Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
troupi : Un poisson rouge dans un bocal
 Publié le 24/10/16  -  24 commentaires  -  555 caractères  -  320 lectures    Autres textes du même auteur

Dis Papy ! Tu m'achèteras un poisson rouge ?
Non, je ne peux pas faire ça, mais viens un peu par là,
j'ai des histoires à te raconter…


Un poisson rouge dans un bocal



Tous les enfants devraient apprendre à siffloter
comme le rouge-gorge ou le merle rieur.

Tous les enfants devraient regarder l'araignée
qui tisse au coin du jour sa propre galaxie.

Tous les enfants devraient apprendre que les eaux
ont été le prélude aux sources de la vie.

Et ils devraient aussi savoir imaginer
l'infini de la vie dans un frêle brin d'herbe.

Après tant de merveilles ils ne pourraient jamais
aimer les ronds dans l'eau
d'un poisson rouge
dans son bocal.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Johannes   
1/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai bien aimé l'image de l'araignée qui tisse sa propre galaxie.
D'autres idées sont moins originales (apprendre à siffloter comme les oiseaux, apprendre que la vie est née dans l'eau).
Il est vrai qu'un brin d'herbe est déjà un miracle, comme l'univers qui nous entoure.

   Brume   
3/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Tous les enfants devraient regarder la beauté du monde.
5 petites strophes, 5 petites merveilles, qui racontent avec sagesse l'importance de la vie en liberté, telle devrait être notre philosophie.

Pas de leçon de morale mais le partage des valeurs éthiques.

   Ramana   
4/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Et bien nous sommes tous pareils à des poissons rouges dans notre bocal, voyant à travers le verre déformant l'extérieur que nous croyons être la réalité (oui, version aquatique de la caverne de Platon).
Et nous faisons des ronds dans l'eau tout en croyant que nous agissons vraiment et que nous sommes importants, mais nous avons peur de sauter du bocal dans la rivière qui passe au bas de la fenêtre.
Je suis bien d'accord avec vous, il faut à minima vouloir nous décentrer, voir "l'infini de la vie dans un frêle brin d'herbe", et il n'est pas trop tard pour le faire y compris lorsque nous sommes adultes. Contempler l'infinitude dans les grandes choses comme dans les petites nous aide à appréhender notre propre infinitude, à sortir au moins la tête de notre bocal.
Le poisson dans la rivière sera peut-être mangé par un plus gros, mais il aura vécu une vraie vie de poisson.

   MissNeko   
5/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un petit air naïf à la Prévert. Je soutiens complètement la réflexion écologique expliquée ici.
À lire et à méditer surtout.

   Proseuse   
5/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème qui m' a bien fait sourire !
malheureusement on ne laisse plus le temps aux enfants .. d' imaginer et c' est bien dommage . l' imaginaire c' est le début du rêve ..
votre poème est tout simple mais il dit parfaitement ce qu' il a dire !
merci beaucoup

   Pouet   
24/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Slt troupi,

Un message auquel j'adhère pleinement. C'est doux, pas moralisateur.

Concis et efficace, peut-être un peu court.

En tout cas de jolis mots pour un joli fond.

Au plaisir.

   PIZZICATO   
24/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Oui,
" Tous les enfants devraient apprendre " ou plutôt nous devrions apprendre à tous les enfants ...
De beaux exemples de ce que devraient connaître les enfants.
" l'infini de la vie dans un frêle brin d'herbe."
" l'araignée
qui tisse au coin du jour sa propre galaxie."

" Après tant de merveilles ils ne pourraient jamais
aimer les ronds dans l'eau
d'un poisson rouge
dans son bocal." d'une grande vérité.

   Ora   
24/10/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Je trouve le thème de votre poème infiniment précieux et j'aime aussi beaucoup la façon dont vous l'avez abordé, avec simplicité. Bravo et merci :)

   Pimpette   
25/10/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Que c'est bien!
Prévert n'aurait pas fait mieux
TOut est dit sans petite morale en peau de toutou
Je prends

"L'infini de la vie dans un frêle brin d'herbe"

EDIT
L'extrême simplicité des grands

   plumette   
24/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime bien ce que dit ce texte qui n'est pas uniquement destiné aux enfants!
mais dans la forme j'ai une petite réserve pour ce "tous les enfants devraient".
Est-ce le verbe devoir qui donne un peu de pesanteur là où j'aimerais plus de légèreté?
j'ai essayé le texte avec "si tous les enfants apprenaient...
" si tous les enfants regardaient...
et s'ils pouvaient aussi imaginer...
Qu'en pensez-vous?

Plumette

   leni   
24/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Tous les enfants devraient apprendre que les eaux
ont été le prélude aux sources de la vie.

c'est simple et mène à la réflexion
Jolimentimaginé
Bravo
Salut amical
Leni

   Arsinor   
24/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
La Nature directement, plutôt que l'emprisonner dans un espace clos. On veut posséder mais en possédant on transforme et on perd la magie, le lien avec les choses. Cette opposition aurait pu transparaître dans ton poème.

   Anonyme   
24/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Sensibiliser l'enfant à la nature et l'environnement est évidemment plus enrichissant que de jouer à Call of Duty et sans doute plus constructif pour un avenir meilleur (au moins pour eux).
C'est effectivement peut-être par là qu'il faudrait commencer...
Sinon une bien belle deuxième strophe.

   Anonyme   
24/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour troupi,

Ce poème - simple d'apparence - est un vrai rafraîchissement, une cure de jouvence, une méditation... Les vers sont fluides, les mots choisis avec précision. Le ton est juste et la dernière strophe d'une logique imparable. En effet, comment imaginer alors qu'un poisson rouge puisse tourner en rond dans un espace aussi réduit ?!? Ce serait un non-sens, une prison, un enfermement, une mort...

Bravo pour ce poème à la fois épuré et très intense.

Wall-E

   Akos   
24/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai apprécié le concept de ton poeme, mais je n'ai pas été capable d'apprécier profondement le poeme il-meme. Je te donne quelques conseils - tous sera subjectif, ceci n'est rien que mon gout personel, pourtant j'espere que ces pensées t'aideront.

1. La structure: je sais bien que je suis un conservateur en ce sujet, mais j'ai manqué les rimes autant que les couplets réguliers. Je pense que les rimes tintinabulent, absolument comme une chanson, et ce tintinabullement fait le poeme plus jouissable. C'est un point de vue d'un esthete, mais je crois pleinement en ca.

2. Tu as nous montré un point de vue potentiel d'un enfant idéal, mais le texte a manqué le meme dessein. A mon avis, le poeme serait meilleur de beaucoup, si les vérités absolues apparissaient devant nous - personellement. J'entends les oiseaux et tout á coup je devine que... En tenant une herbe fragile, je l'avais vu brisé avant que j'aie réalisé que...

Néanmoins tu as du talent et aussi les pensées assez profondes !

   hersen   
24/10/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Troupi,

S j'adhère absolument au fond, je suis moins séduite par la forme.

" Les enfants devraient" me laisse un goût un peu amer dans la bouche. Car c'est tout le problème de l'éducation, c'est d'abord à l'adulte de faire ce qu'il enseigne. Je trouve que cette forme verbale n'est pas à la hauteur de l'idée que vous voulez transmettre et je n'apprécie pas non plus le verbe même "devoir".

Je pense que je suis un peu à côté du truc mais je tiens malgré tout à vous faire part de mon ressenti.

Votre sujet est pourtant très important mais je l'aurais imaginé avec davantage de poésie dans la formulation. Cela aurait, à mon avis, donné plus de force au message : ce n'est pas une question de devoir, mais de connaissance et d'amour de la nature.

Prenez, Troupi, mon commentaire pour ce qu'il est : un échange d'idées, de point de vue. Rien d'autre.

Merci pour cette lecture.

hersen

   Annick   
25/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il y a un contraste entre les mots "galaxie/infini" et "bocal". Apprendre de la nature, la vraie, pas de celle qu'on emprisonne. C'est sans doute là que réside l'essence même du poème, il me semble.
Joliment écrit.

   Coline-Dé   
25/10/2016
Bonjour Troupi
"Tous les enfants devraient" sonne un peu défaitiste et l'idée du devoir n'est guère séduisante. Je vous proposerais bien de remplacer "devraient" par "pourraient", qui ouvre une éventualité plus plus optimiste.
Amicalement.

   papipoete   
25/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour troupi,
Tous les enfants devraient ...je pense plutôt qu'un sage devrait apprendre à l'enfant, pour ne pas être blasé, ne pas dire << j'mennuie ! >> à regarder, écouter, s'extasier devant le monde du dehors qui vit !
Examiner un brin d'herbe sa droiture ou sa courbure en voilà un sujet à regarder de près ; une araignée tissant sa toile du bout des pattes et de la bouche ! ( voilà 8 jours, je remarquai une épeire à l'affût sur son piège vers 8 h du matin, puis à 22 h, et le lendemain n'ayant pas bougé d'un cm ! l'après-midi suivant lui fut enfin propice quand un papillon vint ici à voleter ) un jour et demi sans broncher !
Après tant de persévérance, comme votre poisson rouge dans un bocal, l'enfant n'aimerait pas qu'en prison l'araignée on enfermât !

   Robot   
25/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai apprécié l'appel à faire aimer la vie et à la respecter dans son véritable lien avec la nature contenu dans ce poème.
Peut être aussi une prise de conscience pour les adultes. A ce propos je pense à ce père qui emmenait son fils de 5 ans pour l'accompagner à la chasse. (Enfant qui a été blessé d'ailleurs) Ce n'est pas ce qu'il y a de mieux pour apprendre à respecter la vie.

L'image du poisson rouge est bien trouvée pour montrer ce qu'il y a d'artificiel dans certaines admirations.

   Marite   
25/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Les fondamentaux qui permettent aux êtres humains devenus adultes d'aborder les aléas de la Vie sans sombrer dans le pessimisme à outrance et être déstabilisé au premier avis de tempête.
Mais, comme certains commentateurs je pense que ce ne sont pas les enfants qui "devraient" ... mais plutôt les adultes qui "devraient" laisser aux enfants le temps de ... siffloter ... regarder l'araignée ... découvrir la nature ... etc au lieu de leur imposer, pour le temps libre, des activités avec horaires imposés sans un instant pour souffler et laisser l'imagination s'envoler même devant les ronds dans l'eau d'un poisson rouge dans un bocal. Un enfant sait s'occuper seul et pas forcément avec un ordinateur ou une tablette.
Bon, ce sont les réflexions qui me viennent au sujet du fond. En ce qui concerne la forme, j'ai apprécié la totalité de ces vers et en particulier la seconde strophe : "... regarder l'araignée
qui tisse au coin du jour sa propre galaxie.3

   Curwwod   
26/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
un joli petit texte, simple, court, sincère, qui exprime avec bonheur le respect et l'mour d'une nature souvent ignorée dans ses manifestations les plus humbles. Ce malheureux poisson rouge devient le symbole de toutes les maltraitrances qu'elle subit par ignorance ou insouciance.

   Lulu   
29/10/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour Troupi,

je partage entièrement l'idée du fond de ce poème, ayant d'ailleurs eu deux poissons rouges malgré moi... On me les avait offerts, pensant me faire sourire. J'avais pourtant vingt-quatre ans... Je les ai gardés dix ans ! Les pauvres...

Concernant la forme de ce poème, je dois dire que je suis un peu déçue. J'aurais bien vu un texte plus épuré, sans l'anaphore que je trouve trop lourde. Le conditionnel du verbe "devraient" fait trop prosaïque, il me semble.

J'aurais bien vu votre texte commencer ainsi :
"Apprendre à siffloter
comme le rouge-gorge ou le merle rieur"
Je trouve que c'est nettement mieux, mais cela n'engage que mes goûts et respecte votre façon de faire.

Il me semble, en effet, qu'en allant à l'essentiel, sans l'anaphore, on est plus touché à la fois par le fond et la forme de ce texte.

Bonne continuation.

   Anonyme   
2/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Beaucoup de fraîcheur dans ces quelques lignes. Merci pour ce moment de tendresse.
Bridinette


Oniris Copyright © 2007-2018