Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : Almira le Prophète
 Publié le 12/09/07  -  3 commentaires  -  2354 caractères  -  17 lectures    Autres textes du même auteur

La sagesse... malgré les folies de la vie.


Almira le Prophète



Lorsque en subtiles ombres mauves le soir tomba,
Almira le vieux prophète à pas comptés s’approcha.
Et très dignement sur la pierre chaude il s’accroupit.
Plia sous lui ses longues jambes maigres en tailleur.
Déplissa sa gandoura de laine blanche rayée de gris,
Et appuya son front cuivré sur son vieux bâton sculpté.

Lorsque sa voix puissante et chaude commença le récit
Plus personne ne bougea et tous burent ses mots précis.
Dans ce calme religieux, les yeux noyés dans un ailleurs,
Le prophète commença à révéler à la foule agglutinée,
Avec patience et passion, tout de l’Amour avec amour.

« Quand l’Amour te fera à nouveau signe, surtout suis-le,
Même si depuis toujours tu trembles à la seule pensée
D’emprunter ses voies abruptes, inconnues et malaisées !
Dans la vie rien n’est plus beau qu’être enfin amoureux.
Oublie les chagrins anciens et ouvre-lui grands tes bras.
Quand de ses ailes il te couvrira, surtout ne réfléchis pas,
Car tu sais bien que, même si tu as déjà été infiniment blessé,
Oublieux, tu boiras ses séduisantes paroles quand il te parlera.

Et si son chant amer anéantit tes rêves, tel le vent du nord,
N’aie pas peur, sois confiant, car si à nouveau il te crucifie
Crois-en le vieux sage que je suis, oui, il te couronnera aussi !
Il est autant utile à ta croissance qu’à l’élagage de tes peurs
S’il monte à ta cime, et révèle tes pensées les plus cachées
Il descendra aussi jusqu’à tes racines pour traquer tes terreurs.
Et reliera en ton être toutes tes gerbes de blé mûr pour les battre.
Te dénudera, te passera au crible, te moudra jusqu’à la blancheur
Pétrira ton cœur sans relâche pour obtenir une parfaite fluidité
Et pour que tu sois l’égal de Dieu, il te confiera à son feu sacré ».


___________________________________

J'ai bâti ces vers, inspirés de Khalil Gibran : le prophète.... Un livre qui m'a accompagnée lors de ma longue maladie et qui a été enseignement.

Si vous voulez l’écouter en voici le lien :

http://www.archive-host2.com/membres/up/1086141494/almiraleprophete.mp3


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
12/1/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Que dire : bien écrit, un sens profond, des tournures et ces mots de sagesse.

   Anonyme   
8/8/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Khalil Gibran n'est pas loin, jusque dans le nom du prophète:

Seule Almitra gardait le silence, fixant le vaisseau jusqu'à ce qu'il s'évanouisse dans la brume.

Et quand tout le peuple fut dispersé, elle demeura seule sur la jetée, se souvenant en son cœur de ses paroles :

Encore un peu de temps, un instant de repos au gré du vent, et une autre femme m'enfantera."

Khalil Gibran, Le Prophète


Mais je suis certain qu'il ne se retournera pas dans sa tombe...

L'évocation est belle et "intégrée".

Ahhh si Coélho avait pu faire aussi bien avec son Alchimiste...

   Anonyme   
8/8/2008
Alors là oups, mon avatar me convient bien...

Je viens de voir la note de bas de page... et bon je suis tout neuf ici, encore puceau si on peut dire...

Note à qui de droit: cette remarque de bas de page étant une forme d'introduction, ne serait-il pas judicieux qu'elle fusse en haut de page???

Sur ce chapeau, ce genre d'hommage est difficile... et comme déjà dit réussi

Tout confus je suis


Oniris Copyright © 2007-2020