaire soit, mais ça ne pardonne pas tout non plus.

A partir de là, il était peut-être évident que le résultat soit tel et ne me ravisse guère mieux que son modèle.

Ce n'est pas si grave, ce n'est que de la poésie n'est-ce-pas ?

Merci de ce partage

   Anje   
27/7/2020
 a aimé ce texte 
Pas
Tristesses de la lune
Charles Baudelaire
Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse ;
Ainsi qu’une beauté, sur de nombreux coussins,
Qui d’une main distraite et légère caresse
Avant de s’endormir le contour de ses seins,

Sur le dos satiné des molles avalanches,
Mourante, elle se livre aux longues pâmoisons,
Et promène ses yeux sur les visions blanches
Qui montent dans l’azur comme des floraisons.

Quand parfois sur ce globe, en sa langueur oisive,
Elle laisse filer une larme furtive,
Un poète pieux, ennemi du sommeil,

Dans le creux de sa main prend cette larme pâle,
Aux reflets irisés comme un fragment d’opale,
Et la met dans son coeur loin des yeux du soleil.


La lune triste pour la Terre étant inspirée de ce sonnet, il me paraissait utile de le joindre pour ceux, comme moi, qui ne ne le connaissent pas par cœur.

S'inspirer d'autres auteurs n'est pas interdit mais pasticher peut être risqué. L'exercice n'est ici pas très convaincant malgré le travail qu'il a dû imposer.

Pourquoi la Terre avec une majuscule et la lune minuscule ?
Deux fois le mot "mort" en trois vers, cette répétition n'est pas des plus habiles.

Je ne peux m'enchanter ni pour la terre, ni pour la lune...

   ANIMAL   
27/7/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je ne connais pas le poème de Baudelaire et n'ai pas voulu le lire afin de n'être pas influencée.

Ce texte comporte de très beaux passages, comme la première strophe qui évoque la pâle nonchalance de la lune. Les mots "oisivement, cloué, mollement" sont tout à fait adaptés à créer une ambiance contemplative.

Pour les strophes suivantes, l'image des pleurs de la lune qui seraient comme une rosée sur la Terre est jolie. La transition avec les morts est un peu brutale. La lune éclaire-t-elle un cimetière ? J'ai eu à cet instant la sensation de passer à un autre thème, concernant Halloween.

Cette seconde partie est très poétique aussi mais bien plus hermétique et me prive d'une chute que je n'ai pas comprise.

De belles choses, donc, dans ce poème mais un ensemble un peu déroutant.

   papipoete   
27/7/2020
 a aimé ce texte 
Un peu
bonjour Romuald
Pourrais-je dire qu'il est plus facile de provoquer les larmes, que de faire paraître au coin des lèvres un sourire ?
Aussi, vous lisant, je ne vois pas là une comptine à lire au petit, quand s'annonce le marchand de sable !
la Lune est pourtant douce confidente, à qui l'on confie ses joies et peines, mais même voilée de brume, elle n'inspire " le mort à sortir de ses catacombes... " Je la vois toujours pareille, mais plutôt gaie que l'âme de travers !
La première strophe pourtant me semblait de bon augure, avec son image de sirène alanguie mais le TITRE est sans appel ; l'astre nocturne est triste !
NB se confie-t-on au Soleil, alors qu'il a tant à faire de ses rayons, et ne point consentir à nous tendre un rai attentif !
Techniquement, au 4e vers, ( c'est la terre qui est mouillée ? ) put s'écrire différemment pour éviter une équivoque ?
le 5e vers perd pied, et chausse soudain du 14 ! alors que tous ses frères " font " bien du 12...

   Stephane   
27/7/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bravo Romuald pour ce très beau texte.

Le poème est d'une profondeur indéniable et "La lune triste pour la Terre" une poésie en soi.

C'est un jeu de clair-obscur entre cette lune "oisivement couchée" (très belle formule) et ce matin qui peine à se réveiller, mouillé par les pleurs de cette lune qui regarde la terre d'en-haut (une représentation de la pluie de toute beauté).

Bravo !

Stéphane

   Provencao   
28/7/2020
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Je n'ai guère accroché à votre lune triste pour la terre. J'ai trouvé que la forme de votre poésie se voulait préfabriquée, dans un déséquilibre mesuré.
Votre contenu s'émancipe du possible, du réel, accusé par l'inopiné, l'incohérent, l'incongru.

J'ai eu l'impression que vous vous êtes amusés à des associations de vers, de caricatures, d'images et clichés baudelairiens que suscite la rime qui ne ralentit pas la raison, mais ferait naître spontanément le mot l' un dans l' autre.
Serait-ce de l'hermétisme?

Au plaisir de vous lire
Cordialement



   Lulu   
28/7/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très beau texte, Romuald.

"La lune triste pour la Terre" est en soi un beau titre. Le poème est très à la hauteur de part ses images sans connotations particulières a priori lors de ma première lecture. J'ai songé assez vite, il est vrai, à des peintures inventées qui n'ont rien à voir avec le poème de Baudelaire qui ne me vient pas à l'esprit et que vous avez mis en lien. Je ne l'ai pas encore lu pour apprécier votre texte plus objectivement.

J'ai aimé les sonorités de ce poème bien construit. Le rythme y est à mon sentiment impeccable.

La comparaison de la lune avec un mannequin dans le premier quatrain m'a semblé presque osée, mais elle juste ce qu'elle est : une comparaison, une image intéressante qui n'enlève rien à elle-même.

Il suffit de lever les yeux...

Merci de votre partage !

Bonne continuation.


Oniris Copyright © 2007-2020