Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
troupi : Je ne laisserai rien
 Publié le 09/11/19  -  24 commentaires  -  1923 caractères  -  201 lectures    Autres textes du même auteur

Vers la sobriété heureuse
Pierre Rabhi


Je ne laisserai rien



Je ne laisserai rien
Pas le moindre héritage
Aucun bien
Pas d'argent

Je ne possède pas

Quand mes petits enfants viennent voir mes vieux jours
quand leurs mains sur mes mains trop usées se promènent
ils attendent une histoire qui surgit du passé


Alors je n'ai plus d'âge
et mes doigts évaporent l'arthrose pour gratter
sur la guitare ancienne ou le piano faussé
quelques notes feutrées
de Bach ou de Fauré

Ils restent silencieux mais leurs yeux s'illuminent si je leur dis
essaie tu vas voir que tu peux
Dès la première note les voilà fascinés

Les jours de plein soleil au jardin ils me suivent
Papillons herbes folles lézards
sous leurs yeux éblouis tout saute et virevolte
Alors je leur apprends que ce sont des trésors
Les vrais
Ceux de la vie qui n'ont besoin de rien pour donner du bonheur
et qu'on ne perd jamais

Ils sont grands aujourd'hui
Aucun n'est musicien ou entomologiste
mais pas un d'eux n'écrase une araignée qui passe

Ils ont tous un djembé qui attend dans un coin
ou bien un vieux clavier sur lequel ils s'évadent
J'en ai même un qui peint des couleurs insensées

Ils savent que créer s'apparente au bonheur
mais aussi que la vie même la plus infime
a droit à leur respect

Et j'aime imaginer qu'ils voient un myosotis comme un bouquet de roses


… Je ne laisserai rien
bbbbbbbbbbbbbbbbbpas le moindre héritage…


… Juste quelques paroles
bbbbbbbbbbbbbbbbbbbbposées en leur mémoire…


… Sur la branche
bbbbbbbbbbbbbbun oiseau
bbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbqui ne s'envole pas…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Michel64   
21/10/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
J'ai beaucoup aimé votre écrit, tout à fait dans ma vision des choses.
Vous ne laisserez rien à vos petits enfants...sauf l'essentiel, le respect et l'amour de la vie...

"mais pas un d'eux n'écrase une araignée qui passe"

...de la beauté...

"Et j'aime imaginer qu'ils voient un myosotis comme un bouquet de roses
"
Je crois que j'aurais arrêté là le poème.

Merci pour ce moment.

Je mets une flèche vers le bas pour mon évaluation juste pour garder une marge sur de futurs écrit,
sur vos futurs écrits ?

   cherbiacuespe   
21/10/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
La référence à Pierre Rabhi ne va pas faire plaisir à tous, le personnage étant assez contesté par ailleurs. Risqué. Mais il n'y a pas de vie sans risque...

Un poème qui me va droit au cœur! Si l'on pouvait être sûr de transmettre ce que l'on a appris, le peu que l'on sait. Que la vie (et la mort) n'est qu'un tout, que ce tout est à la fois nous et autre, et que le respecter c'est se respecter, l'aimer c'est s'aimer. Mais aussi que la mort c'est donner la vie, alors les choses serait peut-être plus simples. Ou pas...

Poésie libre en forme de testament avant l'heure ou je vois une satisfaction d'avoir transmis, d'avoir réussi cela, ce qui apparaît comme important et pas l'héritage de biens. En ce sens, "Je ne laisserai rien, Pas le moindre héritage, Aucun bien,Pas d'argent" n'est pas tout à fait juste puisque ce que l'auteur laisse sont justement "quelques paroles, posées en leur mémoire...", le plus important aux yeux de celui qui écrit, la seule chose qui compte. Il laisse donc bien un héritage, le meilleur dans ce mot selon lui.

Oui, je trouve cette poésie réussie. Oui, sans doute parce que le thème de ce texte est pour moi une réflexion de tous les jours.

   papipoete   
22/10/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
libre
" je ne laisserai rien... que des paroles, des exemples, de bonnes pratiques ; aucun héritage sonnant et trébuchant " mais des mots qui murmurent l'estime des autres et de la nature, qui tonnent contre méchanceté ou mépris ; rien au fond d'un porte-monnaie !
NB des petits-enfants ont grandi sous l'ombre bienveillante d'un papi, qui montra, enseigna sans donner de leçon, mais les résultats sans notes ni commentaires sont gravés dans ces mémoires enfantines, ces esprits d'aujourd'hui !
Une belle leçon de vie à travers cette poésie libre, où chaque ligne est riche de sensibilité, d'humilité.
" alors je n'ai plus d'âge... " est ma strophe préférée !
papipoète

   Gouelan   
22/10/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
"Je ne laisserai rien", à part des trésors pour grandir.

On ne laisse rien que la mémoire qui vibre, le respect de la vie et du temps qui passe.

Transmette à ses petits enfants l'idée du colibri ; quelques gouttes de "myosotis comme un bouquet de roses".

J'ai beaucoup aimé les couleurs insensées, les peindre c'est ce qu'il y a de plus sensé, sans en avoir l'air.

Des mots comme des notes de guitare envolées, des mots posés sur la branche.

J'ai apprécié votre poème. Merci pour cet instant de bonheur sobre.

   Corto   
24/10/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème en forme de contre-pied.
"Je ne laisserai rien
Pas le moindre héritage",
la formule à l'emporte-pièce désigne ici les biens matériels, donc une volonté de détachement, voire de dénuement.

Mais tout le poème décrit un autre héritage, une richesse de découverte, de connaissance, de respect de la vie.

Le narrateur qui joue "quelques notes feutrées de Bach ou de Fauré" à ses petits-enfants leur apporte la plus belle richesse qui soit: un art de vivre dans la beauté, la nature, le respect du vivant.

"Ils savent que créer s'apparente au bonheur" est évidemment le plus beau legs qu'un grand-père puisse faire à ses descendants.

Oui Papy, c'est bien jugé: "je leur apprends que ce sont des trésors
Les vrais". Ils ont de la chance d'avoir reçu ce si bel héritage.

Bravo à l'auteur pour ce texte bien construit, bien imagé, très riche.

   natile   
25/10/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Voilà une déclaration très émouvante à ceux que l'on va quitter un jour, ceux que l'on a guidé, aimé. il y a une telle simplicité dans les mots choisis qui donne de la valeur aux sentiments transmis. Ces allusions à la nature, à l'art comme essentiels à transmettre sont remplies de tendresse. Il y a surement beaucoup de l'auteur dans cet écrit, c'est vivant d'amour.

   ANIMAL   
26/10/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Magnifique poème sur la vraie richesse qu'est la transmission du savoir et des valeurs. Le grand âge, c'est aussi le privilège d'une vie d'expérience et de connaissances acquises. Il y a beaucoup à apprendre des anciens, en tous cas de certains.

"Je ne laisserai rien
pas le moindre héritage"
...
"Je ne possède pas"

Eh bien si ! Ce vieillard possède au moins le savoir d'utiliser un piano, une guitare, de connaître les hôtes du jardin, et la faculté de transmettre le goût du bonheur à ses petits-enfants.

Si j'ai une petite remarque à faire, ce sera le mot "évaporent" au 10e vers, que je ne trouve pas à la hauteur du reste de ce poème. Mais c'est un ressenti personnel.

Pour moi, une strophe ressort particulièrement, les autres étant un superbe écrin pour cette perle :

"Ils savent que créer s'apparente au bonheur
mais aussi que la vie même la plus infime
a droit à leur respect"

Une très belle lecture.

en EL

   Lebarde   
9/11/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Que sont les biens matériels à coté des choses du coeur et de l'esprit?
Quoi de plus beau que de proposer en héritage, des valeurs humainement simples, qui devraient être universelles que sont le respect de la nature, le goût de la découverte et du savoir, l'amour de la vie et du vivant sous toutes ses formes.

Heureux celui qui comme ce grand père a tant à transmettre et sait aussi bien transmettre sans imposer.

Ce poème est magnifique de tendresse, de sensibilité, d'humanité, de naturel, en exposant avec autant de justesse et de finesse ces valeurs essentielles qui donnent l'impression pourtant d'être si peu partagées.

L'écriture, à la versification totalement libre ( pas de métrique contraignante, pas de rimes, pas de ponctuation ...) donne pourtant à la lecture un poème remarquablement fluide, ordonné, délicat, d'une grande musicalité.

Troupi, bravo vous m'avez enthousiasmé et vos enfants et petits enfants peut être, ont beaucoup de chance.

Merci

Lebarde

   Davide   
9/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour troupi,

Il se dégage de ce poème une tendresse énorme. On le sent écrit avec le cœur, mais avec un cœur énorme ! La sagesse ne se dit pas, elle se ressent, elle se regarde, elle se respire :
"Quand mes petits enfants viennent voir mes vieux jours"
"Alors je n'ai plus d'âge"

Pour autant, je trouve bien des images trop cliché, quand d'autres me laissent perplexe :
- "notes feutrées de Bach" ? D'après moi, le mot "feutré" ne saurait caractériser une interprétation d'une composition de Bach, d'autant plus si elle est jouée à la guitare.
- "Ils restent silencieux mais leurs yeux s'illuminent". Pourquoi un "mais" ? J'aurais écrit : "Ils restent silencieux et leurs yeux s'illuminent". Le "mais" sous-entendrait que le "silence" s'opposerait à l'illumination des yeux, alors qu'elle en est l'étincelle.
- "Alors je leur apprends que ce sont des trésors" : je pense que les enfants savent naturellement que "ce sont des trésors" ; ont-ils besoin qu'on le leur dise ? Nous avons, adultes, beaucoup à apprendre de nos (petits-)enfants !
- "Aucun n'est musicien ou entomologiste / mais pas un d'eux n'écrase une araignée qui passe"
Je n'ai pas compris l'opposition ; pourquoi un "mais" ?
- Ils ont tous un djembé (...) ou bien un vieux clavier sur lequel ils s'évadent / J'en ai même un qui peint des couleurs insensées"
Ces images font un peu trop cliché ! ;)

En fait, d'une manière générale, je trouve le poème mal écrit, manquant de fluidité : absence de ponctuation, rejets, syntaxe approximative, tournures familières... Pour preuve, j'ai buté six ou sept fois lors de ma première lecture !!!

Mais bon, j'ai beaucoup lu Pierre Rabhi étant adolescent, et je connais bien ce livre (je l'ai dans ma bibliothèque), livre dont le titre heurte le mercantilisme de notre société capitaliste, assurément. Un oxymore pour elle, un pléonasme pour "nous" autres, rêveurs et amoureux de dame nature.

Le message est magnifique, attendrissant, mais j'aurais aimé que les images honorent davantage l'intention. La sobriété se ressent jusque dans une certaine paresse d'écriture :D

Mais c'est un beau texte, vraiment !

   Lulu   
9/11/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour Troupi,

J'ai bien aimé l'esprit doux de ce poème qui se resserre sur ce qui compte vraiment. La transmission se situe fort heureusement aussi ailleurs que dans les biens matériels.

Le poème m'a plu, en dehors d'un passage que j'ai trouvé moins poétique, car faisant peut-être trop le constat, comme on le ferait dans une discussion à visée didactique. C'est là :
"Ils sont grands aujourd'hui
Aucun n'est musicien ou entomologiste
mais pas un d'eux n'écrase une araignée qui passe

Ils ont tous un djembé qui attend dans un coin
ou bien un vieux clavier sur lequel ils s'évadent
J'en ai même un qui peint des couleurs insensées

Ils savent que créer s'apparente au bonheur
mais aussi que la vie même la plus infime
a droit à leur respect"

En dehors de ce passage, tout me semble plus subtil, et donc plus touchant sur le plan poétique.

J'ai, enfin, beaucoup aimé les derniers mots qui sonnent comme un chant…

Merci du partage et bonne continuation.

   Hananke   
9/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Un texte dont le message est plein de bonnes intentions :
prenez mon expérience au lieu de mon porte-monnaie.
Mais ce qui pouvait passer hier pourrait bien coincer aujourd'hui.
Dans une société où le fric est devenu dictateur, je pense que
les petits-enfants, aussi bien élevés soient-ils, vont l'avoir mauvaise.
Et ça risque de remuer dans les brancards sauf si le prochain "de cujus" n'a vraiment rien à léguer.

Autrement c'est bien écrit et imagé mais là encore, j'aurais, peut-être préféré une poésie en prose, mais ce n'est que mon impression.

   Provencao   
9/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quelle délicieuse poésie....qui me touche au plus profond de mon être, de mon âme.

Justes quelques paroles, en sagesse en humilité et en grande sensibilité, où l'horizon que vous leur offrez, que vous nous offrez est de rendre simplement aux enfants et petits enfants la possibilité de sentir, ressentir ce qu'ils font et ce qu'ils aiment...

Les rendre sensibles ...avec cette poésie libre à la sensibilité ne peut que leur donner, nous donner, toutes ces facultés de sentir le bonheur, le simple à la hauteur de la puissance de l'air.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   PIZZICATO   
9/11/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
" Je ne laisserai rien
Pas le moindre héritage " Oh que si !!

"Aucun bien, pas d'argent ". Quelle importance ?
Au contraire, vous leur laisserez d'autres richesses qui sont les valeurs. L'amour de tout ce que la vie nous offre de beau.
L'amour de la musique, des fleurs, de la nature ; le respect des animaux.
" Papillons herbes folles lézards
sous leurs yeux éblouis tout saute et virevolte
Alors je leur apprends que ce sont des trésors
Les vrais
Ceux de la vie qui n'ont besoin de rien pour donner du bonheur
et qu'on ne perd jamais "

"Aucun n'est musicien ou entomologiste
mais pas un d'eux n'écrase une araignée qui passe ".

" Ils savent que créer s'apparente au bonheur
mais aussi que la vie même la plus infime
a droit à leur respect "

Que chaque être qui s'en va laisse un tel héritage, alors le monde sera bien meilleur que ce qu'il est devenu...

Merci Troupi pour ce joli poème.

   Vincente   
9/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai aimé la philosophie que chante ce poème, elle puise dans l'authentique et le modeste la richesse essentielle, ça a l'air tout simple, tout bête, mais paradoxalement être proche de la nature n'est pas naturel, être proche de ses proches pas évident non plus, être sage face à l'au-delà une grandeur difficilement saisissable. Alors quand un modeste au cœur tendre vous invite à entrer dans ses mots, il faut tenter l'expérience.

J'y ai apprécié le rythme et le ton, la lecture est aisée. Les longueurs très variables des vers, ainsi que les strophes très libérées, "exploitent" avec adresse la générosité de la poésie libre. Je vois une corrélation étroite sur ce plan entre le choix d'écriture de l'auteur et sa philosophie de vie ; les contraintes sont celles "qu'imposent" le situationnel, aucun "artifice" formel ne vient endiguer ses actions ; si bien que le panel de ses "possibles" dispose des potentialités généreuses qu'offre la vie simple.

La narration s'ouvre sur une déclaration très volontaire, le style de l'expression y est clair, sans appel, disons minimaliste, mais laisse l'oreille à l'écoute d'une circonstantialisation imminente. J'ai beaucoup aimé tout ce qui s'y énonce, l'on voit que le choix de vie du narrateur n'est pas le fait d'une mode, la conviction courre depuis longtemps et a su bâtir sa pensée. Je trouve le regard envers les petits enfants attentif et émouvant, le grand-père transmet sans contrainte, il montre l'exemple et convainc en souplesse.

Quelques vers trouvailles méritent d'être cités :
"et mes doigts évaporent l'arthrose pour gratter sur la guitare ancienne ou le piano faussé"

"Et j'aime imaginer qu'ils voient un myosotis comme un bouquet de roses"

" … Juste quelques paroles
posées en leur mémoire…

… Sur la branche
qui ne s'envole pas…
"

Les trois strophes finales originales dans leur disposition sont très suggestives dans leur expression, elles participent avec bonheur au plaisir du bonheur évoqué.

   leni   
10/11/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
un testament philosophique que l'on reçoit des la petite enfance qui s'affine au jour le jour et qui est si bien dit

ON y est d'emblée

Quand mes petits enfants viennent voir mes vieux jours
quand leurs mains sur mes mains trop usées se promènent
ils attendent une histoire qui surgit du passé

Je m'attarde aux idées et aux images


et mes doigts évaporent l'arthrose pour gratter
sur la guitare ancienne ou le piano faussé

Voilà un message transmis

essaie tu vas voir que tu peux

alors la pensée s'affine

Alors je leur apprends que ce sont des trésors
Les vrais

pas un d'eux n'écrase une araignée qui passe
restent un clavier des couleurs insensées


Créer s'apparente au bonheur


Juste quelques paroles
posées en leur mémoire…


Ce texte est une réflexion sereine et riche SUPERBE
Bravo AMI LENI

   Raoul   
10/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
J'ai beaucoup aimé ce poème libre où la liberté de penser, de transmettre et de vivre est bien balancée. Lecture délicieuse. Quand au fond, comment ne pas abonder.
Juste un bémol sur la segmentation et la graphie de la dernière partie, pour moi, un peu inutilement appuyée.
Belle sagesse distillée par la parole et le geste. Il est bon, ce grand-père.
Une lecture qui fait du bien, alors merci !

   BernardG   
10/11/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Troupi,

J'ai lu avec intérêt votre travail - émouvant et intelligent - cependant, je classe ce type de textes dans la prose poétique.......Remarque peu importante finalement puisque les évaluateurs en ont décidé autrement ☺
Des vers un peu convenus à mon sens
"Ils savent que créer s'apparente au bonheur"
"Ceux de la vie qui n'ont besoin de rien pour donner du bonheur"
Les 4 premiers vers sont puissants.
Au final, je n'ai pas été enthousiasmé.
Merci pour le partage.

Bernard G.

   krish   
10/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Un texte qui pour moi synthétise l'humilité : être conscient de ce que l'on transmet et de ce qui appartient complètement aux autres.
L'ambigüité de l'expression "je ne laisserai rien", alors qu'au fil du texte on comprend qu'il laisse tout l'essentiel, résume les contradictions de notre monde matérialiste qui considère que ce qui n'a pas de valeur marchande, n'est rien.
Le rythme long impulsé soit par les alexandrins, soit par des vers courts qui obligent à la pause, convient parfaitement au personnage âgé du poème. C'est comme si entre deux anecdotes, chaque idée était pesée.
Un texte juste dans la sagesse délivrée par l'âge à celles et à ceux qui traversent l'existence dans le respect scrupuleux des vraies valeurs : celles de la vie en soi.
Un bon moment attendrissant. Merci pour ces bonheurs simples

   emilia   
11/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Pas d’héritage « sonnant et trébuchant », mais un art de vivre centré sur la musique, l’exploration du jardin à la découverte des trésors de la nature « pour donner du bonheur (celui) qu’on ne perd jamais… » et que l’on apprend à respecter dans « la vie même la plus infime », en offrant la liberté de s’essayer à « créer », à la pratique d’un instrument, à l’habileté du pinceau…, de savoir percevoir derrière le « bouquet de roses » l’humble « myosotis » dont « la coupe d’or est si petite qu’une larme d’oiseau l’emplit… », dans l’esprit d’une « sobriété heureuse »… ; un magnifique testament à laisser à ses petits-enfants…

   Pouet   
12/11/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Slt,

j'ai tout aimé. Le fond, la forme.

Tout d'abord la "simplicité" du début qui pour moi fonctionne bien.

Ce "je ne possède pas" tellement plus "puissant" et intéressant qu'un "je ne possède rien".

La poésie est ici partout à mon sens, je n'ai rien envie de relever jusqu'à ce superbe dernier vers.

Voilà, je ne l'explique pas plus, mais j'ai été touché par ces mots. Vraiment.

   arthure   
12/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
très beau poème qui va crescendo,plein de rythme et de sens.
l'idée de départ est bonne et bien exploitée.
se déguste plus que ne se lit.

   Annielives   
22/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Magnifique

Surtout la première strophe et les dernières lignes.
...je ne laisserai rien
pas le moindre héritage

Vraiment félicitations

   Alfin   
5/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Inscrit depuis peu, je remonte petit à petit dans les archives. Troupi quelle belle invocation du respect de la nature et de la créativité. J'aime autant le sujet que son traitement, on ressent tout le doux amour d'un grand parent pour ses tout petits.

Merci beaucoup pour ce beau récit éminemment poétique.

La fin me semble malgré tout un peu en décalage avec le reste, c'est pour moi un léger défaut de cohérence même si la mise en exergue du message principal est clair, il l'était déjà mais dans cette forme il semble appeler d'autre jeux de mots et d'espace

au plaisir de vous lire !

   sauvage   
13/1/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
le message délivré me touche ; texte sobre, dans la simplicité. Des rythmes ternaires dès le début en 6-6-3-3 :

"Je ne laisserai rien
Pas le moindre héritage
Aucun bien
Pas d'argent"

et des alexandrins:

"et mes doigts évaporent l'arthrose pour gratter
sur la guitare ancienne ou le piano faussé"

Ces rythmes donnent une élégance. Pas de recherche de rimes particulières mais ce rythme qui avance pour dérouler une vie et

"… Juste quelques paroles posées en leur mémoire…"

et ces quelques lignes pour en remercier l'auteur.


Oniris Copyright © 2007-2020