Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : Elles étaient venues passer un bel été
 Publié le 15/04/08  -  3 commentaires  -  839 caractères  -  36 lectures    Autres textes du même auteur

L'amer des amours naufrageuses. Ce n'est pas autobiographique, mais parfois observé !


Elles étaient venues passer un bel été



Elles étaient venues passer ici un bel été
Découvrant le sable et le bleu de la mer
Et croyaient s’être définitivement approchées
Du dernier amour sans le frisson de l’amer

Elles avaient durant les nuits de confidences
Parlé de leur fleuve et de tous les ruisseaux
Avoué timidement les secrets de leur enfance
Où elles étaient plus fragiles qu’un arbrisseau

D’autres sont venues faire une courte apparition
Et n’ont pas laissé de trace dans les draps blancs
Elles ne furent simplement qu’une tentation
Et aucun souvenir d’elles ne demeurera vivant

Et la vie passe ainsi trop vite ou lente et grave
On gaspille ses jours à ne faire qu’inutiles tours
L’on est comme ces volcans endormis sous la lave
On existe encore mais on ne croit plus à l’amour


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   David   
15/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour TITEFEE,

Il m'a bien plus, un ton de conteuse, qui ne vaut pas que pour les fables, il y a ce vers:

"Et n’ont pas laissé de trace dans les draps blancs"

Il m'a fortement évoqué un rite des mariages traditionnels, une absence de trace au drame symbolique, et sa façon de passer dans le poême comme une petite phrase grave dans une conversation qui l'est moins

   Anonyme   
15/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un amour furtif dont on retient les cendres...

Très joliment dit, je m'interroge encore sur le fond...

   nico84   
16/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Oui, belles images. J'ai aussi apprecié ce poème moins hermétiques que certains autres (pour moi en tout cas).

La lave est l'amour, et explose parfois furtivement, c'est donc la passion ?

Bravo TITEFEE en tout cas.


Oniris Copyright © 2007-2019