Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Sodapop : Monstruosité urbaine
 Publié le 20/12/16  -  13 commentaires  -  1296 caractères  -  182 lectures    Autres textes du même auteur

Les villes tentaculaires… Émile Verhaeren.


Monstruosité urbaine



Dans les artères placides de la mégalopole,
Où l'odeur d'hydrocarbure accapare le matin,
Laissant place à l'errance de quidams monotones,
Qui inondent par millions les couloirs souterrains.

La horde, amputée de l'âme,
Grouille en abondance parquée dans les galeries,
Rejoignant le troupeau, meute triste et infâme
Entraînée dans le vortex de l'économie.

Vision frénétique des rues dédaléennes,
Où banlieues côtoient zones de prostitutions.
Dans les vapeurs toxiques de centrales nucléaires,
Sous la brume pourprine, vomissant leur poison.

Que la ville est triste ce soir, dans son manteau de peine.
La misère s'étalant sur les quais méandreux,
Où mendiants et vermine partagent la même benne,
Aux abords de charniers maladifs et hideux.

Enfants du chimique, de la métallurgie,
Destructeurs, malgré vous, de l'étoile nourricière.
Entassés comme des rats dans vos blocs de buildings,
Observant, de vos tours, bouillir la fourmilière.

Monstruosité urbaine, ignominie des villes,
Même la valse de forains n'apaise plus la haine.
Des faubourgs en émeute, la révolte est de mise.
Sous les câbles électriques bourdonnant leur calvaire.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   myndie   
9/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un poème expressionniste! J'adore. Et si en plus vous citez Verhaeren, qui voyait en la ville une force maléfique qui détruit les hommes...
Que dire? Votre poème, c' est un tableau de Bacon. Vous ne cherchez pas simplement à montrer la ville telle qu'elle est, vous "l'exprimez" : ville-prostituée, rues criminelles marquées par la souillure, ville hostile ne dispensant qu'inquiétude et dégoût...tout cela sonne comme un cri de désespoir en réaction à ce qui s'offre à votre regard.
C'est en tout cas ce que je ressens au travers de votre écriture brute et nerveuse.
En vous lisant, j'ai envie de vous demander si vous connaissez le poète Trakl qui dépeint la "démence de la vaste ville"? Je retrouve ici la mélancolie morbide qui habite ses vers et cette même approche de la ville à travers ses agitations vaines et ses contours désespérés.

Et sur la forme, eh bien du coup, je n'ai pas envie de m'étendre; je savoure le plaisir de la lecture.

myndie

   Anonyme   
20/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Brrr !! Bonjour, si je puis encore dire.
Hier soir, j'ai visionné un doc impressionnant sur la 5 sur le réchauffement climatique avec Léonardo Di Caprio . Ce matin, je lis votre poème. Entre les deux, j'ai eu l'info d'un attentat terroriste au camion fou à Berlin.
Mégapole monstrueuse, monstre et tueuse, artères placides, hordes amputée de l'âme, vortex de l'économie, banlieues, prostitutions, enfants du chimiques (cela me rappelle "enfants de la bombe, de la menace qui gronde" de Daniel Lavoie), que des réjouissances que vous nous exposez là !
Un très grand texte efficace pour démontrer (est-ce encore nécessaire ?) que nos rues ne sont déjà plus pour nous, que l'humanité est entrée dans les ténèbres par cupidité, stupidité, une civilisation bête à pleurer qui continue à danser sur son Titanic touché au coeur ( Nicolas Hulot: le syndrome du Titanic).
Les solutions existent mais celles qui nous seront dictées, imposées, par la nature seront effroyables.
Merci pour ce texte impressionnant de lucidité. Je ne jugerai pas la forme, ce qui n'a vraiment aucune importance en regard de la puissance du fond et de vos mots décapants.
Un grand bravo.

   PIZZICATO   
20/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Une vision très noire, cette " monstruosité urbaine " !
Il est vrai que les villes ont beaucoup de désagréments, mais pas que.

Toutes les villes n'ont pas " l'odeur d'hydrocarbure " qui " accapare le matin ". Il y a aussi des parcs de jeux pour les enfants, des espaces verts, des lieux de loisirs ; sans oublier les espaces médicaux qui nous accueillent quand notre santé fait des siennes ....
J'ai trouvé ce texte un peu manichéen.

" Enfants du chimique, de la métallurgie,
Destructeurs, malgré vous," qui sont " vous " ?

   Pouet   
20/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bjr,

Si j'aime bien le thème et le ton du poème, je trouve le trait un peu forcé. Mais pourquoi pas, c'est un parti pris.

En revanche j'ai eu beaucoup de mal avec le rythme. Dès le deuxième vers, j'ai buté un peu sur les mots. Je suis plus partisan du "coulant" (et du "fondant" au chocolat) en poésie mais c'est un goût personnel et je n'y arrive pas forcément sur mes propres textes.

Les rimes sont assez aléatoires aussi mais bon c'est pareil, je ne suis pas un modèle du genre non plus.

Il y a une certaine originalité dans l'expression du coup, "entassés comme des rats" fait un peu "tâche" dans le genre expression toute faite.

Petit détail, j'aurais plus vu: "Même la valse deS forains n'apaise plus la haine." et "Sous les câbles électriques bourdonnEnt leur calvaire."

Le quatrain 4 sera mon préféré.

Cordialement.

   Proseuse   
21/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Sodapop

Un poème gris anthracite où l' on ne sent même plus le jour se lever ! Le thème est tout à fait bien traité , le regard aussi bien que les mots portés sur cette ville semblent emplis d' une irrémédiable et désespérante mélancolie ! Quand je lis un texte comme celui-ci, je me dis, parce qu' il est inévitable que ton texte, en même temps que de nous faire visualiser cette ville, renvoie le lecteur a porter un regard sur son environnement personnel, je me dis donc, que, moi qui habite une petite cité de bord mer, je prêterais bien volontiers aux gens de ces villes «  grises » un trait d' horizon de chez moi , un soleil couchant et un coup de vent iodé , on ne réalise pas toujours le privilège ( et le p'tit bonheur) qu' on a juste par notre simple lieu de résidence ! Ton poème bien que d' une grande tristesse est percutant et a le mérite de remettre un peu les pendules à l' heure et puis ( quand par-là, on est un peu chanceux d' échapper à ce gris- noir) de relativiser nos états d' âme ! Merci beaucoup pour ce beau partage

   MissNeko   
22/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Voici un poeme sombre voire glauque qui nous dépeint la ville sous son jour le plus triste. J'aime cette description poisseuse qui laisse un goût amer au lecteur. On sentirait presque l'essence et divers hydrocarbures. Ce qui est intéressant ici c est que la décadence humaine se joint à la pollution. ils ne forment alors plus qu une seule entité, unis dans la glauquitude la plus crasseuse: la ville.
J adhère au parti pris de décrire la ville ainsi. Cela peut paraître certes un peu exagéré mais pas tant je cela finalement quand on ouvre les yeux sur notre quotidien citadin.
Il y a peut être un rythme parfois un peu irrégulier ou parfois des formules de phrases qui semblent inachevées
Par ex :
La misère s'étalant sur les quais méandreux,
Où mendiants et vermine partagent la même benne,
Aux abords de charniers maladifs et hideux.

Le "s'étalant" appelle un verbe d action qui est absent. Peut être remplacer le partcipe présent par un présent de l indicatif.

La description est très expressionniste et l ensemble est vraiment réussi.
Un grand merci pour cette lecture tristement réaliste.

   Yavanna   
22/12/2016
Je suis très partagée entre un fonds auquel j'adhère totalement, puisque, fille des forêts, il m'est hautement désagréable de quitter mes bois pour aller "en ville" et y subir la foule, le bruit, la crasse et la puanteur, et une forme qui m'a laissée vraiment sur le côté...

Si j'apprécie les images et les termes employés dans leur sens, et si les expressions prises isolément sont très justes et parlantes, je n'aime pas trop leur agencement et leur rythme dans ce poème. C'est vraiment une question d'harmonie.
Je ne parviens pas à prononcer à voix haute : "artères placides de la mégalopole", "errance de quidams monotones", "vortex de l'économie", "banlieues côtoient zones de prostitution", "brume pourprine" etc... sans accrocher et ressentir la même sensation qu'une craie sur un tableau noir.

Maintenant... on peut imaginer que ces dissonances et ces dysharmonies soient délibérées, afin de faire ressentir au lecteur le stress et la laideur du milieu urbain ici décrit ? S'il s'agit d'un parti pris délibéré, je m'incline. Mais je dirais alors que mon oreille n'est pas suffisamment éclectique que pour apprécier l'exercice.
Pardonnez-moi, Sodapop, de ne pas avoir réussi à vous accompagner sur ces trottoirs sinistres, et de m'être un peu noyée dans le vortex... :-)

Je préfère ne pas laisser d'appréciation, car celle-ci devrait permettre deux "notes" différentes selon l'angle de vue.

   Alcirion   
22/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Sodapop,

Alors, sur le fond, comme je suis un urbain invétéré, j'ai une approche complètement différente du phénomème, mais j'ai beaucoup aimé ton poème qui m'a donné, bizarrement, un sentiment classique.

C'est sans doute du à la longueur des vers qui donnent l'impression de se déployer. La phrase est impeccable, claire, sans fioritures et décrit des visions souvent réalistes.

Je pense que tu t'es beaucoup soucié du rythme, ça coule très bien, les sonorités sont plutôt douces.

Un texte réussi dont le style aurait pu coller à des rimes et des vers réguliers.

Bien à toi !

   Anonyme   
23/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Vu sous cet angle la ville ne donne pas envie d'y habiter. Mais j'ai apprécié ce compte-rendu vu avec tes yeux. Bel écrit. Bravo à vous. IRIS

   JeanMarc   
26/12/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Texte magnifique, une belle manière de parler de la ville avec ses beautés, ces mochetés, ces réalités, j'ai écrit un texte il y a longtemps sur Paris et la folie parisienne, elle n'était pas aussi glauque que cela mais guère plus joyeuse... Je vois dans ces mots des images qui me parlent, un peu beaucoup passionnément, à la folie ...
Je m'égare sur des terrains inconnus. n'est ce pas cela la lecture d'un texte, permettre aussi à l'autre de s'aventurer sur des chemins inconnus...
Merci et excusez moi de mettre emporter sur le papier...

   hersen   
9/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je quitte la forêt de Sodapop pour entrer dans sa ville.

Finalement, j'aimais encore mieux la forêt :)

Il y a bien cette même ambiance, une vision noire et malheureusement réaliste. Je ne suis pas persuadée qu'il n'y ait que cet aspect dans une ville mais je rejoins un peu cette vision.

Le but ici n'était pas, je pense, de contre-balancer le propos par des choses plus joyeuses concernant les mégapoles, mais bien de décrire, je ne dis pas dénoncer car tous nous savons déjà tout cela, une ambiance au final néfaste pour l'homme.

C'est très réaliste, enfin c'est très proche de ma vision. Et je le lis un peu comme une complainte désabusée, comme l'impuissance que cela change.

Les mots sont lourds, lourds comme une horde sans âme.

Merci de cette lecture, pas tout à fait entraînante de bonne heure le matin mais recelant si bien la poésie de l'envers du décor.

hersen

   Donaldo75   
12/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Sodapop,

Je suis allé voir cet ancien poème parce que votre dernier m'avait donné envie d'en savoir plus sur votre plume.

Eh bien, je n'ai pas été déçu !

Le ton est fort, avec des images de poubelles urbaines où des âmes désincarnés rodent en peine, voilà ce que je retiens de ce poème bien tourné, puissant, sans concession.

Le thème de la masse (quidams monotones, grouille, troupeau, meute triste et infâme) et celui de la putréfaction (vapeurs toxiques, brume pourprine, poison, vomissant) complète le tableau de cette décadence qui n'est pas sans me rappeler un album du regretté David Bowie, intitulé "Diamond Dogs".

Merci pour la lecture,

Donaldo

   Stephane   
21/5/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"Les villes tentaculaires" dont vous faites allusion est l'un de mes ouvrages de chevet (si je puis m'exprimer ainsi). C'est en fait ce recueil fascinant de poésie écrit en 1895 par Emile Verhaeren qui m'a donné envie d'écrire des textes sur les mégalopoles. J'en ai déjà posté quelques-uns et vous pouvez toujours passer y faire un tour si le coeur vous en dit et si vous avez un petit moment à y consacrer. Peut-être les apprécierez-vous...

C'est dire si votre poème me parle et à quel point j'ai pris énormément de plaisir à le lire (à deux reprises).

Stéphane


Oniris Copyright © 2007-2020