Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : Esméralda
 Publié le 18/05/08  -  4 commentaires  -  1116 caractères  -  23 lectures    Autres textes du même auteur

La beauté du diable ? non ! simplement une femme en devenir...


Esméralda



Il n’y a pas si longtemps encore, on la disait
Par le démon toutes les nuits le corps secoué,
Car son buste s’était paré des fruits nouveaux :
D’une fière poitrine, aux seins portés très haut

Les nuits de la saint Jean, nuits des bacchanales,
Elle était alors Esméralda, vierge et femme fatale,
Et elle dansait en virevoltant en jupons retroussés
Pieds nus et fines chevilles, de chaînes d’or cerclées

Tentante et farouche elle frôlait les hommes, insolente
Eux de leurs regards embrasés convoitaient son corps
Et rêvaient longtemps après de cette bouche impudente
Beau fruit mûr dans lequel ils se seraient perdus encore

Troublés par son parfum entêtant quand elle les frôlait
Pour l’avoir dans leur couche ils auraient donné leur âme
Mais d’une vive feinte amoureuse d’eux elle se dérobait
Elle n’était qu’un mirage, une idole, mais pas une femme

http://www.archive-host2.com/membres/up/1086141494/ESMeralda.mp3


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
18/5/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Belle description. Le rythme est un brin défaillant à mon sens...
Le dernier vers ne supporterait-il pas une suppression du "mais"?
Toutefois c'est le style de TITEFEE alors...
C'est au deuxième quatrain que va ma préférence. J'ai aimé dans l'ensemble.

   strega   
18/5/2008
J'ai appréciais. Ce poème reprend des classiques sans tomber dans le stéréotype, c'est plus difficile qu'il n'y parait. Le sujet reste assez banal, surtout pour de la poésie.

Cependant, le tout est cohérent, sans prétention (comme d'habitude), évocation des faits efficace.

   David   
18/5/2008
Bonjour Titefee,

Dés le premier couplet j'ai pensé à une Lolita, ou bien à une Carmen mais moins je trouve, pourtant elle est bien gitane dans le second passage, et sirène des mythologies ensuite, avant de ne plus être qu'un rêve...

   Anonyme   
2/8/2008
 a aimé ce texte 
Bien
On lit au rythme des jupons fripons qui volent et tournent. Très agréable.


Oniris Copyright © 2007-2020