Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Vasistas : Les yeux clos
 Publié le 12/02/18  -  7 commentaires  -  824 caractères  -  128 lectures    Autres textes du même auteur

Très jeune, je jouais à l’aveugle dans la maison de mon grand-père.


Les yeux clos



Il n’y a pas de fenêtre au mur,
pas de porte à cette maison.
Dans le couloir, les yeux clos,
j’erre d’un pas léger, le plancher reste coi.

Les marches de l’escalier sont usées,
la chambre à l’étage n’est plus éclairée,
les secrets du salon me glacent,
sous la table je trouve un refuge.

Dans la cuisine un vieil homme boit
une soupe claire avec du pain dans un bol.
Son regard ouvre sur le vide,
unique passage entre le grenier et la cave.

J’approche timide et sa main
fraîche me couvre le visage,
tremblante elle me tend la clé
qui ouvre sur la cour.

Je marche maintenant au soleil, ébloui,
je me vois regarder ce rêve.
Au fond du jardin, du haut du cerisier,
j’aperçois les promesses de l’horizon.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   kreivi   
3/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Chér.e auteur.e
En quelques images vous reconstruisez votre monde de souvenirs, en aveugle...
depuis les marches de l'escalier jusqu'à l'horizon
en passant par le grand-père, sa soupe claire et sa main tremblante...
Très belle évocation qui va ouvrir beaucoup de fenêtres chez le lecteur
Ce jeu "aveugle" apporte une dimension inattendue, presque mystérieuse.
Merci pour ce tendre moment de lecture.

   bipol   
12/2/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
bonjour,

je vous ai suivi

pas à pas

dans cet déambulation

du souvenir

lors qu’enfant vous vous preniez pour un aveugle

j'ai adoré l'impression et l'ambiance

   papipoete   
12/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Vasistas
qui n'a pas joué à " colin-maillard ", les bras tendus à la recherche d'un frère, d'une soeur ? L'auteur avance ainsi au milieu d'un rêve, cherchant des mains une chaise, la table et la présence d'un vieil homme dont il fut chéri . Les yeux toujours clos, il avance dans la lumière du jardin qui déroule son grand écran de projection ...
NB le sujet me plaît car je joue souvent à " l'aveugle " pour regarder derrière moi les héros de mon passé, et voudrais même ne plus voir ...
Tendre récit aux vers si sincères, pour qui sait avoir parfois comme projecteur, " les yeux clos " !

   PIZZICATO   
12/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un souvenir particulier qui entraîne le lecteur dans une atmosphère onirique et attendrissante
" J’approche timide et sa main
fraîche me couvre le visage,
tremblante elle me tend la clé
qui ouvre sur la cour "

" j’aperçois les promesses de l’horizon " fort belle image.

   Marie-Ange   
12/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Votre écrit est intéressant du fait des souvenirs qu'ils évoquent, mais pour moi, la sensation "à l'aveugle" ne se ressent pas assez.

C'est un écrit dans l'émotion de ce qui ramène au temps passé, par des images émouvantes, dans une atmosphère un peu particulière.
Ce n'est pas assez marquant, quant à la notion "à l'aveugle", l'expression "Les yeux clos", est plus en adéquation, car c'est souvent les yeux fermés que nous reviennent "plus pertinents" nos souvenirs.

"Jouer à l'aveugle", c'est une chose, l'être c'est tout autre chose, car bien des sens sont mis en éveil, qui ici n'apparaissent pas dans vos propos.

C'est un beau texte, fluide, qui dégage une tendre nostalgie.

   MioModus   
15/2/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Ce texte est vide et creux...
Seuls les deux derniers vers éveillent les sens du lecteur.

   Lylah   
15/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien
C'est joliment écrit... décrit, devrais-je sans doute dire et c'est justement ce qui freine un peu mon entousiasme, ce côté très "descriptif" qui finalement ne m'a guère "emportée" ailleurs.

Un agréable moment de lecture, ce qui est déjà beaucoup...


Oniris Copyright © 2007-2018