Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
SaintEmoi : Angoisse
 Publié le 12/02/18  -  6 commentaires  -  859 caractères  -  142 lectures    Autres textes du même auteur

L'angoisse, peur infondée, aussi archaïque que puérile, est je crois maintenant notre sentiment le plus déterminant. Elle nous pousse et nous tire, et, lorsque nous tentons de la comprendre, elle aggrave ses assauts pour demeurer insondable. Ce fut ici une autre tentative, de celle où de l'enfance remonte comme une bile.


Angoisse



Au feutre de cette aube, elle tendra immobile,
Posant sur quelques bouches tous les froids de l'hiver,
Te laissant aux remords de nos gestes futiles,
Animant tes sanglots de larmes à l'envers ;

Vois tout au fond de toi pour la combattre aussi,
Nourris-t'en de lumière d'amour et de silence,
Et quand vient la ténèbre ou bien quand vient la nuit,
C'est la force qui gronde, c'est l'éther qui avance ;

J'ai croisé son bâton dans mes vieilles lectures,
J'ai caressé sa lame aux confins de mes rêves,
J'ai goûté son poison en de nombreux futurs,
Et au fond de ma gorge cette mauvaise sève ;

Aux chemins intérieurs retourne sur tes pas,
Au parfum de l'enfance retourne jusqu'au chais,
Il y reste là-bas, macabre placenta,
Un sang empoisonné qui ne veut pas sécher.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Fowltus   
4/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une écriture travaillée à l'évidence, presque 'classique'.
J'ai aimé les 'larmes à l'envers' ou bien encore ce vers:
'J'ai croisé son bâton dans mes vieilles lectures', celui qui clôt le poème aussi:' Un sang empoisonné qui ne veut pas sécher.'
L'intitulé qui tient en un mot (avec ce qu'il peut représenter dans l'imaginaire) ne me parait pas trop en adéquation avec une certaine habileté que j'ai trouvée dans votre façon d'écrire.
Bonne continuation.
Fowltus en EL

   Anonyme   
24/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un très beau texte, par sa forme bien soignée, étrangement cela nuit un peu au propre du sujet, l"'Angoisse" se trouve minimisée par ce flot de mots "précieux". Is donnent cette forme sans faille, la lecture est aisée.

De petites phrases par-ci-par-là pointe un soupçon de cette dite "Angoisse". A mon sens, c'est vraiment trop peu même après plusieurs relectures. Un vague ressenti s'amorce, plus particulièrement dans la dernière strophe :

" Aux chemins intérieurs retourne sur tes pas,
Au parfum de l'enfance retourne jusqu'au chais,
Il y reste là-bas, macabre placenta,
Un sang empoisonné qui ne veut pas sécher. "

Au vu de la teneur des propos, je perçois bien plus que de l"'Angoisse", c'est plus cinglant et bien plus marquant, cela se pressant comme une souffrance indélébile.

   Synoon   
12/2/2018
 a aimé ce texte 
Pas
L'angoisse m'est assez inconnue, ce poème ne m'est donc sans doute pas destiné. Ceci étant dit, j'ai du mal à me plonger dans ce poème, qui ne m'aide pas à appréhender cette sensation, qui ne m'en donne pas le ressenti.

"Au feutre de cette aube, elle tendra immobile," => le hyatus "tendra immobile" d'entrée de jeu m'a un peu fait tiquer (ça s'enchaîne mal à mes oreilles).

"Nourris-t'en de lumière d'amour et de silence" => "Nourris-t'en" ou "Nourris-toi de lumière [...]" ? De quoi faut-il se nourrir ? J'ai du mal à comprendre la phrase.

"Et quand vient la ténèbre ou bien quand vient la nuit," => j'ai du mal à saisir la différence (entre ténèbre et nuit).

Et d'autres détails encore. Désolé par avance si c'est moi qui suis mauvais lecteur ;).

   Damy   
13/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je m'y retrouve bien. Votre poème, SaintEmoi, me parle et il est ainsi le bienvenu dans ma solitude vespérale où "quand vient la ténèbre ou bien quand vient la nuit,
C'est la force qui gronde, c'est l'éther qui avance ;"
Je suis ainsi en bonne compagnie.
Angoisse m'interroge aussi sur le "retour" de la nature.

Au passage, j'ai buté sur "jusqu'au chais". Je ne savais pas que "chais" avec un "s" était également du singulier.

Merci pour cette agréable lecture.

   Queribus   
19/2/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Je crois deviner deux choses dans votre écrit:
-une très grande maitrise des règles de la prosodie rapprochant votre texte de la poésie classique
-un côté abstrait voire précieux par certains mots qui le rendent difficile d'approche.
Il me semble que la plupart de vos lecteurs ont ressenti la même chose. Plus de simplicité aurait été la bienvenue avec un langage plus concret, des mots et une expression plus accessible, c'est dommage.

Bien à vous.

   Cyrill   
20/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Pour avoir quelquefois connu l'angoisse, j'ai beaucoup apprécié ma lecture.
C'est une bien belle exploration de ses manifestations.
Beaucoup de délicatesse pour essayer d'en cerner les tenants et les aboutissants.
Ma préférence va à la dernière strophe, très forte. Il y a quelque chose d'une évidence !
Merci.


Oniris Copyright © 2007-2018