Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
thea : Le plus beau de mes rêves
 Publié le 14/09/09  -  7 commentaires  -  1275 caractères  -  244 lectures    Autres textes du même auteur

Poème d'amour...


Le plus beau de mes rêves



Là dans l’instant de vos mots
À me couper le souffle
S’engendrent des désordres inéluctables
Qui me couvrent d’insolents regards
Les déserts s’entrevoient pensifs
Dans l’impossible renversement des choses

Je vous devine aux abords de la tendresse
Sous d’inavouables draps de délices
Et je me demande pourquoi mon cœur se retient

Je vous aime au-delà des mots
Au-delà des peines
Au-delà de l’insupportable désir
Qui me conduit dans des lits sans voix

Je vous porte dans l’indéfinissable
Espace de mes jardins
Qui s’épanouissent sous des ciels inexploités
Et je vous garde dans le secret de mes rivières
Sur les berges du fleuve où je vis
Une place si près du cœur
Que seuls les rêves peuvent s’approcher

Je vous raconterai encore mes voyages
Encore mes soupirs
Les courbes des plaines qui obsèdent mes pensées
Autour de chimériques paysages
Ouvrant sur des vallées
Aux sources exubérantes

Vous êtes le plus beau de mes rêves
Le plus merveilleux de mes espoirs
Je vous offre mes déserts
Pour que le silence fleurisse
À l’ombre de vos pensées
Dans l’éternité d’une rose des vents


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
14/9/2009
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour,

je trouve qu'il est difficile de faire dans l'originalité avec un tel thème et je crains que tu n'y sois pas parvenue, à mon sens du moins.
Je trouve la majeure partie des vers terriblement convenue, sans grande originalité ni musicalité. Je suis désolé, je n'ai pas du tout été sensible à ce monde que tu décris. Mais c'est sans doute moi...
Bonne continuation en tout cas.

   jaimme   
14/9/2009
Je suis d'accord avec Jphil.
Je donc m'employer à relever ce qui m'a intéressé dans ton poème:
"Je vous devine aux abords de la tendresse", sauf que l'être aimé, si on le devine, aux abords de la tendresse, c'est quand même loin de la tendresse, non?
"Une place si près du cœur
Que seuls les rêves peuvent s’approcher", l'image est belle c'est le traitement qui ne me soulève pas

Qu'il est difficile de parler de l'amour en général!

   lotus   
15/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Encore un plaisir de lire une de tes créations Théa.Certes, ici, rien d'original dans la tournure ou le choix des mots mais ce que je j'apprécie chez toi, c'est cette façon de magnifier l'amour et aussi ce côté fleur bleue qui revient chaque fois.

Avec une infinie simplicité, tu es transportée par ta grandeur de sentiment et ça se sent comme dans ce paragraphe:

"Je vous aime au-delà des mots
Au-delà des peines
Au-delà de l’insupportable désir
Qui me conduit dans des lits sans voix"

Dans ce que j'ai déjà pu lire de toi, ce n'est pas mon préféré mais je suis sensible à ta plume et aux images que tu transmets.

   brabant   
15/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Poème à l'absent, qui ne cesse de hanter ton désir, inaccessible, confidentiellement distancié par le vouvoiement (de toute beauté, bienvenu et fort à propos), désuet et policé:
"vos mots/Je vous devine/Je vous aime/Je vous porte/ Et je vous garde/ Je vous raconterai/Vous êtes/Je vous offre/vos pensées"
Marque de respect et de vénération, amour porté vers l'autel, sur l'autel, à l'autel.
Et tu vas sans cesse de "vous" à "me" où ton Moi s'offre sans réserve, sans condition.
Une suite de présents qui renvoient à l'absence bascule au futur: "Je vous raconterai" qui nie cette absence bâtissant un projet suivi par un présent qui installe l'immanence: "vous êtes", "Je vous offre".
Et "vos pensées" de l'avant-dernier vers concluent l'embrassade avec "vos mots" du premier.
Formellement c'est très bien construit.
Les images maintenant: chaque strophe en porte sa moisson qui renvoie à l'absence:
"Les déserts s'entrevoient pensifs
Dans l'impossible renversement des choses"

"Je vous devine aux abords de la tendresse"

"...lits sans voix"

Ton poème est tout en fluidité et en exquise et pudique retenues.
On devine que tu veux crier, mais tu te l'interdis, ce serait offenser et l'absent, et l'absence, dualité fusionnelle; alors tu préfères rêver encore, faire comme si..., mener ton propre voyage au bras de celui tu aimes, à jamais, jusque dans les paysages chimériques, où l'amour continue de fleurir dans cette absence inéluctable, et où la pensée de cet amour émane de Toi, en ondes concentriques comme un appel, une déclaration réitérée, un chant mélodieux tel une mélopée, dans ce désert qui soupire, aux quatre vents de la rose.

Amour exceptionnel et chant d'amour d'exception que le tien! Au-delà des contingences! Par-delà les contingences!

   Anonyme   
17/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"Dans l’éternité d’une rose des vents" je trouve cela magnifique. A l'image de tous les vers qui le précède celui-ci est sublime. Tout en délicatesse, il offre une image délicieuse de l'amour.

Un beau cadeau que tu nous offres là Thea. Et une belle idée, une belle espérance: les voyages cessent lorsque l'amour vrai survient. L'amour est lui-même Est, Ouest, Sud et Nord.

Un beau moment.

   Anonyme   
17/9/2009
 a aimé ce texte 
Pas
Je pense que l'auteure est fidèle à son thème... et personnellement j'en ai fait le tour.
Cette poésie ne me touche pas... les mots sont convenus, le sentiment déjà lu et mieux, par la même auteure...
Désolée théa, mais ça ne marche pas sur moi ce coup-ci...

Bonne continuation

   David   
18/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Thea,

L'éternité d'un instant qui peuple de déserts où se racontent des jardins d'Eden, "rose des vents" répondrait à "couper le souffle". Pas de chaise dans celui-là, plus de voyages.


Oniris Copyright © 2007-2022