Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : La légende du roi Arthur
 Publié le 17/09/07  -  2 commentaires  -  1817 caractères  -  118 lectures    Autres textes du même auteur

La légende est éternelle...


La légende du roi Arthur



Uther Pendragon, roi de grande Bretagne, était tant épris
De la Belle Igraine, femme de Gorlois duc de Cornouailles,
Qu’il prit, à l’aide de Merlin le magicien, la physionomie
Du mari, afin d’amener son aimée à rompre ses épousailles
Et tomber toute chaude et énamourée dans son grand lit.

Et c’est de ces amours que naquit, hors des liens du mariage,
Le roi Arthur, leur fils, qui fut élevé bien loin de ses parents
Par l’enchanteur, dont la puissante magie traversa les âges.
Et la légende dit que Merlin vit à Brocéliande encore à présent
Avec la fée Viviane amoureuse de Lancelot du lac son amant.

La naissance de Merlin fait l’objet aussi d’une curieuse histoire
Car les Britanniques qui avaient érigé dans la plaine de Salisbury
Une forteresse, entendirent que pour la protéger de funestes déboires
Sur le sol devait être versé le sang de l’enfant d’un père non humain
Et, alors que le sacrifice paraissait quasi impossible, un enfant naquit !

Une fille venait d’accoucher d’un enfant qu’un démon avait conçu.
L’enfant n’était autre que Merlin que sa mère s’empressa de baptiser.
Ce qui n’empêcha pas son fils d’hériter des fabuleux pouvoirs innés
De ce père auxquels sa mère voulait le dérober afin de passer inaperçu
Mais l’enfant n’eut pas à être sacrifié au bénéfice de la forteresse.

En effet, étaient en réalité à l’origine du mauvais sort, deux dragons !
Mais Merlin avait eu le temps de concevoir pour Uther Pendragon
Une magnifique forteresse où figurait la fort célèbre table ronde
Autour de laquelle cent cinquante chevaliers ennemis de la fronde
Pouvaient prendre place pour le grand conseil autour de leur roi.


À suivre...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Togna   
17/9/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Parfois, je vais en forêt de Brocéliande. Il y est une petite église, à Tréhorentec ; "l'Eglise du Graal" réhabilitée par un abbé au siècle dernier.
Là, pour qui sait le rechercher, on "sent" encore la présence de Merlin, d'Arthur, de Viviane et de Lancelot.
Ces vers ont réveillé en moi les esprits subtils qui hantent encore Brocéliande.
Merci Titefee

   Anonyme   
15/3/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Demain dimanche, par mes sentiers et par mes landes, j'irai mettre mes pas dans les pas de Viviane, je trouverai Morgane, je chercherai Merlin et je boirai à pleines mains l'eau sacrée de Barenton en prenant bien garde de ne pas mettre une seule goutte sur la margelle... Demain dimanche !


Oniris Copyright © 2007-2019