Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : Elle est encore ELLE
 Publié le 28/11/07  -  6 commentaires  -  677 caractères  -  68 lectures    Autres textes du même auteur

Ne pas garder en soi les derniers jours, mais ceux qui étaient sourire et rires... avant !


Elle est encore ELLE



Sa vie coule comme le suif de la chandelle
Elle regarde le plafond, regard filant
Elle appelle des souvenirs l’émerveillant
De ceux qu’elle vécut lorsqu’elle était belle

Je vois se lever sans elle l’aube nouvelle
Je tiens sa main noueuse et enfin sommeillant
Je prends conscience qu’elle n’est pas immortelle
La mort est là qui épie ma fragile maman

La peau maintenant parcheminée sur les os
Je sais hélas qu’elle appelle enfin le repos
Et je pleure cette vie vécue accroupie

Elle qui vivait debout et avec dédain
Elle qui résistait aux probables demains
La voilà dépendante à la fin de sa vie.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   nico84   
28/11/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Tu nous devoiles à chaque poéme un peu plus, sur la souffrance qui t'habites et sur l'amour que tu as pour cette maman, le tienne, qui le restera toujours.

Je ne commenterais pas la forme qui me semble ici au second plan mais je te félicite pour ce poéme, au thémes universels et trés souvent liés d'Eros et Thanatos. Thanatos est partie faire un trés long tour, alors profite de la compagnie d'Eros avec ta maman.

   Anonyme   
28/11/2007
 a aimé ce texte 
Bien
Au delà de l'émotion et de la rigueur de la forme, j'ai beaucoup aimé ces vers :

Sa vie coule comme le suif de la chandelle

.../...

La peau maintenant parcheminée sur les os

   Bidis   
29/11/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Que de désarroi et d'amour infini dans ces quelques vers...

   strega   
29/11/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quelle simplicité! Au delà de l'évidente émotion, c'est peut-être à mon sens la représentation même de la poésie. Pas de vers alambiqués, pas de pathos, de l'émotion, du vrai en somme.

Je n'aurai pas l'audace de dire que j'ai souffert avec toi en lisant ce poème, mais disons que j'ai pu voir cette souffrance...

   Flupke   
11/3/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Joli poème, quelque peu émouvant. J'ai bien aimé l'expression « cette vie vécue accroupie ». Un bon instantané pour caractériser certaines vies de nos aînés qui n'ont pas eu autant de chances ou de facilités que nous. Bravo.

   BAMBE   
6/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Touchée par la finesse de ta plume, la force de ton propos.


Oniris Copyright © 2007-2020