Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
HND : Amnésie
 Publié le 11/02/18  -  4 commentaires  -  603 caractères  -  153 lectures    Autres textes du même auteur

Ce texte a pour prétention d'évoquer le grand mystère de l'humanité. Qui sommes nous ? D'où venons-nous ? Et pourquoi ? Seul le silence nous répond. Et la science se heurte à ce temps qui défile, nous laisse seuls et nous rend fous, car elle n'a pas d'explication à notre condition de mortels.


Amnésie



Que s'arrêtent enfin les aiguilles
Qui scandent le temps des vivants
Se faufilant comme une anguille
Entre les tempêtes et le chant

De nos jours qui nous sont comptés
Et du désert de l'habitude
Du bonheur qu'on a oublié
Sur les chemins de solitude

Oublie-moi crie le temps qui passe
Oublie-moi hurle le vent fou
Prends la force, la matière, la masse
Le quantique a d'autres atouts

Pour entendre vibrer les cordes
Sur lesquelles s'agite la horde
De nos souvenirs les plus doux
Oubliés, car qui sommes-nous


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Ramana   
2/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Question on ne peut plus fondamentale sur laquelle se brisent nos êtres limités. la réponse à la question n'est pas un savoir, mais une connaissance. Le savoir n'est que théorique, alors que la connaissance est un vécu. La connaissance est au delà de tous nos moyens d'échange, elle ne se communique pas mais se vit. Mais seul un petit nombre possède la connaissance dont il est ici question. Autrement dit, le "sage" ne peut communiquer sa connaissance du tout, mais il peut en indiquer le chemin par divers moyens en rapport avec l'individualité de celui qui cherche.
"Oublie- moi crie le temps qui passe
Oublie- moi hurle le vent fou"
Ne dites-vous pas comme Platon que toute connaissance est un ressouvenir de notre état primordial ?

   Marite   
11/2/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Un thème très intéressant ce " grand mystère de l'humanité ".
Le traitement poétique du sujet me laisse perplexe. Peut-être un manque de ponctuation ? La lecture des deux premiers quatrains n'a pas été fluide pour moi et je me demande si deux strophes de huit vers "libres"chacune n'auraient pas permis une appréhension plus claire des idées évoquées. L'impératif des rimes et du rythme me semble nuire à l'expression.

   PIZZICATO   
11/2/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
" Le grand mystère de l'humanité " ? La science s'évertue à démontrer ce qu'elle peut expliquer ; mais elle ne peut pas tout expliquer...
" Oublie-moi crie le temps qui passe ". Qu'est-ce-que le temps ? Notre cerveau formaté a sa façon de le concevoir. Mais est-il ce que nous croyons ; existe-t-il vraiment ?
Une multitude de questions auxquelles nous ne savons pas répondre.
" De nos souvenirs les plus doux
Oubliés " pour ma part, une chose est certaine : l'oubli n'existe pas.

Un sujet délicat qui ne peut s'analyser en quelques vers.

   Anonyme   
24/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Vous traitez d'un sujet très difficile et délicat, ce n'est qu'une mince partie de l'iceberg, qu'est "Le temps".

Nous nous heurtons toujours au même questionnement, et cela depuis la nuit des temps. Il est fort probable que cela dure indéfiniment.

Il faudrait entrer dans une discussion certes bien intéressante, mais qui prendrait bien du temps ...

Ce poème reflète une réflexion toute personnelle, ellei en appelle bien d'autres, en cela votre écrit m'a plu. Bien loin d'être fait d'un long discours, il l'amorce ...

Toutefois l'"Amnésie" me semble un peu téméraire. Cependant voilà un choix qui pique la curiosité.


Oniris Copyright © 2007-2018