Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
gorgonzola : La nuit des sans abris
 Publié le 20/05/08  -  12 commentaires  -  848 caractères  -  202 lectures    Autres textes du même auteur

Partout, sans distinction, à l'écart...


La nuit des sans abris



C’est une froide nuit d’un hiver sans pitié
Qui pleut sournoisement sur la ville déserte
Les cœurs, les maisons, partout, tout est fermé,
En oubliant souvent ceux que l’espoir déserte.

Mais ils sont toujours là, tapis dans le néant
Le regard pâle et vide, et dénué de rage
Les membres engourdis et transis par le vent
À l’ombre de l’éclat qui luit dans les ménages

Ils souffrent de la nuit, qu’ils maudissent en vain
Ils chassent le malheur, gémissent en silence
Au creux du désespoir qui se fait le témoin
De ce vide à combler, de cette vie d’errance.

Mais nul ne tend la main aux hommes sans logis
Qu’on laisse, là, pourrir en marge de ce monde
Jetés le soir venu. La nuit des sans abris
Refoule tout espoir, quand, là-haut, leur cri gronde.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
20/5/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Un thème que j'affectionne aussi... Je regrette un peu la répétition de "déserte" mais c'est personnel. Sais pas si tu connais Kery James mais il pratique aussi beaucoup ce genre de rimes. Trois fois "nuit" aussi, moins nécessaire je pense... Ainsi
que "desespoir/espoir... Bon c'est ta vision de la chose moi je suis pas forcément "daccord" avec le vers: " Le regard pâle et vide, et dénué de rage". Tu as choisi cet angle là, certains bien sûr ont perdus toute volonté, ce n'est pas une généralité... Et la "rage" (de s'en sortir) existe aussi évidemment. Je pense que la forme est perfectible mais le thème me parle, c'est mon ressenti que je note.

   belaid63   
20/5/2008
 a aimé ce texte 
Bien
le sujet est dur, le dernier quatrain me plais
un poême humain marqué la pitié nécessaire pour la déchéance humaine

je dirais bien pour encourager

   David   
21/5/2008
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour Gorgonzola,

Dés que j'ai vu le titre dans la liste des poêmes en bas de la pages d'accueil, j'ai pensé à "La nuits des morts vivants" et j'ai lu avec cette idée en tête, le retour cauchemardesque de ces choses enterrées, intimes aussi. C'est pas ironique, le thême s'y prète peu, mais l'été qui approche va aussi être une nuit sur le problême des sans abris, qui est plus vivant quand ils meurent de froid. Merci d'essayer de prendre les devants.

   daphlanote   
21/5/2008
Pas mal. Pas mal du tout même. Difficile de rester près du sens, l'exercice est réussi avec aisance.

"De ce vide à combler, de cette vie d’errance." La répétition de la structure me gêne un peu ici.

Trois fois "nuit". Volontaire ?

   marogne   
23/5/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
A la lecture, et malgré la nuit, le froid, la pluie, j'ai littéralement vu leurs frères, le matin, dans un jardin public magnifique, à 2 pas du domaine impérial de l'empereur du japon, à l'ombre des tours ultramodernes.
Et moi, faisant mon footing du matin, passant devant eux et ne sachant pas quoi faire de mes yeux.

Pour moi le signe de l'universalité atteinte par ce texte.

   nico84   
23/5/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
L'exceptionnel est trés utilisé exceptionnellement aujourd'hui. Moi, je salue tout comme David (C'était juste pour le jeu de mot et non une critique de l'évaluation) l'intention, j'ai moi même abordé ce théme dans un poéme publié ici mais avec moins de brio et de technique.

Je t'aurais mis 14 ou 15 donc je te mets un bien + pour l'émotion, et j'espére qu'il pourra ouvrir les yeux a tant de personnes qui pourraient sauver des vies au lieu de mettre de l'argent dans des gadgets de plus en plus scandaleux ...

   Anonyme   
28/5/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime bienn ce poème. Je laisse un com pour l'auteur et lui signaler une erreur, la seule du reste, de métrique :

"Les cœurs, les maisons, partout, tout est fermé,"

Il n'y a là que 11 vers ! mais je pense la correction simple. Sinon, des rimes féminines aux rimes plurielles, tout est parfait ! c'est du bon boulot !
En plus le thème du poème me touche, c'est justement écrit, bien pensé, noble. J'aime quoi !!!

   Anonyme   
28/5/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
C'est très classique de forme...avec ici et là des erreurs. .Mais pas grave.
Le fond donc. Certes maintes fois traité, et ici pas franchement convaincant.

   Christo   
3/6/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
A lire certains commentaires, on croirait découvrir des boutiquiers critiquant l'inventaire du voisin : moi, j'aurai mis tel mot là ou je n'aime pas celui-là" etc... Chaque mot a été voulu par l'auteur ! Parlons plutôt de sensations, de perceptions, d'âme. On ne cantonne à commenter le style quand tout cela est absent. Dans ce poème, il y a toute l'humanité que l'on refuse de témoigner aux exclus. De la poésie, pas un dictionnaire de rimes ou un dépliant publiciaire. De la spiritualité poétique.

   FABIO   
12/8/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
j'ai moi même écrit un petit poèmes très peu travaillé sur ces âmes sans logis et la misère sociale me touche particulièrement. Alors bravo pour ton crie poétique. Un poème plein de force et de convictions.

   Anonyme   
13/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le texte explique bien ce que vit un sans abri

   Anonyme   
13/12/2016
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Chaque hiver revient ce thème "La nuit des sans abris", à croire que "La misère paraît moins pénible au soleil", à croire qu'il n'y a que l'hiver que leur vie est dure.

Pas un hiver très froid dans ma vie, en allant au parc tard avec notre chien, nous avions remarqué un semblant d'abri dans les taillis, notre premier geste en rentrant chez nous, fut de le signaler, et nous n'étions pas les seuls, il a été porté secours à cette personne, dire que les gens ne sont qu'indifférence m'exaspère au possible.

Il ne faut pas oublier tous ces bénévoles qui patrouilles les villes en long en large et en travers pour leurs apporter de la chaleur humaine et les aider parfois à trouver un lit chaud dans la mesure du possible.

Alors qu'on arrête un peu avec ce genre de texte, de vouloir faire pleurer dans les chaumières, de culpabiliser les gens avec ces propos qui ne sont qu'un gargarisme, soulignent-ils et défendent-ils vraiment la cause des "sans abris".

Seul le fond m'a interpellé.


Oniris Copyright © 2007-2019