Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
rosebud : Les rois fainéants
 Publié le 06/06/15  -  7 commentaires  -  1079 caractères  -  216 lectures    Autres textes du même auteur

"Nor shall my Sword sleep in my hand" – William Blake


Les rois fainéants



Les monarques superbes ont des hontes à cacher.
Car la fée Carabosse non conviée au baptême
A chargé leur frêle barque de vœux comminatoires
Et depuis leur naissance sous les pompes royales
Ils traînent aux quatre vents leur intranquillité.
Ainsi, ces piteux vieux gamins dévoyés,
Peureux comme des chiots, enragés comme des chiens,
La bave à leurs babines et la foire au cul,
Tripotent leur sceptre comme des enfants vicieux.
Ils sont à l’image de leurs armes moisies :
Un lion couché à la crinière postiche,
Un aigle déplumé aux ailes arthritiques.
Mais un jour d’inaction ordinaire, alors qu’ils somnolent,
Repus, inquiets, les fesses froides talées
Sur leur trône de pierre qui leur donne la cliche,
Bredouillant en rêve de vagues menaces,
La tête retombant, le nez bourbon morveux
Dégouttant sur la lippe,
Leur couronne roule au sol dans un bruit de gamelle.

Et pendant ce temps-là, insouciant, radieux,
Le roi soleil dévore avec avidité son cœur de neutrinos.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bipol   
15/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ils sont à l’image de leurs armes moisies :
Un lion couché à la crinière postiche,
Un aigle déplumé aux ailes arthritiques.
Mais un jour d’inaction ordinaire, alors qu’ils somnolent,
Repus, inquiets, les fesses froides talées
Sur leur trône de pierre qui leur donne la cliche,

entre autres

votre texte est éloquent

le tableau est magnifique

il est composé de dessins montrant ces braves rois

et je suis très sensible à votre peinture

j'ai beaucoup aimé

   Anonyme   
6/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce texte était passé dans mon espace lecture et avait attiré mon attention. Ravi de le voir publié. Il y a un style et un ton ici qui me plaisent vraiment.
Il me rappelle un poème de Baudelaire - Je suis comme le roi d'un pays pluvieux -
Qui sont ces monarques ?
On pense à toutes sortes de "grosses légumes" en fait et pourquoi pas même aux stars fugaces de téléréalité. Bon là j'exagère.
Peu importe, j'aime l'ambiance qui ressort de ce poème.

   PIZZICATO   
6/6/2015
 a aimé ce texte 
Pas
Je n'ai pas trouvé à ce texte un but véritable ; qu'une diatribe sans grand intérêt, même sans intérêt aucun, alourdie par des comparaisons assez malvenues, à mon sens.

Au sujet de ces Rois fainéants, je reprends l'expression de Coluche :<< Je ne suis ni pour ni contre, bien au contraire >>.

   Francis   
6/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime cette plume qui désacralise le titre suprême. Sous les apparats, il n'y a qu'un homme avec un sceptre, une couronne mais aussi son arthrite, ses diarrhées, ses angoisses... Symboles du pouvoir absolu, divin, dans leur lit ou sur les toilettes, ce sont des mortels dont le règne est lié au contexte historique.

   Robot   
6/6/2015
A franchement parler, ce n'est pas le meilleur pamphlet que j'aie lu. Les dénonciations passent mal en poésie versifiée sauf si on sait y introduire des formules courtes et cinglantes:
"L'autre jour au fond d'un vallon
Un serpent piqua Jean Fréron
Que pensez vous qu'il arriva
Ce fut le serpent qui creva."
Voltaire
"Je ne puis rien nommer si ce n'est par son nom
J'appelle un chat un chat et Rolet un fripon"
Boileau
Pour moi, votre texte manque de force et ces rois fainéants pourraient dire "Même pas mal..."
Par contre, je reconnais beaucoup de qualité à l'écriture.

   Anonyme   
11/6/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Quel pamphlet !
Oui, ça m'a bien fait rire : ces bons rois fainéants à l'oeuvre... d'inaction !
Finement écrit, finement ciselé.
Un grand bravo !

   Pussicat   
12/6/2015
La difficulté avec ce genre de poésie, et que je n'ose aborder, est, pour moi, qu'il faut donner à la fois du souffle, du rythme, un style, des images force qui choquent et restent en mémoire, une poésie et du sens.
Je ne lis rien de tout cela dans votre poème pamphlet dont j'ai du mal à saisir l'objet.
Je n'accroche pas du tout,
à bientôt de vous lire,


Oniris Copyright © 2007-2020