Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Silence_ecrit : Le cri
 Publié le 08/06/17  -  10 commentaires  -  1032 caractères  -  163 lectures    Autres textes du même auteur

Le cri – les mots en soi qui peinent à sortir. De la difficulté de communiquer.


Le cri



Le cri
qu’étouffe encore un peu
ma gorge trop serrée
fissure
de n’être pas sorti
les parois de mon verbe
mes totems récités
les murs de mes vouloirs

apnée

j’espère libre
j’espère vrai
j’espère plein d’écho le cri
blessé à extirper

et puis l’instant venu
l’éclore au monde
imparfaitinachevé
mais qui va
s’accomplir de lui-même
libre à présent d’errer
léger sombre ou vital

alors enfin franchie
ma gorge aux murs à bas
pleins de trous inégaux
pleins d’éclats pleins d’espace
fait jouer l’air qui la traverse
et se remplit d’un nouveau chant.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Proseuse   
20/5/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour,

Ha! voilà un poème qui me plait bien !
on a cette sensation que les mots avant d' exister sont quelque part en -gestation- ..
je ne citerai rien qui me plaise plus qu' autre chose, ce poème est un tout .. qui vient au monde !
Merci pour ce très beau partage

   dom1   
22/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Crier pour communiquer et communiquer pour ne pas crier, tel est le challenge.
Il est bien rendu ici...

domi

   Marite   
8/6/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Déroutée par la forme très étrange et irrégulière de ce poème je suis conquise par le contenu. Pour l'apprécier pleinement, j'ai cependant dû modifier la présentation (en secret) ... La flèche descendante accolée à mon appréciation correspond donc uniquement à la présentation de l'écrit. Mais, peut-être que l'auteur nous donnera, en forum, quelques indices qui permettront de mieux comprendre sa motivation pour la forme.

   Robot   
8/6/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai aussitôt pensé au célèbre tableau de Munch que ce texte pourrait aisément accompagner sur ce thème de la détresse. Mais ici, pousser ce cri semble faire du bien au narrateur. Un cri libérateur.
Le découpage donne un rythme qui semble fait pour une expression orale.

   papipoete   
8/6/2017
bonjour Silence,
J'ouvre mon regard à toute écriture, et en silence, puis à voix haute je déclame votre poème ; mais rien n'y fait, je n'arrive pas à vous suivre à travers ce cri !
Je ne vous dirai pas que je n'aime pas, car vos lignes sont faites d'un beau français, mais j'aurais bien aimé être conquis !

   PIZZICATO   
8/6/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Peut être que l'auteur a choisi cette présentation du texte afin de matérialiser ces mots, ce cri qui peinent à s'extérioriser.

Pour ma part, présenté en poésie en prose, il aurait eu un impact plus sensible. Il y a de bonnes images.
Mais je respecte le ressenti de l'auteur.

Le fait est que je n'ai pu entrer véritablement dans ce texte.

   Pouet   
8/6/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bjr,

Un "cri" ma foi pas mal rendu.

Beaucoup aimé:

"les parois de mon verbe
mes totems récités
les murs de mes vouloirs"

Les quatre derniers vers me plaisent aussi.

Je me serais peut-être passé de la répétition de "gorge" et de "mur" à la fin du texte, cela m'a semblé redondant, une idée assez claire déjà exprimée en début de texte.

Pareillement je ne vois pas vraiment l'intérêt de reprendre le titre du poème en le commençant par "Le cri"..

L'ensemble m'apparait toutefois agréable à lire et bien imagé.

   Henri22   
8/6/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonsoir Silence_écrit,
Bravo. Votre poème, tant par l' emplacement géographique des vers que par la puissance des mots ( " apnée " par ex. ) m' a donné l' impression de cesser de respirer. Vos vers sont très évocateurs pour moi, et m' ont donné l' impression d' être à la place de celui qui pousse, ou essaie de pousser ce cri.
Je ne trouve rien à ajouter, sinon que c' est excellent.

   Gouelan   
9/6/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Les cris qui errent en nous avant d'exister, d'être des mots. Ils ont peur de ne pas être à la hauteur des émotions qu'ils doivent dire.
J'ai aimé cette sensation de boule dans la gorge emplie de cris tus.
Même si les mots ne sont pas parfaits, il faut les dire, ils sont l'ombre d'une idée, d'une émotion.

   Dynamot   
11/6/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

J'aime cet écrit... Après l'avoir lu plusieurs fois je pressentais le sens caché qui ne demandait qu'à être dévoilé. Ce cri à l'étouffé , il a fallu que je le lise à très haute voix, à plein poumon pour vraiment l'apprécier à sa juste valeur, à son juste râle !!!

Deux mots ont retenu toute mon attention , extirper...qui nous renvoie à ex-triper , ce cri qui doit sortir des tripes. A bas, comment ne pas entendre abats , ce cri qui vient du bas, du ventre !

La construction du poème hachée, décousue qui coupe le souffle jusqu'à ce nouveau chant me parle ... il faut parfois sortir du champ pour à nouveau cultiver notre respiration, nos aspiration avec tranquillité...

Votre poésie est brut, émotionnellement primale ...c'est ce qui me plait BEAUCOUP !


Oniris Copyright © 2007-2020