Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
saintsorlin : Le temps qu'il reste
 Publié le 19/07/19  -  9 commentaires  -  585 caractères  -  159 lectures    Autres textes du même auteur

Le narrateur voit sa vie partir et mesure la lâcheté de ses actes : il sait mais n'a jamais rien fait.


Le temps qu'il reste



Les tambours de guerre
Saignent des rivières de larmes
Éventrent la terre
Plaie ouverte des années vides

L'eau ruisselle sur la paroi
Couverte de petits visages
En larme de tombeau

La neige noire tapis funèbre
Efface la trace molle
De la chair éteinte

À main nue
Je disperse aux terres arables
La souffrance

La ville se vide des vies inutiles
Vies noires, vies justes
Toutes les morts se valent

Je laisse filer les nuages
En sang et miel
Je n'ai rien fait de ma vie


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   VictorO   
25/6/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Poésie très imagée, funeste et riche en interprétations. La violence, la souffrance s'imposent dès le début. : "les tambours de guerre", "en larme de tombeau", "la neige noire". Puis le narrateur intervient personnellement : "Je disperse aux terres arables la souffrance", "Je laisse filer les nuages en sang et miel". Violence directe ou complicité, l'atmosphère glauque, elle, se répand et s'installe.

   Gabrielle   
29/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un témoignage morbide...

Le narrateur exprime ses regrets face aux massacres dus à la guerre et se reproche de n'avoir rien fait pour empêcher que des crimes se perpétuent.

Ceci est le problème de conscience de chacun, de ceux qui voient se perpétuer l'histoire, impuissants.

Merci à l'auteur(e) d'aborder ce sujet qui amènera la réflexion sur les sujets d'actualité de notre époque contemporaine.

   Davide   
19/7/2019
Bonjour saintsorlin,

Ce qui me touche particulièrement dans ce poème, c'est le regard du narrateur, la conscience (objective) qu'il a de ne pas avoir fait - ou pu faire - quelque chose d'utile dans sa vie et les regrets qui le hantent :
"Je laisse filer les nuages
En sang et miel
Je n'ai rien fait de ma vie"

Dans ce paysage mortifère, silencieux et déchiré, le vide (de la ville, de la terre, des années) engloutit le vieil homme dans un magma de culpabilité.

Lâcheté ? Ces quelques vers transpirent un aveu d'impuissance bien davantage qu'une forme de lâcheté ou de couardise.

Les "tambours de guerre" symbolisent-ils les regrets du narrateur ayant vu mille fois la mort emporter ses semblables.
Ou servent-ils simplement à établir l'action en période de guerre ?

Qu'importe ! Entre les belles images ("Je disperse aux terres arables
/ La souffrance"...) et les jeux de sonorités ("La ville se vide des vies inutiles"...), j'ai trouvé ce texte émouvant, très émouvant !

Merci pour la lecture,

Davide

   papipoete   
19/7/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
bonjour saintsorlin
une poésie en forme de chapelet, dont chaque grain est une tache sur la conscience du héros. Il aurait pu... s'il avait voulu, s'il avait osé mais son cran était bien émoussé, son audace si molle...
je ressens bien de l'amertume à travers l'encre ici posée, mais je ne parviens pas à entrer au coeur de l'émotion voulue par l'auteur.

   Vincente   
19/7/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↓
J'ai eu la sensation de lire six poèmes d'une strophe qui traitent d'un même thème. Les images sont fortes, émouvantes, l'écriture maîtrisée, mais je ne discerne pas de développement, je ne parle même pas de narration, non j'ai cherché une intention qui se serait affirmée au fur et à mesure des vers, mais rien ne m'est venu.

L'exergue n'est vraiment pas clair non plus, mais ce serait d'abord à cause du choix syntaxique. "Le narrateur voit sa vie partir et mesure la lâcheté de ses actes". Il est donc assez vieux, mais en quoi serait-il lâche ? "il sait qu'il n'a jamais rien fait". Rien fait de bien, rien fait de mal, rien fait d'important,... L'on peut voir un rapport avec le titre, mais vis à vis du propos sur la guerre, les morts, "La neige noire tapis funèbre" (image très forte au demeurant), j'imagine un nuage de cendres des corps d'un charnier, ... et le vers final "Je n'ai rien fait de ma vie... ??? Il doit y avoir quelque chose d'important qui m'a échappé !...

   PIZZICATO   
19/7/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Une atmosphère lugubre pèse sur ce poème.
Le narrateur semble poursuivi par la hantise de la mort.
Est-ce, aussi, les souvenirs des affres de la guerre ?

" La neige noire tapis funèbre
Efface la trace molle
De la chair éteinte "

" La ville se vide des vies inutiles
Vies noires, vies justes
Toutes les morts se valent "

" L'eau ruisselle sur la paroi
Couverte de petits visages
En larme de tombeau " c'est le passage qui m'a le plus interpellé.

J'ai trouvé ce poème intéressant en dépit de son côté sybillin.

   Queribus   
19/7/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

J'avoue que j'ai trouvé ce poème un peu confus. Vous nous présentez une suite d'images pessimistes sur l'existence avec une sinistre conclusion: Je n'ai rien fait de ma vie. Les autres ont-ils tous systématiquement fait mieux que lui, j'en doute. Je vous avoue aussi que je préfère le texte de la chanson de Serge Reggiani( texte de Jean-Loup Dabadie), beaucoup plus optimiste et, au moins, apportant un peu d'espoir à ceux qui sont au bout de la route, chanson qui porte le même titre que votre poème..

Bien à vous.

   Eclaircie   
21/7/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour saintsorlin,

Ce poème me laisse un peu perplexe.

L'exergue oriente la lecture; le narrateur sur la fin de sa vie médite sur celle-ci.
Si j'ai apprécié ce bilan du monde, qui cependant ne met en lumière que la face la plus dramatique du sujet, je trouve un peu présomptueux, ou improbable que ce narrateur imagine qu'il aurait pu changer le cours des choses.
Il me semble plutôt qu'au moment de quitter ce monde, on se recentre sur son entourage immédiat. C'est mon avis et je vous le confirmerai ou pas dans ...50 ans.

D'autre part, le manque de ponctuation n'est pas gênant en soi, il invite le lecteur à reprendre son souffle où bon lui semble. Mais justement, ce poème comporte une virgule, une seule. C'est alors trop ou trop peu, pour moi.

L'écriture est délicate, les images présentes, ce texte est harmonieux et agréable à lire.

Merci du partage,
Éclaircie

   natile   
5/8/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
avant les 3 derniers vers, j'ai interprété les premiers comme une description d'un peuple ou de personnes qui ont subi un traumatisme et dont les traces sont à jamais inscrites dans leur âme et leur chair. je n'ai pas vu venir l'être qui se désole de son existence. l'écriture est juste sans trop d'effets


Oniris Copyright © 2007-2019