Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : Viens
 Publié le 20/05/08  -  8 commentaires  -  1023 caractères  -  41 lectures    Autres textes du même auteur

Juste un chemin qui va disparaître à mon regard bientôt et que je suivrai seule après.


Viens



Viens Maman, mettons nos chapeaux de paille
Je pose du rouge sur tes joues devenues trop pâles
Et me saisis de ton bras pour que tu ne défailles.
Allons voir le soleil disparaître derrière les monts
Pour admirer ton village natal et ce que nous aimons.

Nos souvenirs sont communs, rien ici n’a changé,
Des ruelles étroites, de l’église à l’imposant château,
Et de l’école où nos années d’enfant se sont passées
À l’ombre du grand mûrier et du vénérable ormeau.

Là où Papa et toi témoignais de votre jeune amour
Sur le fronton de la chapelle, vos initiales sont gravées.
C’est émue, hier encore, que du doigt tu me les montrais
Et tes yeux avaient alors l’humide douceur du velours.

Maintenant ton regard irrémédiablement de gris se voile
Il cherche à reconnaître dans les cieux une lointaine étoile
Mais tu n’entends plus t’appeler que les voix aventureuses
Que tu es seule à entendre dans ton opaque nuit mystérieuse.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   strega   
20/5/2008
Je suis incapable de commenter, encore moins de noter....

Mais je voulais laisser une trace de ma lecture.... Une oeil compatissant, et pas complaisant...

   clementine   
20/5/2008
Les couleurs de la vie s'atténuent avec le temps. C'est sans doute lorsque tout est devenu neutre, uniforme qu'il est l'heure de partir.
Comme Strega, je ne peux ni noter ni réellement commenter ce texte trop empreint de réalité. Juste lire et compatir.
Amicalement .Clem.

   aldenor   
20/5/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Le premier vers est une merveille.
“Pour admirer ton village natal” : “pour” me dérange, je ne vois pas le lien de causalité avec le soleil qui disparaît et « natal » est peut-être de trop.
Je trouve un peu lourd “Nos souvenirs sont communs”, mais le reste de la strophe est très harmonieux.
« témoignais » devait être au pluriel, non ?
La fin est belle mais les deux « que » me heurtent un peu.
Un poème émouvant.

   David   
21/5/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour TITEFEE,

Les deux vers qui finissent le poême m'ont beaucoup plu, ces "voix aventureuses" m'évoquent des choses trés positives, les anciens à la conscience un peu perdue retrouvent ils les rêves d'enfance ? pas pour pueril mais pour libre bien sùr, j'ai beaucoup aimé.

   Parmerion   
21/5/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Monotone, lent et beau. Ton poeme m'a fait l'effet d'un film de Wong Kar-Wai ^^

   marogne   
23/5/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
ouf! j'en ai la bouche sèche. Emouvant et juste. Une petite larme même....

La forme, je la trouve aller à l'amble du thème, des émotions, le choix des mots apporte un je ne sais quoi de nonchalance qui renforce encore le message qu'ils portent.

Bravo, et merci pour tant de sincérité.

   nico84   
23/5/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je repense à ce tout ce que tu m'as déjà dit sur le sujet. Sur la douleur, le pardon et l'amour et je t'admire pour ce que tu fais malgré les anciens événements.

Bravo, madame. Je te mets un 14. 10 pour la forme et 18 pour le fond !

   arjounimed   
1/6/2008
 a aimé ce texte 
Un peu
Je sens qu'il y a envie de poétiser...mais la forme enchaîne... libérez-vous ce serait mieux et laissez-vous mener par Pégase au gré des vents métaphoriques... ses ailes ne supportent pas le poids de la mesure et des rimes "incrustées" de force parfois!...


Oniris Copyright © 2007-2019