Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Yavanna : Ma nuit violine
 Publié le 09/01/17  -  20 commentaires  -  1174 caractères  -  317 lectures    Autres textes du même auteur


Ma nuit violine



ma nuit
nuit si tiède et soyeuse
douce nuit utérine au ventre distendu
la nuit où je blottis mes colliers de pourquoi
et puis tout cet espoir vautré sur le chemin
comme une femme offerte

ma nuit aux mille empreintes
ma nuit d'ocre et de brume
de feu
d'envie
de soif
tes odeurs me chavirent
tes bruissements charnels
se tressent à mon plaisir
et ronronnent tout bas leur litanie sans fin

ma nuit
vagabonde aux pieds nus
aux seins lourds et charnus
tes soupirs humides déposent leur moiteur
au creux de tes parfums
et sous la pluie d'ivoire d'une lune complice
le vent lointain s'enroule dans les cheveux d'ombre
de tes tendres collines
où paressent des fées à l'haleine de mousse
et aux rires nacrés

ma nuit au chant d'été
l'ariette des cigales lézarde ton silence
quelques arbres farouches
touchent entre ciel et terre cet instant si fragile
qui dort entre tes bras

ma nuit violine
ma nuit féline
secrète et généreuse tu t'accoles à ma peau
comme pour épouser
toutes mes solitudes


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   myndie   
28/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Voilà tout ce que j’aime !
La sensation brute du plaisir poétique, comme un choc immédiat, jute avant que l’esprit n’intellectualise.
J’aime la puissance émotive de vos associations d’images, comme cette douce nuit utérine au ventre distendu » ou ces « tendres collines où passent des fées à l’haleine de mousse »
Il y a une vraie richesse des métaphores qui renvoient à la féminité, à la maternité, à la sensualité, qui assimilent la nuit à la femme, la célèbrent et l’érotisent.
Votre texte, maîtrisé, qui livre ses mots aux rêves et aux désirs, sans être pour autant obscur ou déconcertant, véhicule les valeurs oniriques du surréalisme.
Il m’évoque d’ailleurs le merveilleux « Union libre » de Breton dont il a le souffle litanique et invocatoire.
Mon passage préféré :

« ma nuit au chant d’été
l’ariette des cigales lézarde ton silence
quelques arbres farouches
touchent entre ciel et terre cet instant si fragile
qui dort entre très bras. »

Merci pour cette belle lecture

myndie

   hersen   
9/1/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Magnifique !

Une très grande sensualité se dégage du poème, des mots comme moiteur, empreinte, charnel apportent une impression de très grande intimité.

La dernière strophe : l'osmose foetale parfaite !

C'est du très beau libre, libre, libre qui nous emmène dans ce bien beau voyage qui me chavire.

Un grand merci !

hersen

   Michel64   
9/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un très beau poème.
La nuit telle qu'elle vous apparait, entre veille et sommeil, dans un cocon où tous les espoirs sont à nouveau permis, où la sensualité peut s'exacerber, où le fantastique s'invite et où la solitude apparait enfin presque voluptueuse.
Voilà mon ressenti à la lecture de votre texte si sensuel.
Avec ce sentiment d'avoir déjà plongé dans ces sensations mais auxquelles il manquait les mots que vous avez su trouver.
Au plaisir de vous relire.
Michel

   Francis   
9/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
La nuit se fait femme et la sensualité se glisse sous les mots : seins lourds, utérine, bruissements charnels...Comme une Position fœtale qui tient tous les sens en éveil : les odeurs me chavirent, au creux de tes parfums, ma nuit d'ocre et de brume, tu t'accoles à ma peau, ma nuit au chant d'été, tes soupirs humides... Une nuit qui provoque le plaisir de...la lecture. Merci pour ce partage.

   Ramana   
9/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
La nuit est une femme complice et généreuse pour qui sait en savourer tous les aspects charnels. Elle vient combler le solitaire qui trouve dans sa propre intimité secrète, grâce au charme introspectif de sa "nuit violine", comme un alter égo.
Merci pour pour ces vers sensuels et ces images "d'ocre et de brume, de feu, d'envie, de soif".

   Robot   
9/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un beau texte tout en sensualité, qui par la suggestion, les petites touches, les agencements des mots, parle beaucoup plus que certains textes érotiques qui souvent en disent trop.
Ici, la subtilité des images, des dits et des sous entendus, nous transporte avec légèreté dans un paysage et des sentiments d'une grande sérénité.

   Sodapop   
9/1/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un très jolie poème.
La complexité de ce type de thème, c'est de pouvoir provoquer, susciter un intérêt chez le lecteur. Je trouve que l'exercice est plutôt bien maitrisé et réussi ici.
C'est très sensuel et au delà de ça, la plume de Yavanna est très poétique, jamais vulgaire et offre aux lecteurs de jolies images.
J'ai toujours un peu de mal avec la poésie "érotique" ou "sensuelle" car j'ai plutôt l'habitude de trouver l'émotion dans la noirceur, mais j'ai vraiment apprécié te lire ici. Bravo.

   papipoete   
9/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Yavanna,
" Ma nuit " , symbole ici de la femme, inspire à l'auteur des images, des senteurs, des sensations voluptueuses, alors que près d'elle il s'étend .
Jamais il ne dit " femme " et c'est ici une gageure que les vers subtiles tiennent du début à la fin .
NB de belles formules " sous la pluie d'ivoire d'une lune complice ", par exemple .
Au 5e vers cependant, je n'aime pas " vautré " .

   leni   
9/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Yavanna
C'est superbe J'ai été séduit dès le début de ma lecture Les mots sont choisis à leur place Je cite car je ne résiste pas

a nuit où je blottis mes colliers de pourquoi

ma nuit de feu d'envie de soif

ma nuit vagabonde
ma nuit au chant d'été

voici mes vers préférés
ma nuit au chant d'été
l'ariette des cigales lézarde ton silence
quelques arbres farouches
touchent entre ciel et terre cet instant si fragile
qui dort entre tes bras

c'est beau c'est pur c'est sobre ET c'est superbement construit

Bravissimo pour une quasi première

MERCI SALUT CORDIAL 0 VOUS

LENI

   Anonyme   
9/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Sensualité, érotisme, exprimés avec une grande finesse magnifient cette poésie aux images superbes et délicates.
" Ma nuit " l'anaphore qui souligne l'attachement à cette Femme.

"secrète et généreuse tu t'accoles à ma peau
comme pour épouser
toutes mes solitudes "

Très beau texte.

   Arielle   
9/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je ne reviendrai pas sur la sensualité de cette nuit généreuse qui n'a échappé à personne et enchanté la plupart de vos lecteurs.
Je retrouve ici cette liberté de ton parfaitement maîtrisée qui m'avait séduite dans votre "Un rien qui vaille"

Je me suis laissée emporter
" sous la pluie d'ivoire d'une lune complice
le vent lointain s'enroule dans les cheveux d'ombre
de tes tendres collines"
et dans" l'ariette des cigales" j'ai reconnu la nuit étoilée de Van Gogh où ...
"quelques arbres farouches
touchent entre ciel et terre cet instant si fragile
qui dort entre tes bras"

Merci pour cet opus qui nous change de la banalité des insomnies douloureuses où se vautrent généralement les mirlitons tourmentés ...

   bipol   
9/1/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
bonjour,

d'où la difficulté de passer après les autres

tout a été très bien dit

sur ce qui se dégage le plus de votre poésie

cet entrelacement entre le charnel

et la sensualité

j'ai des difficultés a exprimer ce que je veux dire de votre poème

car je ne suis en rien littéraire

sauf qu'il me parle vraiment

j'ai adoré

   Brume   
9/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Yavanna

Votre poème donne envie de câlins.
Vos vers ont l'odeur de la peau. C'est tout pleins d'amour et les associations d'images pour le dire sont une réussite.
La 3ème strophe me fait battre mon coeur.

   plumette   
9/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Yavanna,

je trouve que mes mots sont pauvres et sans relief pour parler des vôtres! Et pourtant, nous disposons de la même langue... Alors? C'est l'agencement de ces mots qui me procurent une musique singulière et un plaisir direct, sans que, pour une fois, je ne me raccroche au sens ( compréhension!)

Tous mes sens sont sollicités, le féminin explose

Magnifique dernière strophe!

Quelle merveilleuse façon d'appréhender la nuit!

Plumette

   HadrienM   
11/1/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Quel poème réussi !

On ne ressort pas indemne de cette nuit. La nuit du poète, "aux milles empreintes / (...) d'ocre et de brume".

Il existe un érotisme dans le texte, mais il est comme la lavande : lascif. L'érotique naît de la nuit, résolument féminine, qui embrasse les "solitudes" du poète.

La "nuit féline" donne envie au lecteur de rejoindre le poète. L'orgie des astres serait peut-être plaisante... !

Quoiqu'il en soit, le poème est réussi. L'écriture est d'une rare qualité.

Compliments.

Bien à toi,

   Pouet   
11/1/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bjr,

Je crois avoir été plus sensible au précédent poème publié ici par l'auteur.

J'ai été, mais c'est tout personnel, un peu submergé de "nuit", j'ai trouvé le mot trop employé même si j'en comprends l'intérêt rythmique.

Ce qui ressort encore une fois c'est la qualité de l'écriture bien sûr mais aussi du rythme. Il me semble que ce dernier perd un peu en musicalité à cet endroit, surtout le premier vers cité et du coup la suite coule moins bien:

"le vent lointain s'enroule dans les cheveux d'ombre
de tes tendres collines
où paressent des fées à l'haleine de mousse
et aux rires nacrés"

Mais bon les images sont fort bien trouvées, évocatrices, alors...

(j'adore les "fées à l'haleine de mousse")

Je pense que ce vers peut sembler de trop: "tes bruissements charnels" tant les "métaphores de chair" sont présentes, que l'idée est si clairement exposée.

"litanie sans fin", peut-être un brin ressassé. Pas forcément trop convaincu non plus par "ma nuit féline" qui suit "ma nuit violine". On est plus, à mon sens sur de "l'humain" que sur du "chat" tout au long du poème, du coup j'ai pas trop saisi. Mais oui, "féline" est un adjectif multi-fonction.

Voilà en gros ce que je peux relever sur ce poème dont les images et métaphores très présentes me parlent fort et clair, une écriture de qualité que j'apprécie vivement même si l'ensemble ne parvient pas à me convaincre pleinement, question de goût, de thème et d'angle, de la répétition de "nuit", je ne sais pas trop...

Mais si je "dissèque" un peu c'est aussi par respect pour l'auteur, pour son travail. "Qui aime bien dissèque bien" comme disait ma prof de bio :)

Au plaisir.

   silvieta   
15/1/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonsoir ou bonne nuit,

Malgré ses belles images je n'ai pas été très sensible à ce poème, peut être parce que je n'arrive pas à imaginer une nuit au ventre distendu", "aux seins lourds et charnus". L'avant dernière strophe, particulièrement belle, ressemble davantage à l'idée que je me fais des nuits, des nuits tropicales ou nuits d'été.
La charmante idée de "fées à l'haleine de mousse" nous fait d'ailleurs songer à une nuit évanescente et non charnelle.

   Anonyme   
5/2/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Une ode à la nuit sensuelle c'est le moins qu'on puisse dire...
Ce qui me gène est l'accumulation excessive d'images mais pourquoi pas en effet...ce peut être aussi ce qui arrive lorsque l'on rêve et qu'on ne maîtrise pas vraiment les idées qui chutent comme elles peuvent à nos pieds.
La seule image que je n'aime pas vraiment est la suivante :

...cet espoir vautré [...] comme une femme offerte

Ce vers me cause un malaise indéfinissable, je ne suis pas sûr que cette image de "femme offerte vautrée" (je reformule l'idée) soit vraiment positive...

Heureux de vous avoir lu néanmoins.

   Proseuse   
7/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Yavanna,

Vous avez fait là un poème si sensuel qu' il en serait presque palpable !
... et la nuit ici, nous touche !
je ne relèverai pas un vers plus qu' un autre de peur d' effaroucher la magie de l' instant !

Merci pour ce beau partage et au plaisir de vous relire

   Vincente   
10/1/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Je remonte à ce poème depuis Essentiel impudeur, A l'orée des froidures et Un rien qui vaille qui m'ont beaucoup plus. Attiré aujourd'hui par le beau titre de celui-ci, je suis à nouveau séduit par votre écriture. C'est votre regard qui me charme et cette façon de donner une existence charnelle à l'horizon, qu'il soit nocturne comme celui-ci ou saisonnier ou amoureux comme dans les autres textes cités.

La mélancolie "positive" de votre plume avance posément, avec grâce, et dévoile de très jolies images. Mais vous ne vous échappez dans pas dans la facilité, chaque intention prend une place nécessaire, le plus souvent insolite, discrète mais assumée.
J'ai beaucoup aimé vous suivre dans cette nuit violine, à la fois enveloppe et lieu de laissez-aller, et personnage amoureusement intentionné.


Oniris Copyright © 2007-2020