Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Luniknat : À chaque jour suffira ta peine
 Publié le 24/07/07  -  4 commentaires  -  4197 caractères  -  30 lectures    Autres textes du même auteur

Spéciale dédicace.


À chaque jour suffira ta peine



Tu voulais que j’t’écrive un slam sur ta life de ghetto youth à la con ?
J’espère qu’avec ça, tu constateras que j’ai plus qu’un simple don.
Tu m’as arrachée de ma cage dorée
Tu disais vouloir m’voir voler et m’aimer, mais…

J’ai l’âme qui meurt,
Mon cœur qui pleure,
Je le sens qui a peur,
Je t’ai sorti d’où toi l’beau parleur ? ?
J’aurais dû m’en douter et pourtant j’te voyais faire avec toutes ces nanas…
C’est rare de nos jours de faire confiance à un type comme toi.
Mais j’t’ai donné ta chance et tu semblais si tendre que j’en oubliais mes préjugés
Les autres se foutaient de moi parce qu’ils savaient c’qui allait m’arriver.
T’as envolé jusqu’à mes moindres soucis…
Tes mots réchauffaient mon cœur et de ta bouche j’entendais tout ce dont j’avais envie.
Conjuguer nos vies pour toi était une évidence
Mais ma conscience voulait que je ralentisse la cadence
On est allé jusqu’à se dévêtir de nos peaux d’ânes
Pour apprendre à se connaître jusque dans le blanc de l’âme

T’étais si imparfait, t’avais tout ce que je recherchais
Mais tes yeux parlaient pour toi
Et c’est con ça...
Parce que c’est c’qui a tout gâché…

Avec le recul, j’me rends compte que tes baisers étaient fades de sentiments
Seules nos engueulades quotidiennes mettaient du piment
Pourquoi t’es entré dans ma vie, toi, ton sourire, tes faux mots
Qui empoisonnent ma tête espèce de salaud ! ?
Pour toi, vivre c’était draguer, niquer et profiter
Absorbée par tes belles paroles j’me suis laissée entraîner
Et dans la profondeur de tes « je t’aime » j’me suis laissée tomber.
J’ai voulu croire en ta grandeur d’âme mais j’me suis vite rattrapée…

CONNARD,
C’est ça que tu peux te tatouer sur le cœur !

J’ai l’âme qui meurt et mon cœur qui pleure de cet amour à uni sens,
T’es sorti d'où toi et ton putain de baratin qui frôle l’indécence ?

J’voulais t’aider mais j'en ai perdu jusqu’à ma foi
Faut dire que ton double jeu n'était pas très dur à voir
Tu m’disais qu’on était faits pour marcher sur le même chemin et s’aimer
Tu voulais un enfant de moi et tu m’disais t’être calmé
Tu disais qu’il n’y avait que moi pour toi
Et qu’avec moi, tu étais devenu honnête et droit.
Moi, je te parlais de fidélité et de confiance
Mais comme une conne j’me suis laissée entraînée dans ta danse.
J’t’ai emmené à l’autre bout du monde retrouver tes racines
Et fallait pourtant que tu l’appelles pour calmer ton humeur assassine.
Tu te rendais même pas compte que tu foutais mes vacances en l’air
Tu me prenais pour une conne mais je savais bien c’que t’étais en train de faire !
J’t’ai donné ma vie, mon cœur, mon fric et dans mon dos, t’osais m’doubler avec la mère de tes gosses
C’est là qu’j’me suis rendue compte que toute notre histoire était fausse !
Tu sortais voir des concerts avec elle pendant que je jouais la nounou
Et t’osais encore te défiler en mentant quand j’te mettais face à tes tabous
T’as foutu en l’air mes rêves et ma confiance en toi
Toutes les nuits j’me réveille d’un rêve où je la bats
C’est sa chatte et ta queue qui commandent ta vie
Tu voulais m’garder par intérêt et tu te foutais de savoir que tu m’blessais aussi
En baisant avec elle c’est notre histoire que t’as niquée
Tu disais pourtant que tu m’aimais et que tu pouvais plus la toucher
T’inquiète, j’suis pas comme elle : j’te ferai pas l’affront de camper dans ta vie
Et te dire que tu me manques parce que c’est faux : j’suis déjà guérie.
Baise-là maintenant, c’est ta seule dinde, c’est sans contraintes que tu peux t’la farcir
Mais je sais que t’en as plus envie parce que t’as plus personne à côté à faire souffrir
Tu disais m’offrir une meilleure vie et me sortir de ma cage
Mais aujourd’hui j’en suis certaine, tout n’a été que mensonges et mirage.

Attention à toutes ces belles paroles
On pense avoir affaire à l’homme de sa vie, mais c’est seulement le diable qui vous enrôle…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   roxyleen   
26/7/2007
je te dis ca comme ca.. il me faudrait du son, parce que le rythme long et cours des phrases me gene a la lecture.... mais je reste grand fan du slam!!!

   TITEFEE   
28/7/2007
idem.. pourquoi ne l'enregistres tu pas avec le son ???

   Anonyme   
1/8/2008
Heu, ben d'abord pour les commentaires précédents, à la base le slam c'est justement l'ABSENCE de musique, enfin moi je dis ça comme ça... Mais un TEXTE de SLAM n'existe pas car sans déclamation, pas de slam... (C'est peu comme un parti anarchiste...) Bref.

Le texte à présent. Les deux premières phrases donnent le ton et sont ambitieuses, quand on écrit ça on a intérêt à assurer derrière... Pas franchement le cas ici. Pour qu'un texte qui s'adresse directement à quelqu'un puisse intéresser d'autres lecteurs il lui faut quelque chose qui accroche vraiment.

Déjà je trouve que le rythme n'est pas bon, ça ne percute pas assez... Le contenu est assez banal pour ne pas dire plus et les mots choisis pas très heureux. Beaucoup de répétitions aussi...

Bref c'est une lettre qui parle sûrement à son destinataire.
Pour moi, elle est restée muette.

   Anonyme   
28/3/2017
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↑
Toute premier chose, quel est l'intérêt d'une telle vulgarité par instant comme dans cette phrase "C’est sa chatte et ta queue qui commandent ta vie", ce n'est pas nécessaire pour se faire comprendre d'en passer par là. Je ne relèverai pas les autres mots et paroles employés qui sont du même acabit.

Vous déroulez cette histoire en long en large et en travers, par des phrases trop longues, trop dans le détail, cela devient ennuyeux à lire. Je suis allé jusqu'au bout de ma lecture qui dois-je l'avouer a été un peu pénible.

Vous n'avez pas su donner du rythme à votre écrit, de la teneur et de la profondeur. Ce texte ressemble à du "blabla", c'est un discours mal conduit, pour ma part, je n'y vois ni une chanson, et encore moins un slam.


Oniris Copyright © 2007-2020