Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
TITEFEE : Aimer
 Publié le 24/07/07  -  4 commentaires  -  1032 caractères  -  103 lectures    Autres textes du même auteur

Quête essentielle de l'être humain qui peut le rendre l'égal des Dieux si l'harmonie et la complicité des cœurs et des corps se confondent.


Aimer



Aimer, c’est sentir s’élargir le champ de nos perceptions
Et déboucher, alors émerveillé, sur une joie si primitive
Qu’on expérimente ces instants d’exquises sensations
Où se devine la prescience de l’éternité qui nous captive.

Savoir alors ce que félicité veut dire enfin à notre âme,
Qui dérivait solitaire depuis de trop longues absences
Et retrouver l’emballement de voir brûler la flamme
Qui brille dans les yeux de l’aimé, en notre présence.

Et même, si parfois nous savons que tout est périssable,
Que nos corps vont vieillir, nous avons l’immense élan
De tout découvrir, vite et fort, pour que soit acceptable
Au bout de la route, la mémoire des beaux jours d’antan.

Au matin, quand dans la lueur bleutée on s’éveille à deux,
Presqu’en même temps, et que naît notre premier sourire,
Bras et mains s’animent et tentent un frôlement audacieux
Qui nous rend alors maître du temps, et l’égal des Dieux



 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Athanor   
24/7/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup ce poème.

Trois phrases que je trouve très belles :
... Aimer, c’est sentir s’élargir le champ de nos perceptions...
qui permet de démarrer très fort. Qui mène déjà le lecteur dans les arcanes du "qu'est-ce que c'est qu'aimer ?".

Ensuite :
... Au bout de la route, la mémoire des beaux jours d’antan...
qui rappelle que sans doute il y a toujours un début (une lapalissade ?).

Enfin :
... Qui nous rend alors maître du temps, et l’égal des Dieux...
et qui est chargée de symboles à mes yeux. Tout le monde devrait pouvoir aimer (égalité).

Comme à son habitude l'auteur manie bien les mots qui sont pensés, pesés, comparés, bien placés.

Merci pour ce moment de bien-être.

   DrRictus   
31/7/2007
Quand j'ai commencé à lire, j'ai trouvé très expressif, trop peut-être, et assez peu fluide. Mais ce n'était que la première strophe. Le reste est joliment fluide et léger, un régal. J'aime beaucoup.

   Jeser   
2/8/2007
Quelle magnifique compréhension de l'amour.
Combien il est rassurant d'être aimé quand l'amour est pensé d'aussi belle manière !

   widjet   
13/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Belle écriture que celle de TITEFEE, fluide, riche et sans cesse renouvelée. Merci

W


Oniris Copyright © 2007-2019