Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : Souviens-toi l'ami... lorsque tu marches
 Publié le 13/12/07  -  2 commentaires  -  1096 caractères  -  27 lectures    Autres textes du même auteur

Ne pas penser à soi... juste regarder autour...


Souviens-toi l'ami... lorsque tu marches



Souviens-toi l’ami, constamment lorsque tu marches
Que d'autres, désespérés, dans un lit crèvent de peur
Car pour eux la vie est devenue soudain noirceur,
Après l'accident qui à l'immobilité les attachent

Si tu penses qu'en ton cœur blessé tout est morne
Et qu'en Dieu tu n'accordes plus de croyance
Efforce-toi quand même d’être amour et tolérance
Et veille à ce qu'en toi l'humanité ne s’endorme

Le regard accordé à cet autre confine à l'infini
Il te livre des trésors ignorés loin de l'étroitesse
Des vues égoïstes et étroites et n'aie de cesse
De donner, donner encore et tu seras béni

Les cartes qui furent distribuées à la naissance
Ne sont pas toutes retournées en ce jour
De l’avenir on ne connaît pas tous les contours
Ni nos périodes de chance ou de malchance

Selon ton rang ou ton aspect tu connaîtras le mépris
Car les gens vivent encore dans l’ignorance
De ce que recèle un cœur qui n’a eu à la naissance
Que la couleur et la terre dont il est proscrit


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
13/12/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Au delà de la forme : c'est écrit avec force et véhémence...

   strega   
22/5/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Ca m'a fait penser à "Si c'est un homme", le poème, de Primo Levi. Une sorte d'injonction au lecteur mais qui relève presque de la supplication. C'est fort en effet, très parlant surtout.

La forme oui, c'est vrai que c'est presque trop classique, ça enlève un peu de caractère aux mots à mon goût.


Oniris Copyright © 2007-2020