Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Safwa : Des fragments dans lesquels s'illumine le silence
 Publié le 09/03/09  -  10 commentaires  -  3383 caractères  -  158 lectures    Autres textes du même auteur

De courts poèmes.


Des fragments dans lesquels s'illumine le silence



Chansons (1)

Dans l'apogée de ton silence,
S'élèvent les anciens secrets
Les plus fragrantes des chansons
S'épanouissent dans les pétales d'une fleur abandonnée



Chansons (2)

Le vent chante
Tes chansons disparaissent dans la ville du désir embrasé
Le vent, n'a de ferveur
Qu'à ton silence lumineux



Bourgeonnement

Dans un coin reculé du désert de mon âme,
Je dépoussière les ténèbres
Te voilà bourgeonnant
Telle qu'une fleur d'une coloquinte



Absence

Hâtivement
J'épuise toujours mes particularités
Avec la carence
Pour qu'à son sein, me rende le moment obscur



Extinction

Satisfaite, je m'éteins…
Dans les ruines luxuriantes de tes bras,
J'étreins l'éternité



Rendez-vous

J'harasse mes rendez-vous
De toi, je procrée un temps conquérant
Ne cédant à aucun règlement



Virilité

Tu m’aimes ?
Néanmoins, il n'y a pas de salut
Ta masculinité ne peut jamais se réaliser
Sans ta chute



Supplication

Cette nuit est saoulée
Et je quémande quelque peu d'une vie
Le murmure de ton sourire qui m'habite
Se couvre du silence



Chute

Tout gêne ma fusion en toi
L'épitaphe que je t'avais édifiée lors d'une chute
Sculpte pour la chanson
Ses hivers sempiternels



Assoupissement

Là-bas, où l'effondrement de l'étoile
S'assoupit ton rêve…
L'amour saint se baigne
Sous les premiers rayons d'une aube inhumée



Embrassade

Il nous arrive parfois
D'étreindre les éclairs
Pour nous humecter avec nos cendres



Avènement

Tu parviens de lointains confins de l'oubli
Sur les ailes de l'obscurité
La pluie est surchargée de ton exquise odeur
Et ton pégase devance le vent



Musique (1)

La Mer étale ses chansons
La musique est un éclat distrait
S'abritant dans le sanglot d'une vague sourde



Musique (2)

La forêt fait émerger ses hymnes
La musique est un éclat passionné
Résidant dans les chuchotements des branches
D'un pin dépouillé



Sanglots

La nuit est dispersée dans le royaume du silence
La voûte nébuleuse sanglote
Dans mes côtes, les perles répandues se réfugient



Vision

Je ferme les yeux
Je parcours les étendues de mes vastes obscurités
Dans un coin reculé auquel mes mains ne peuvent point toucher
Je perçois Dieu



Aube

Une aube saignant un silence qui me hante
Une aube saignant la poussière
Une aube libérant les oiseaux de mes cris
Pour les étrangler



Hier le bon

"Tu es une fleur dans le nœud d'un temps rugueux ma fille"
A dit Am Saber de sa pleine solitude
Et il est parti en étreignant un temps
Qui ne peut jamais trahir


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
9/3/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Que voilà une très belle surprise. En lisant ces fragments je ne peux m'empêcher de penser aux "spasmes" d'un autre auteur onirien.
De très belles tournures et un style impeccable ressortent de certains de ces fragments. Je pense notamment à :
Extinction, Chute, Assoupissement ou encore embrassade qui restent mes préférés.

   Anonyme   
9/3/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
De courts poèmes magnifiques, subtils, à la syntaxe parfois bien torturées, mais quelle force d'évocations et quelles images sortent de ces petit bouts de rien... Un magnifique travail...

Dans l'apogée de ton silence,
S'élèvent les anciens secrets superbe

Toute la chanson 2 magnifique


Je dépoussière les ténèbres excellent

par contre je n'aime pas : Telle qu'une fleur d'une coloquinte (trop de son durs qui accrochent)


ici, Pour qu'à son sein, me rende le moment obscur,

je lis pour qu'à son sein le moment me rende obscur... mais comme elle est tournée la phrase est bien plus belle

J'étreins l'éternité la magie recommence

Je ne comprends pas bien rendez-vous, mais il sonne bien

Virilité me semble bien ironique, j'adore (mais moins bien sonnant)

Supplication est pas mal du tout

Chute est magnifique (je sais je me répète)

Là-bas, où l'effondrement de l'étoile
S'assoupit ton rêve… très fort j'aime vraiment bcp ces associations

J'aime beaucoup aussi les deux musiques chacune se faisant écho

La musique est un éclat distrait
La musique est un éclat passionné

Tout sanglot est superbe

Il faut être aveugle pour voir Dieu, c'est superbement dit

J'aime beaucoup aussi la violence de l'aube (elle nous arrache à la nuit, non ?)

"Tu es une fleur dans le nœud d'un temps rugueux ma fille"
A dit Am Saber de sa pleine solitude
Et il est parti en étreignant un temps
Qui ne peut jamais trahir

Tu es un poète aucun doute et j'ai adoré te lire. Un joli choc... MERCI

   FredericBruls   
9/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une belle entrée en matière pour Safwa. Je dois dire que ces fragments sont d'une grande qualité formelle, tant pour la prégnance des formulations que pour la musicalité des vers. Embrassade, Vision, Assoupissement sont de véritables petits bijoux. Bravo. Impatient de te relire.

   Nongag   
10/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Il semble bien que je vais avoir de la compétition!!!! C'est très bien et je crois qu'ici on a véritablement affaire à un poète...

C'est inégal, mais globalement c'est inspiré et vraiment beau.

Commençons par le pot! (plein de fleurs à venir).

J’ai pas beaucoup aimé les suivants :

-Chansons (1) : « Les plus fragrantes des chansons » Je trouve le « fragrante » très ordinaire.
-Bourgeonnement : « Telle qu'une fleur d'une coloquinte » Lourd.
-Absence : Pas compris.
-Supplication : « Et je quémande quelque peu d'une vie » J’aime pas cette strophe.
-Hier le bon. : raté celui-là. Les deux « temps » démolissent l’ensemble.

Voilà le plus dur est fait! Ça veut dire que j’ai aimé (à divers degré) tous les autres!

Particulièrement les suivants :
- Extinction : Magnifique
- Embrassade : Ton plus beau peut-être
- Musique (2) : Que dire!
- Sanglots : « Dans mes côtes, les perles répandues se réfugient » Très beau!
- Vision : J’aurais aimé l’écrire celui-là!

Bravo pour l’ensemble!

   Lylah   
10/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je viens joindre ma voix aux compliments déjà formulés... une très belle surprise que ces fragments !
Mes préférés : Embrassade, Musique 2, Vision, Aube, Hier le bon.
D'autres me parlent moins mais l'ensemble témoigne d'un réel univers poétique. Bienvenue Safwa !

   Anonyme   
11/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Oui, il y a de jolies choses. Un premier poème plein de promesses... Comme Nongag, mon préféré est "Embrassade", fort et concis. Sinon certaines tournures font moins mouche (pour moi s'entend), comme "désert de mon âme" ou "lointains confins de l'oubli" par exemple. Bon il y a des répétitions un peu partout, certainement voulues par l'auteur mais cela m'a un poil gêné parfois. Dans "chanson 2" notamment "le vent chante" et juste après "tes chansons". Si on considère l'écrit dans son ensemble on trouve assez (trop) souvent "fleur", "silence".
Voilà, au plaisir de lire les prochains écrits de cette nouvelle plume onirienne...

   David   
11/3/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Safwa,

C'est le nom de la fin qui m'a intrigué, Am Saber, j'ai trouvé un article "Un homme qui est une île" là :
http://www.expat-egypte.com/index.php

Sinon ce sont surtout les retours fréquent du silence qui ressortent, un vocabulaire aussi dans chaque passage qui est joliment sortis d'un registre sombre où il est plus souvent confiné : "Abandonnnée", "disparaissent", "désert", "carence", "ruines", "harasse", "chute", "quémande", "épitaphe", "inhumée", "cendres", "oubli", "sanglot", "dépouillé", "réfugient", "reculé", "étrangler" et "trahir". Certains de ces mots reviennent, mais le résultat de leur emploi est une mise en lumière plutôt que l'inverse, pour quasi tous, peut être "Aube" est plus noire que les autres, mais sinon ils sont des coups d'oeil plutôt rassérénant, teinté d'humour touchant parfois, dans "virilité", "embrassade". Enfin, j'ai bien aimé.

   marimay   
13/3/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Safwa,
Je trouve beaucoup de poésie dans vos fragments de lumière et de silence.
J'en aime le rythme et les images notamment la chanson 1, bourgeonnement, embrassade et musique 1. Mais ces fragments forment à eux tous un ensemble de qualité. Bravo !

   Pluriels1   
25/3/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
18 poèmes en gestation en tes "fragments"! car chacun d'eux peut s'allonger sur d'autres mots et devenir un autre.

Joil travail mais cette découpe me gêne: à peine entré, faut ressortir pour entrer en un autre...

Mes Pluriels d'un: "Faut continuer!".

Mes Amitiés.

   Leo   
30/3/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Quelques petites erreurs de langage, on sent que le français n'est peut-être pas la langue "naturelle" de l'auteur. Bien qu'elle le maîtrise remarquablement dans l'ensemble. En dehors de ces petites choses, il y a plus de poésie dans ces fragments que dans une bonne partie de ce qui est publié ici et ailleurs. Nous avons là un véritable poète, un vrai, un grand, dont j'attends avec impatience les autres productions.


Oniris Copyright © 2007-2019