Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Marchombre : Vent
 Publié le 15/04/08  -  11 commentaires  -  457 caractères  -  90 lectures    Autres textes du même auteur

L'envol… de qui au juste ???
La Liberté.
Fluidité.
L'harmonie.
La Pureté.


Vent



La peau halée,
La nuque libre,
La femme admirait son bonheur envolé.

Debout, sur son rocheux piédestal,
Devant le ciel épuré
Elle surplombait le Val.

Frisson dû à Éole
Un éclat de rire léger.
Pureté.

Attraction irrésistible des cieux,
Elle prit son envol
Oiseau parmi les Dieux

La nuque libre,
Devant le ciel épuré
Un éclat de rire léger
Elle prit son envol.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
15/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
[... Et décora le sol..]

Un sucide qui donnerait presqu'envie... Non, cela non plus
ne sert à rien, Cioran l'explique mieux que moi...

Très épuré, un départ aérien, une seconde en suspend...

J'ai bien aimé.

   clementine   
15/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime cette poésie courte, légère, aérienne (normal vu le titre!).
Petite musique qui me plait bien. Quelques mots qui s'assemblent et s'envolent.

   Anonyme   
16/4/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
j'aime l'idée
mais ça me parle peu...

   Anonyme   
26/7/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Tu tiens la route mini graine, en poésie ! Moi ça me plait bien tes débuts, tes premiers pas sur un site qui n'est pas celui des tendres et c'est tant mieux, je serais pas là sinon.

   Anonyme   
13/11/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je découvre.

Tardivement certes, mais j'ai vraiment apprécié.

C'est fluide comme le vent, aérien, beau et tragique.

J'aime moins la seconde strophe, un peu plus lourde, (mais peut être est ce volontaire), que le reste.

Bravo!

   Anonyme   
13/11/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai bien aimé. J'ai trouvé ça léger et libre. Il n'aurait pas fallu faire plus long, ni plus court.
La deuxième strophe me plaît moins, en particulier le "rocheux piédestal", un poil trop pédant à mon goût.
Le vers "Frisson dû à Eole", qui semble crier qu'il n'est là que pour la rime, ne m'a pas plu non plus.
Le reste est bien, l'idée est vraiment excellente je trouve.
Dis, le vers "Pureté" me fait penser à La Note, tu radotes, Marchombre !
Bonne continuation.

   Mimi-Crazy   
20/11/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème tout en légèreté. J'aime beaucoup ! En particulier la dernière strophe.
Seul le mot "piédestal" m'a un peu ramenée sur terre.
Bravo

   misspareo   
30/11/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Cette poésie me fais instantanément penser à une jeune marchombre nommée Ellana... Tres beau poème.

   Anonyme   
18/3/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
"Frisson dû à Éole"... Là, j'ai un peu frissonné, en effet : u-a-é-o... ça fait beaucoup, non ?

J'aime la légèreté du texte qui prête à l'envol. J'ai préféré ne pas me poser la question du "qui" suggéré dans ton résumé et penser que tout est appelé à s'élever. Une allégorie ?

   Anonyme   
21/5/2017
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↑
C'est un écrit qui ne peut laisser indifférent, il engendre pour moi un questionnement, parce qu'il me fait ressentir la disparition d'un être, et j'ai du mal avec cette notion. Je ne peux trouver les mots qui la conduisent à cette extrême, beaux.

Je ne peux pas détacher ma pensée, de ce paramètre, et les mots qui me le rendent si présent, me sont insupportables, j'ai l'impression qu'il m'est donné d'assister à la fin de ce "Elle", comme un spectateur impuissant, et cela m'est intolérable, voilà pourquoi je n'aime pas ce texte.

   Anonyme   
21/5/2017
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↑
C'est un écrit qui ne peut laisser indifférent, il engendre pour moi un questionnement, parce qu'il me fait ressentir la disparition d'un être, et j'ai du mal avec cette notion. Je ne peux trouver les mots qui la conduisent à cette extrême, beaux.

Je ne peux pas détacher ma pensée, de ce paramètre, et les mots qui me le rendent si présent, me sont insupportables, j'ai l'impression qu'il m'est donné d'assister à la fin de ce "Elle", comme un spectateur impuissant, et cela m'est intolérable, voilà pourquoi je n'aime pas ce texte.

Petit doublon involontaire ...


Oniris Copyright © 2007-2019