Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : C'était un automne vieilli qui mourait sur Riquewhir
 Publié le 30/11/07  -  2 commentaires  -  1175 caractères  -  22 lectures    Autres textes du même auteur

Automne de la vie... amour aussi intense qu'au printemps de nos vies.


C'était un automne vieilli qui mourait sur Riquewhir



C’était un octobre vieilli qui mourait sur Riquewihr !
Les vignobles, aux treilles d’or, aux rangs éclaircis,
Voyaient s’envoler leurs feuilles, dans le soupir
Que faisait le vent doux, passant entre les taillis...

Tu avais pris ma main et restait encore l’empreinte,
Logée au creux de mon cou, de tes baisers doux...
Tes doigts, enlacés à mes doigts, renouvelaient l’étreinte,
De ce qui maintenant n’appartiendrait plus qu’à nous

Demain nous partirons et laisserons le parfum ici,
De nos deux corps blottis au creux de ce grand lit...
Les valises sont prêtes et nous sommes sans crainte,
Nous nous embarquons enfin et finies les contraintes.

Depuis peu nos corps se sont accordés à notre flamme,
Et tu m’apprends à reconnaître un bout de ton âme.
Notre amour, qui grandit, pourrait bien faire des envieux,
Car, serrés l’un contre l’autre, nous ne sommes pas vieux !


Vous pouvez écouter ce poème ici


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   nico84   
30/11/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Moi aussi j'ai quitté mon village, son air frais, le paysage, la mer, j'ai un peu de nostalgie parfois et tu l'exprime ici mais découvrir de nouveaux horizons enrichit aussi :)

Beaux poémes, belles descriptions, bravo !

   Anonyme   
30/4/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
J'ai lu, j'ai écouté même, mais je n'ai pas accroché à cette automne vieilli. Pourtant il y a de la nostalgie dans ce poème Bizarrement je ne la ressens pas. Il manque quelque chose. Un peu de profondeur.


Oniris Copyright © 2007-2020