Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
SaintEmoi : La dispute d'Hypnos et de Thanatos
 Publié le 24/11/16  -  7 commentaires  -  2069 caractères  -  123 lectures    Autres textes du même auteur

Je crois que le poète est parfois le témoin de scènes improbables ou qui n'ont jamais eu lieu, ce qui est en vérité la même chose.


La dispute d'Hypnos et de Thanatos



Un soir que je marchais dans une ville sainte,
Au crépuscule mol d'un émoi étiré,
Suçant mon énergie aux cuillères d'absinthe
J'ouvrais mon cœur aux dieux et à tous leurs secrets.

Aux rideaux entrouverts de ma folie naissante,
Aux vapeurs châtrées de mon souffle curieux,
Les batailles anciennes d'une Olympe mourante
Débordaient de ces livres qui renferment les dieux.

J'étais caché derrière la colonne de marbre,
Dans ce château géant où Zeus commandait,
J'entendais la dispute d'une fratrie macabre,
Chacun se jalousant d'être le préféré.

« Tu m'as volé l'amour de notre mère obscure ! »
Criait dans ce palais de la mort le dieu,
« Je fus le sacrifié à l'ardente morsure,
Moi le fils amarré vers l'enfer et son feu,

Tu habites les rêves de ces hommes ingrats,
Préférant les chimères aux rigueurs de la Terre,
Moi qui suis messager de l'heure de leur trépas
Je n'ai en récompense que leurs caveaux austères. »

« Penses-tu Thanatos que je suis à envier,
Moi qui ne suis plus rien en ce lieu de pouvoir ;
Je ne préside plus à quelques destinées
Alors que toi mon frère chaque jour est victoire.

Depuis l'éternité je m'emploie à écrire
L'espoir et la bonté dans le cœur des humains,
À leur donner la foi qui construit des empires,
À leur donner la joie qui fait croire en demain.

Mais ils n'ont que l'envie de posséder encore,
D'amasser des richesses et de les admirer,
Regarde-les mon frère, ils ne sont que des corps,
Aucune âme ici-bas que tu puisses damner. »

Je décidais alors de quitter ce palais,
Laissant derrière moi l'écho de leur querelle,
Je fermais tous ces livres d'où les dieux contemplaient
La triste destinée d'une espèce cruelle.

Dans mes rêves depuis je demeure attentif,
Espérant découvrir un quelconque message
Que viendrait me donner un esprit créatif,
Ou une ardente flamme ou un heureux présage.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Ora   
29/10/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
En dehors de quelques tournures qu'il m'aurait semblé bon de modifier un peu pour rendre la lecture encore plus agréable, j'ai trouvé votre poème génial, vraiment de grande qualité ! Il m'a semblé assister à une pièce de théâtre, j'ai senti les personnages, bu leurs paroles, me suis faufile dans les pas du témoin de cet échange. Que de poésie, quelle belle mélodie!

Mon passage préféré:
Depuis l’éternité je m’emploie à écrire
L’espoir et la bonté dans le coeur des humains,
A leur donner la foi qui construit des empires,
A leur donner la joie qui fait croire en demain.

Un grand bravo et merci

   PIZZICATO   
24/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est une idée intéressante que d'imaginer la " dispute " de ces jumeaux, fils de La Nuit.
« Tu m'as volé l'amour de notre mère obscure ! »

Hypnos, ici, représente plus le rêve des humains que le seul sommeil.
" Mais ils n'ont que l'envie de posséder encore,
D'amasser des richesses et de les admirer, "

" Alors que toi mon frère chaque jour est victoire." ...

J'ai beaucoup aimé cet échange des deux situations.

   MissNeko   
26/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J ai beaucoup apprécié ce poeme mythologique dans lequel vous insérez un dialogue fraternel.
Les vers se lisent avec plaisir, on se laisse happer par cette narration poétique.
Merci pour ce partage

   Anonyme   
26/11/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour,

Une dispute magistrale entre deux "héros" mythologiques dont les propos ont été élaborés avec soins. J'ai vraiment aimé le ton du poème et l'atmosphère qu'il dégage ; des vers fluides qui se lisent facilement et une esthétique parfaite. J'aime ces dieux de l'olympe qui se chamaillent à l'image des hommes, "pauvres mortels". Cela leur donne quelque chose d'humain, justement.

Un grand bravo !

Wall-E

   Noran   
26/11/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
C'est purement génial !

La querelle des Jumeaux de Nyx revêt ici un caractère dantesque !

J'aime particulièrement le message final, ou ce spectateur / narrateur , comprenant parfaitement la volonté d'Hypnos, décide d'en être à l'écoute afin de devenir, sans doute, un homme meilleur.

Merci encore pour ce partage.

   Soruf   
28/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup la mythologie et j'ai donc été attiré par votre poème que j'ai trouvé très réussi. Rien que l'idée de départ est excellente !

J'aime beaucoup les deux premières strophes qui permettent d'entrer doucement dans l'univers mythologique. D'ailleurs ils utilisent davantage de figures métaphoriques (par exemple "Au crépuscule mol d'un émoi étiré") que par la suite, ce que je pourrais regretter un peu. Le reste en effet est plus descriptif mais le dialogue est très bien mené, tant sur la forme que sur le fond, et c'est là que l'aspect "mythologie" prend du relief et fait la réussite de l'ensemble.
Je ne suis pas sûr de comprendre parfaitement la conclusion, sinon que le narrateur souhaite revoir ce genre de scène.

Belle réussite, merci pour ce partage

   emilia   
30/11/2016
Un texte superbe qui mériterait davantage de commentaires même s’il est heureusement distingué par des plumes honorifiques…, sans se laisser impressionner par le recours à l’antique mythologie grecque sur laquelle s’appuie une réflexion toujours d’actualité et tout à fait contemporaine… : la dispute fratricide face au pouvoir, l’ingratitude humaine, la poursuite délétère des richesses entre autres… opposées aux valeurs de la foi qui est « espoir et bonté », en apportant « la joie qui fait croire en demain… », pour conclure sur l’attente d’un renouveau laissant espérer « une ardente flamme ou un heureux présage... » avec juste peut-être une expression qui accroche un peu à la lecture du cinquième quatrain : « l’heure de leur…, suivie encore de leurs… ; merci à vous pour ce partage depuis le mont Olympe...


Oniris Copyright © 2007-2018