Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Sanderka : Et rance...
 Publié le 19/03/08  -  3 commentaires  -  369 caractères  -  48 lectures    Autres textes du même auteur

L'amertume donne parfois autre chose que la rancœur.


Et rance...



On me parle de pourriture noble
De je ne sais quelle maturation
Qui transporterait un aliment
Du domaine du vulgaire jusqu'au jardin des sublimes...

Rance, un amour
Ne donnera jamais rien d'autre
Qu'une odeur répugnante
Et laissera dans la bouche
De son pauvre consommateur
Le goût assassin du baiser qui l'aura vendu.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   strega   
19/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Ouuuf... Quelle amertume. C'est pénible à lire, pénible dans le sens de dur, pas pénible/chiant hein.

C'est très très court, un peu trop peut-être. Mais d'un autre côté, ça inspire un cri, une déchirure violente transposée sur papier, transfigurée en mots. C'est loin d'être dénué de sens ou de volonté.

Je regrette juste, précisément, cette écriture soudaine, cette prise à vif de sentiments. Pas pour la technique, le recul, ou que sais-je encore. Je le regrette car c'est du coup très douloureux pour le lecteur, pour moi en tous cas. Oui, c'est égoïste, mais je me soigne...

Criant de vérité mais mourant de douleur.

   widjet   
20/3/2008
 a aimé ce texte 
Un peu
Une définition bien amère de l'Amour, conséquence visiblement d'une déception/rupture amoureuse (??)
Pour autant, l'idée de qualifier l'Amour d'aliment est bonne idée et assez exacte (d'amour et d'eau fraiche ne dit on pas ?). Un poème un poil trop court mais original dont le seul véritable défaut est le titre qui ne sert qu'à faire un jeu de mot pas franchement indispensable

Widjet

   Sanderka   
23/3/2008
Widget, désolé pour le titre. Au départ le texte n'en avait pas. Ce n'est qu'en l'inscrivant que je l'ai bêtement intitulé "et rance..."

Je continue donc d'apprendre de mes erreurs, et comme disait mon voisin Auguste Camembert : ce qui ne me tue pas me rend plus fort.


Oniris Copyright © 2007-2019