Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
solo974 : Vingt ans !
 Publié le 11/09/20  -  8 commentaires  -  1586 caractères  -  137 lectures    Autres textes du même auteur


Vingt ans !



Tout heureux, ils gambadent, jouant, caracolant.
Ils aiment simplement la vie, tel un cadeau offert
À leurs espérances de bonheur dans l’instant.

Ils rient insolemment au grand rayon vert
Et peignent sur la toile une fleur immortelle,
Enchantant leur destin devant eux grand ouvert.

Ils sillonnent leur chemin et la moindre ruelle,
Voyageant librement dans leur cœur en émoi.
Ô printemps du jeune âge et douceur éternelle

De ceux qui à vingt ans ne connaissent que leur loi,
Et frissonnent joyeux devant la découverte
Des amours charnelles vécues dans les sous-bois !

Seigneur, je te demande de protéger leur bonheur...

Ignorant de la vie qu’ils ne vivent qu’ouverte,
Comment imaginer, dans leur cœur amoureux,
Que la destinée peut, sans leur donner d’alerte,

Prendre sans crier gare un cours bien malheureux.
Ils s’aiment nuit et jour et, dans leur innocence,
Ils ne veulent que hurler leur bonheur d’être deux,

Vivre leurs désirs fous, dont ils aiment la cadence !
La mort les a fauchés à un maudit carrefour,
Leur a coûté la vie et leur impertinence

De s’être crus heureux, doucement, pleins d’amour...
Ils n’auront pas grandi ! À leurs proches il incombe
De fleurir leur cercueil sans ronces alentour.

Vingt ans et déjà morts ! Froideur dans leur tombe.

Seigneur, je te demande de protéger leur sépulcre...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Arsinor   
30/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
L'amour et la mort, les deux thèmes du romantisme, ici accentué par la rhétorique. Gambader à cet âge me semble déjà un peu infantile (ignorants de la vie, vraiment ?), tant les jeunes ne le sont plus très tôt mais ce début de critique est effacé par la seconde partie. Pourquoi le Seigneur n'a-t-il pas protégé leur bonheur ?

Arsinor en EL

   Hananke   
11/9/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Un texte qui commence bien mais fini tristement.

Au moins, ils n'auront pas connu les affres de la vieillesse,
maigre consolation.
J'aime bien les amours charnelles vécues dans les sous-bois.
Que dire de plus, la vie dite moderne est dangereuse, on le voit
tous les jours dans les journaux.

Bonne écriture générale.

   Stephane   
11/9/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est d'une tristesse... Mais que la poésie est belle, tout au long de ces vers où se dessine un drame que l'on voit venir à petits pas.

L'écriture est fluide et je salue le travail effectué pour en arriver là.

Une bien belle découverte, même si le sujet est éminemment triste, comme je le disais plus haut.

Au plaisir,

Stéphane

   papipoete   
11/9/2020
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour solo
en profiter dit-on, ne pas remettre au lendemain un morceau de joie, une part de vie..." j'verrai ! p'tètre bien que...j'chai pas... " sont des formules à réserver pour beaucoup plus tard !
Vos héros appliquent ce précepte à la lettre, buvant la joie jusqu'à en être saouls...demain peut tout effacer d'un revers de route, à cause d'un chauffard, d'une seconde d'inattention... la mort guettait et se frotte la faux de les avoir pris...
NB ils connurent au moins ce qu'est le bonheur, mais n'étaient pas dans le wagon ; celui qui fait le plein de blé mûr, celui qui ne connaîtra point de mie...
Vingt ans ! il y eut celles et ceux qui rêvèrent à ce cap ; mais un cap inatteignable car les jours comptés, les nuits sans sommeil devant celle qui viendra trop tôt, et ne les réveillera pas !
Un récit tragique, mais hélas tellement ordinaire où l'on gardera de ces jeunes amoureux, le sourire et les éclats de rire, et leurs baisers câlins dans le cou...
D'autres ne laisseront souvenir que de larmes, de cris... , l'infirmière qui passe chaque jour... et le calendrier qui rapetisse chaque jour sur le programme du Grand Ordonnateur...
Des tercets à chanter à tue-tête et d'autres où la voix s'étouffe décrescendo !

   Anje   
12/9/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un contemporain en forme de terza-rima qui coule bien, amenant sans heurt sa conclusion tragique.

Ma lecture finie, me vient l'image malheureusement commune d'un bouquet de fleurs au bord d'une route et me reste ce vers "La mort les a fauchés à un maudit carrefour".

   sympa   
12/9/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Solo974,

Une poésie bien triste, la jeunesse, l'amour, le bonheur d'aimer...puis l'accident , la mort à 20 ans, si jeunes.


J'ai bien aimé ces deux parties avec la transition :

"Seigneur, je te demande de protéger leur bonheur..."

À ce moment de lecture, oui, on sent le drame arriver...

Le Seigneur les a rappelés...

Un beau terza-rima contemporain, bien écrit malgré cette fin tragique.

   Lulu   
12/9/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Solo,

Un très beau poème, triste, bien sûr, en découvrant les derniers mots de ce texte bien construit.

J'ai trouvé quelques drôles d'images, comme celles montrant le lieu des sous-bois, un peu comme si l'on avait recherché une rime avec '' loi ''.

Mais j'ai trouvé l'ensemble touchant car le rythme, rapide, et fluide du poème accompagne merveilleusement cette jeunesse en allée et préservée, quelque part, dans cet hommage qui témoigne surtout ce qui a compté à '' vingt ans ''

Le point d'exclamation du titre exprime aussi cette tristesse portée par la prière.

Le thème de ce poème est ainsi, Solo, mais je suis très contente de t'avoir lue poétiquement car tes poèmes sont assez rares,

Au plaisir de te relire.

   Cristale   
13/9/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Terrible histoire...
Bien que je n'aime pas trop les suppliques au seigneur, j'ai apprécié ce récit aux lignes et rimes entrelacées et un destin comme écrit avec la sève d'une clématite, une fleur qui pousse dans l'intimité des racines d'une autre et s'élève en s'enroulant autour de son support pour finalement éclore et fleurir jusqu'à ce que la brûle les rayons du soleil. Image symbolique qui m'est venue à la lecture de cette histoire d'amour au final tragique.
Vingt ans !
J'en ai connus que les parents pleurent encore et pour longtemps...
Bien à toi Solo.
Cristale


Oniris Copyright © 2007-2020