Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
guanaco : Noble étreinte
 Publié le 15/04/08  -  7 commentaires  -  768 caractères  -  75 lectures    Autres textes du même auteur

Une oreille coupée ? Ah ! Mais ça parle de...


Noble étreinte



Nuques chaudes perlant, coup de rein haletant,
Soubresauts éprouvants d’une étreinte, impatients.
Nos regards non fuyants, mouvant sable émouvant
D’une danse au piquant indicible et troublant.

L’un vers l’autre une histoire, ni regrets ni espoir ;
Nos ébats dérisoires, pour un seul le grand soir.
Mêlant rouges et noirs, nous jouons : qui est couard ?
L’extase d’un pouvoir sucrée de désespoir.

Ainsi je te pénètre et aux autres paraître
La voie de ton maître, ton néant et ton être.
Sur l’affiche mes lettres pour un nom à connaître :

Matador, je le suis, jouant avec les vies.
Mise à mort est mon fruit, n’en déplaise aux antis.
Ces vers ? Une fenêtre à cet art pur permettre.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   David   
16/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Guanaco,

"Depuis le temps que je patiente dans cette chambre noire..."
Pardon pour l'humour, pas mal ton sonnet sensuel.

   Anonyme   
16/4/2008
"mataremos otros..." comme dit Francis... Mais je préfère ton hommage... métaphorique, on peut sur les trois premiers paragraphes penser à une autre sorte d'étreinte, qui nous tue un peu aussi, mais d'une autre manière...

   Anonyme   
16/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
ça donne bien, ça sonne bien
bon, deux toutes petites erreurs de métrique (pas grave)

   Anonyme   
16/4/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
"Je te pénètre"? hummm oui certes, mais est-ce une manière
"poétique" de l'exprimer? Je te pénètre, je te pénètre...
Ouais... Et après??

Moi je dirais, "je suis ce matador qui pleure des taureaux",
mais c'est sûrement parce que la corrida me fait dégueuler...
Je sais vaste sujet, sûrement un "art" pour toi... Dis si
je me trompe.

Ensuite, sonnet, pas sonnet, je m'en fous, je lis, je relis,
je ressens...

Bon, une scène de cul sur fond de domination, pas suffisant
pour me convertir en picador...

   Anonyme   
16/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien
La technique poétique n'est pas mon fort. Ceci dit j'ai aimé la double rime de chaque vers. Bel exercice. Tu joues habilement sur une ambiguïté que tu lève rapidement. Je me demande si la contrainte technique forte que tu tes imposé (double rime par vers) n'enlève pas un peu d'allant ou un peu de souffle à ton poème. Un avis de non spécialiste

   nico84   
16/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Moi j'ai aimé ce poéme car c'est un peu un excercice de style de jouer avec le lecteur et delui faire comprendre sans tout dire.

Une réfléxion aprés coup, bravo et merci.

   Anonyme   
20/5/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Je ne m'attarderai par sur le fond, il y a des "pour"et puis des "contre", je fais partie des "contre". comme cela entrainerait un bien trop long débat ici, j'en resterai là, je me suis donc un peu attardée sur la forme.

J'apprécie ces vers aux rimes intérieures, cela donne une musique bien particulière à l'écrit, pour cela je salue la performance car ce n'est pas toujours facile à réaliser, de plus le poème peut ainsi se lire de plusieurs manières.


Oniris Copyright © 2007-2018