Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Vincendix : La pie, le corbeau et le rossignol
 Publié le 06/01/17  -  17 commentaires  -  1054 caractères  -  345 lectures    Autres textes du même auteur

Des alliances contre nature pour chasser l’« autre ».


La pie, le corbeau et le rossignol



Une pie en habit chantait sa ritournelle,
Dérangeant alentour un vieux mâle corbeau.
– Va jacasser plus loin car ton chant de crécelle
Est vraiment déplaisant, ce n’est point un cadeau.

– Tu m’amuses noiraud et toi quand tu croasses,
Ce sont les pires cris entendus dans les bois,
Mes amis sont d’accord, nos oreilles tu casses,
Alors ferme ton bec, jacasser laisse-moi.


C’est alors qu’arriva, près des deux volatiles,
Un gentil rossignol estimé pour son chant,
Il sifflota dans l’air quelques notes graciles,
Le début d’un concert agréable et charmant.

– Ô mon Dieu quelle horreur ! s’écria la jacasse,
Approuvée aussitôt par l’autre corvidé.
– Je préfère et de loin le cri de la bécasse,
Va-t’en siffler ailleurs petit dévergondé.


Ces deux individus bien souvent en bisbille
Venaient de s’allier pour chasser un voisin,
Combien de faux amis se mettent en cheville,
Ne voulant partager la grappe de raisin.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Annick   
6/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un texte vivant où les animaux ont la parole. Une fable satirique agréablement tournée. Une moralité explicite pour révéler les défauts humains sans que le lecteur se sente précisément concerné :
"Combien de faux amis se mettent en cheville,
Ne voulant partager la grappe de raisin."

Merci. J'aime beaucoup.

   Hananke   
6/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

C'est une bonne fable qui n'est pas sans rappeler ce qui se passe
dans la vie lorsque les médiocres s'associent pour chasser
ce qui les dérange ou met le feu sous leur jalousie.

Dieu sait que leurs cris sont laids et les corbeaux n'ont pas
grand chose pour eux mis à part leur intelligence.

Le texte est bien exprimé et montre bien ce qu'il veut dire.

J'aurais peut-être terminé le vers ultime par un point d'interrogation
puisque le vers d'avant commence par combien.

Au final, un texte plaisant.

   Robot   
6/1/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est sans déplaisir que j'ai parcouru cette fable avec une réserve pour cette inversion qui va chercher la rime.
"jacasser laisse-moi"
Peut être attendais-je plus au niveau de la morale qui conclue la fable.
Mais dans l'ensemble j'ai trouvé ce récit intéressant.

   PIZZICATO   
6/1/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Voilà un fond intéressant, du moins celui que j'ai perçu. La collusion n'existe pas chez les animaux, mais les humains en usent fréquemment surtout lorsque cela sert leur intérêt; très répandue à certaines époques. Mais je m'égare...!

   Anonyme   
6/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Vincent... La Fontaine aurait-il trouvé un successeur ?

J'ai rapidement parcouru ses fables et n'ai point trouvé chez lui d'équivalent quant au sujet ici traité !
A part deux inversions qui ne font pas très naturelles ( "nos oreilles tu casses" et surtout "jacasser laisse moi"), le texte est plaisant, bien structuré et la morale de qualité même si je l'aurais, pour ma part, tourné un peu différemment pour ce qui est de la forme...

Mais ne chipotons point, c'est une bonne fable sur laquelle je m'en vais méditer au cours de ma promenade côtière et vespérale !
Merci Vincent !

   Francis   
6/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une fable agréable à lire ! J'en aime les acteurs judicieusement choisis, la morale qui me fait penser à certains défauts chez les humains : jalousie, intolérance, hypocrisie... Si on pouvait modifier les inversions ( vers 7, vers 8) ce serait parfait ! Merci pour ce voyage au pays de Jean de La Fontaine.

   papipoete   
6/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Vincendix,
2 voisins emplumés, l'un jacasse quand l'autre croasse, s'insupportent mutuellement .
Que vienne à siffloter le gentil rossignol au milieu des deux ennemis, et voilà que les compères fraternisent pour chasser ce malotru !
NB une fable toujours d'actualité dans le monde des humains ! Et un poème à mettre " sous tous les yeux " avec son vocabulaire simple .
Le 2e quatrain ( à part sa fameuse inversion ) est comique à souhait ! " tu m'amuses noiraud ... "

   Cristale   
6/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Vincendix,

Voici une fable sympathique et drôlette au rythme beaucoup plus chantant que ces tonitruants corvidés.
C'est vrai que dans la nature on les voit se chamailler sans discrétion pour défendre leur territoire et les passereaux sont chassés (ou tués) à coups de becs.

D'autres l'ont souligné, ce comportement se retrouve chez les humains, jusque dans les écoles où il est mal vu par quelques cancres qui font la loi d'être un bon élève : gare à lui ! Tous contre un...la meute est féroce.

Merci pour cette lecture plaisante.
Cristale

   Marite   
7/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ravie par cette fable bien tournée. Les échanges entre la pie et le corbeau sont du meilleur goût. Certes, quelques inversions de langage peuvent surprendre car peu courantes de nos jours, mais je trouve qu'elles s'intègrent parfaitement à la "solennité" du propos moralisateur.

   Leverbal   
7/1/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Une écriture fluide et maîtrisée qui donne une lecture plaisante. La morale m'a évoqué Le renard et les raisins, mais c'est peut-être fortuit. Peut-être aurait-ce été plus clair avec un ou deux clins d'oeil qui auraient pu se glisser dans la 2e strophe, en traitant le corbeau de phénix ou en évoquant son ramage? Mais c'est anecdotique. ;-)

   Arlet   
7/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Cette fable est d'une lecture très agréable, qui nous rappelle pourtant ce qui se passe trop souvent dans la vie actuelle.
Merci pour ces mots joliment tournés.
Bien cordialement.
Arlet

   Lulu   
7/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Vincendix,

j'ai souri à la lecture de cette fable que j'ai trouvé formidable. J'ai aimé le ton, le rythme et le récit, dès la première strophe où vous posez bien l'esprit du texte. C'est direct, avec le dialogue, et sa teneur, notamment le recours à l'impératif "Va jacasser plus loin..."

Cela fait sourire, mais comme cela a été par ailleurs souligné, on se représente volontiers les hommes avec leurs travers. La fable a le mérite de faire réfléchir, et cela est possible parce qu'elle est merveilleusement construite.

J'ai beaucoup aimé ce "- Ô mon Dieu quelle horreur !..." pour répondre au "début d'un concert agréable et charmant"... Certaines personnes sont ainsi, d'une telle mauvaise foi... Vous le dites très bien.

J'aurai assurément beaucoup de plaisir à vous relire.

Bonne continuation...

   lucilius   
7/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aurais adoré votre fable si elle ne s'était tant inspirée (sur le fond et sur la forme) des fabliaux moralistes, souvent en rimes croisées, de La Fontaine, avec une prosodie parfois mal respectée. Mais l'ensemble est cohérent et les sonorités plaisantes, à part le dernier vers "ne voulant partager la grappe de raisin".

   Donaldo75   
8/1/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Vincendix,

Une fable rondement menée, marrante, avec une morale d'actualité. C'est ce qu'on attend, en général, de la fable sociale. En tout ca, pour ma part, ce fut une lecture très agréable.

Merci,

Donaldo

   leni   
8/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
trio joliment choisi ILs ont tous leurs mots à dire Et Dieu que ces mots sont bien dits c'est court c'est beau J'adore les vers finaux tellement vrais dans la vie

Ces deux individus bien souvent en bisbille
Venaient de s’allier pour chasser un voisin,
Combien de faux amis se mettent en cheville,
Ne voulant partager la grappe de raisin.
SUPer SALUT cordial Leni

   HadrienM   
11/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Mais c'est parfaitement réussi !

Naturellement, dans la pleine lignée de la littérature moraliste du XVIIe siècle, le poème s'attache à nous présenter une situation loquace qui n'échappe pas à l’œil aguerri du poète.

La fable est rondement bien menée. Facilité d'écriture, aisance dans l'imagination de la scène et portée critique : trois lieux sur lesquels tu règnes.

Félicitations.

Bien à toi,

   Anonyme   
13/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La fable est bien construite et son cours est agréable à suivre. Il est vrai que quelques inversions sont un peu forcées mais baste! Nous ne vous en tiendrons pas rigueur car l'effort ne fut pas moindre pour écrire cette belle fable. Il faut nous en donner un recueil maintenant :)


Oniris Copyright © 2007-2018