Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
TITEFEE : Les cerisiers de mon enfance
 Publié le 18/07/07  -  7 commentaires  -  1234 caractères  -  55 lectures    Autres textes du même auteur

Des souvenirs savoureux comme ces pendants d'oreilles... sans doute les partageons-nous tous et avons-nous sur les papilles le goût de ces fruits charnus… à écouter aussi même si ma voix n'a plus les accents de l'enfance !


Les cerisiers de mon enfance



Je me souviens encore des senteurs de la campagne
Où se dressaient immenses et touffus deux cerisiers.
Perchée, du haut de la cime, j’apercevais la montagne
Et plus loin encore, à droite, le bleu de la Méditerranée.

J’aimais au printemps voir apparaître aux branches
Les fourreaux serrés des exquises fleurs blanches
Butinées par des abeilles à l’abdomen d’or poudré
Et je regardais, à distance respectable, leur ballet.

Puis, bien des jours plus tard, on guettait du chemin,
Les merles pilleurs des fruits au rose si translucide
Et nous courions, tapant rageusement dans nos mains,
Pour faire fuir ces voleurs loin des fruits encore acides.

Nous les attendions tant ces beaux pendants d’oreilles
Et voulions déguster les brillantes cerises vermeilles,
Crachant loin, en riant, les noyaux encore visqueux,
Pendant que coulait dans notre gorge le jus délicieux.

Il s’est perdu au loin, hélas, le temps béni de l’enfance !
Quand je suis retournée au champ, il me parut si petit ;
Je me souviens encore comme nous le trouvions immense
Et même si les cerisiers ont disparu, leur souvenir survit.




 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Athanor   
18/7/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Que de belles images et un goût fruité qui excite les papilles.
La nostalgie est là, à fleur de peau et c'est beau.
Néanmoins, petit bémol, j'aurais plus vu ce texte intégré à une nouvelle.
C'est presque trop court (il manque un avant et un après à mon goût).
Mais j'aime beaucoup.

   guanaco   
18/7/2007
Qu'en dire?
C'est du Pagnol peint par Cézanne
Il manque juste le concours de cracher de noyaux
Très sympa

   genevieve   
18/7/2007
Et me voilà bien des années en arrière... j'ai 10 ans et je sens le goût de la cerise dans ma bouche.... et....
Merci.

   Pat   
18/7/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une belle sensibilité... très imagé, j'aime beaucoup.

   Cyberalx   
20/7/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Je pense comme Athanor qu'une nouvelle (et une bonne) se cache au coin de ces mots.

J'ai bien aimé ce texte, notamment l'aspect joyeux qui n'est pas si courant chez les nostalgiques qui passent hélas plus de temps à se morfondre du temps qui passe qu'à se réjouir du bon temps qu'ils ont passé.

   TITEFEE   
20/7/2007
savez-vous que vos commentaires me ravissent ??
je découvre petit à petit ce site et je commence à m'habituer à quelques personnalités fortes et à d'autres plus sensibles...mon métier de sophrologue transparaît encore et me porte à voir surtout ce qui est bon et optimiste même sous une plume " morne et triste"..

quant à la nouvelle, j'avoue que je commence à m'y intéresser. Tango tangue en est une sur la vie amoureuse de Carlos Gardel, et j'ai commencé à la mettre sur Oniris...
et actuellement j'écris l'histoire romancée de Florette et d' Henry IV.. j'espère arriver au bout.

   farfadet   
22/7/2007
Magnifique chère petite fée J'adore !


Oniris Copyright © 2007-2019