Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : Amoureux pressez-vous
 Publié le 19/08/07  -  2 commentaires  -  1311 caractères  -  41 lectures    Autres textes du même auteur

Surtout pressez le pas, l'amour et le temps n'attendent pas.


Amoureux pressez-vous



Amoureux pressez-vous car la nuit épaisse
Descend si vite et votre gentille maîtresse
Se languit de vous près du foyer cendreux
En pensant excitée à vos élans amoureux.

Elle a réchauffé d’un édredon votre couche
Et ravivé ses joues et a rougi sa jolie bouche
Elle rêve de se blottir dans vos bras repliés
Alors, je vous en prie, les ennuis oubliez-les !

Revenez près d’elle afin qu’elle ne morde
Sa lèvre inférieure de désir et que se tordent
Ses mains sur votre cou en de folâtres jeux
Quand vous caressez lentement ses cheveux.

Ne négligez rien et que vos élans de tendresse
Se terminent en d’infinies et douces caresses
L’hiver au dehors laisse hurler tous les vents
Mais vous, vous êtes simplement des amants.

Rien ne compte que vos tendres corps à corps
Vous laissant éblouis et oublieux de la mort
Et quand après la passion vous serez silencieux
L’un contre l’autre serrés, fermez donc les yeux !



Si vous voulez l'écouter, cliquez sur le lien en bleu.

http://www.archive-host2.com/membres/up/1086141494/Amoureuxpressez-vous.mp3


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Jeser   
20/8/2007
Toute la tendresse et la passion qu'une femme peut donner est contenue dans ces quelques conseils. J'aime qu'une femme se dévoile ainsi. Bravo Titefée.

   Anonyme   
21/8/2007
Vade retro satanas... Je ne saurai lire ces vers puberes qui encombrent mon esprit. Chercher l'animal de nos émotions et il vous filera entre les doigts.

Bien écrit, mais convenu sur le fond, j'aime aussi.


Oniris Copyright © 2007-2020