Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : Songes à l'aurore
 Publié le 02/10/07  -  2 commentaires  -  1046 caractères  -  60 lectures    Autres textes du même auteur

Un jour s'en vient, un jour s'en va... On ne retient de la nuit que les songes qui ont passé la barrière du conscient.


Songes à l'aurore



Le jour se peint en guipure mauve lorsqu’il se lève
À travers l’entrelacs des sapins et me dit bonjour.
Et moi, qui croyais n’avoir plus la soif d’un amour,
Vois mes derniers jours se vivre comme en un rêve.

L’existence a souvent creusé de terribles sillons
Mais a aussi apporté à ce cœur qui toujours palpite
Des envies de beauté enfantée et la délicieuse invite
À exalter l’aurore quand le soleil darde ses rayons.

Je me sens si vivante pour quelque temps encore
Tant L’amour a fait reculer les angoisses de la mort.
Seule ma mère me désespère car sa fatale descente
L'a fait glisser vers sa dernière et inéluctable pente.

Alors j’ouvre grands les bras avant que ne se retire
Cette nuit qui a mouillé de rosée son terrien empire
Et ses derniers mystères me donnent des frissons.

Des odeurs acides de terre humide encore nagent.
Le vent m’apporte du Rhône l’odeur de marécage
Et reste sur la vitre la trace brillante d’un limaçon.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   clementine   
23/11/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Titefée, tes poèmes sont très beaux, celui ci me plait particulièrement. C'est vraiment de la poésie pour la soif.
Comme de déguster un bon verre de limonade tout en marchant dans un champ vers le soleil.

   clementine   
23/11/2007
Je cherchais sans trouver quel auteur cela évoquait pour moi, cela vient de me revenir: Colette.


Oniris Copyright © 2007-2019