Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : Écouter l'arbre qui rit, qui pleure
 Publié le 29/09/07  -  7 commentaires  -  1045 caractères  -  184 lectures    Autres textes du même auteur

Nous sommes comme un arbre, racines profondes, sève pulsant nos minutes de vie. Venant d'une graine qui a vécu elle aussi, et qui doit comme tout disparaître.


Écouter l'arbre qui rit, qui pleure



J’ai entouré de mes bras l’arbre qui rit
Et écouté courir la sève dans son tronc,
Me parlant de l’origine du monde qui vit
Dans ses cellules végétales, tout au fond.

Cette nuit, pourtant, je l’ai entendu pleurer,
À petites gouttes serrées et pourtant discrètes,
Un murmure si léger que j’ai cru avoir rêvé,
Comme font tous les candides et doux poètes.

C’était une mélopée qui apaisait mon cœur
En me touchant au plus profond de mon être,
Car, oh non jamais, comme cette nuit peut-être,
Je n’avais entendu un arbre à mon âme parler.

Mes pensées sont à nouveau celles d’un enfant
Qui pleure et s’angoisse à l’idée de la perte
De celle qui s’enfonce vers sa fin doucement,
Et qui, un jour, sera sur son lit, blanche et inerte.

Pourra-t-elle recueillir pendant qu’il est temps
Les paroles d’amour, de pardon, de tendresse
Que recherchent inlassablement ses enfants
Et partir délivrée par la douceur de leurs caresses ?


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   guanaco   
2/10/2007
Laisse-moi être une branche à laquelle te raccrocher lorsque LE moment viendra...
Ce poème fait froid dans le dos parce qu'il est vrai, c'est tout.

   Tchoo   
6/3/2008
J'aime beaucoup! C'est émouvant, musical...
Ca donne envie décrire, d'écrire d'aussi belles qhoses!!

   Tchoo   
6/3/2008
choses pardons!!:)

   Anonyme   
7/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Très joli!

Juste les poètes ne sont pas tous doux et candides...

Heureusement!

L'arbre tresse ses racines autour de notre âme
De cendre ou de papier sur son tapis de flamme...

   Anonyme   
7/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je me pose cette question : l'arbre dont nous parle l'auteur en est-il vraiment un ? A travers lui j'imagine quelqu'un de très cher, un pilier, le centre d'une vie sur lequel on s'appuie.

Peu importe arbre ou pas le sujet a une vie et l'auteur a su mettre beaucoup de sentiments dans ce texte.

   Pluriels1   
27/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
...quand la tristesse est belle!

j'aime l'idée, le thème, les mots/musique, le ton, le coeur, l'envol et ...ses branches...

Mes Pluriels (...forêt).

   Anonyme   
31/10/2015
 a aimé ce texte 
Un peu
"Qui pleure et s’angoisse à l’idée de la perte
De celle qui s’enfonce vers sa fin doucement,
Et qui, un jour, sera sur son lit, blanche et inerte."

Un peu trop de "QUI" ça choque à la lecture, le reste est bon, retravailler ces 3 strophes.


Oniris Copyright © 2007-2019