Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
SaintEmoi : Les rhizomes de l’oubli
 Publié le 16/10/20  -  6 commentaires  -  733 caractères  -  86 lectures    Autres textes du même auteur

L'enfance et ses deuils, nos racines, ses veines...


Les rhizomes de l’oubli



Flammes bleues dans les vignes tendres,
Des parfums se tordent aux vents ;
Sous les arcades bleues qui dansent
Nous marchions dans l’enfance.

Soudain j’ai vu que tu pleurais.
Des blés aux tiges vacillantes
Un chant mystérieux montait,
Comme aux aurores clinquantes.

Entendais-tu aussi ce chant ?
Les arabesques qui tournaient ?
L’été fixant sur les champs
Un peu de nos éternités ?

Moi je n’ai rien vu venir,
Ce caveau aux portes battantes
Où nos voix se laissaient mourir,
Cette pierre lisse et avalante.

Quand mon cœur se plie,
Étreint de tant de fouilles,
Au crépuscule frémissent
Les rhizomes de l’oubli.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
28/9/2020
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime bien cette incertitude du rythme vacillant, allant du pentasyllabe
Quand mon cœur se plie
à l'ennéasyllabe (ou l'octosyllabe si on renonce à la prononciation du "e" muet)
Cette pierre lisse et avalante.
D'une manière générale, l'octosyllabe me paraît dominer.

Dommage à mes yeux que ce vacillement rythmique s'accompagne d'un flou dans le propos. Cela ne me gêne pas lors des trois premiers quatrains où une promenade à deux se résout en mélancolie débordant jusqu'aux pleurs, en revanche je ne vois pas ce qu'apportent les deux derniers ; soudain on se centre sur le narrateur ou la narratrice dont le cœur se plie (image burlesque pour moi, tout de suite je vois un organe sanguinolent qu'on traite en origami), et puis les rhizomes de l'oubli je ne comprends pas bien. Je pense que les évoquer dans le titre aurait suffi... Votre choix, bien sûr ; pour ma part j'aurais bien vu le poème se limiter à trois quatrains, ou alors une "coda" plus brève après les éternités, deux ou trois vers.

Une mention pour le premier quatrain, le plus réussi selon moi. Les flammes bleues dans les vignes me mettent tout de suite dans l'ambiance !

   Hananke   
16/10/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Ce texte dégage beaucoup de poésie et de nostalgie.

Un premier quatrain magnifique donne le ton avec ses parfums qui se tordent au vent.
Peut-être 2 enfants qui auraient perdu leur parent dans leur jeunesse
mais que les rhizomes de l'oubli, par leur propagation souterraine,
empêchent le deuil.
Un très joli texte contemporain dont les formulations originales
accompagnent les grisailles de l'automne actuelles.

   papipoete   
16/10/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour SaintEmoi
" mais vous pleurez Milord ? " semble dire l'un de ces héros à son compagnon d'infortune ; jamais, je ne me serais douté que la porte de ce caveau, sur les tiens se refermerait ! Je les connaissais si bien, que j'étais un peu des leurs...
NB les rhizomes ici m'apparaissent racines, celles de l'amitié commune scellant des enfants, de familles différentes mais si proches qu'on semble y appartenir ?
Une poésie comme éthérée plane sur ces vers, dont on " entend chanter les arabesques... "
un bon contemporain aux assonances fort tendres aux yeux, comme à l'oreille

   Provencao   
16/10/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
" Entendais-tu aussi ce chant ?
Les arabesques qui tournaient ?
L’été fixant sur les champs
Un peu de nos éternités ?"

J'ai bien aimé la mélancolie et le vague à l'âme en signe de questionnement, en vos vers. Vous avez su nous mettre en veille sur cette nostalgie avec ce débordement de mots comme " battante, avalante , mourir"

Votre langage écrit est bien étanché de " apparences" comme autant de rhizome de la transcendance.

A ce rhizome de l'oubli voilé de nostalgie répondra la nostalgie voilée du rhizome.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Vincente   
16/10/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Jolie écriture, dansante comme la flamme, on s'y brûlerait à trop se rapprocher de son sens profond : "Les rhizomes de l'oubli".

Première strophe très belle.
Deuxième annonçant comme impromptu le mystère où vacille la pensée.
La suivante questionne l'autre, la compagne ou le compagnon, et puis le lecteur pris à partie dans la prégnance existentielle.
Et puis vient cet aveu du narrateur, étourdi ? sidéré ? sûrement les deux à la fois.
Et cette dernière pleine d'absolu ; "cœur plié" comme penché sur son passé, où rides et plis marquent et remarquent tant d'impacts émotionnels, où "l'oubli", pareil au système racinaire rhizomique, envahit les fondations de l'être vieilli (le narrateur ici porte la condition humaine avec abnégation), affirmant à la fois sa vie par la négative et sa survie par la capacité enfoui d'une potentielle renaissance ; spirituelle à défaut d'effective, virtuelle à défaut de réelle.

Plus j'avance et reprends le verbe énonciateur de cette poésie, plus j'apprécie son expression libre bien que contenue dans ses vers contemporains.

   Vasistas   
18/10/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Ce poème se lit aussi de haut en bas !
j'ai souvent l'impression que dans se type de poème l'ordre des vers n'a presque pas d'importance, chaque vers est autonome.
Comme un long haïku.
Chaque vers est très beau, et je me les répète un à un.
c'est magnifique !
merci


Oniris Copyright © 2007-2020