Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Vincent : Au rendez-vous du soir
 Publié le 23/09/21  -  6 commentaires  -  1189 caractères  -  147 lectures    Autres textes du même auteur

Le soleil amoureux alors reprend sa place.


Au rendez-vous du soir







Au rendez-vous du soir les papillons s'enlacent
au-dessus du bassin près de la butte du vent
le soleil amoureux alors reprend sa place
près de la lune rose ils ont des sentiments

les deux coléoptères jouent sur un nymphéa
nymphéa de Monet sous le pont Giverny
ils batifolent gaiement en faisant quelques pas
du génial Fred Astaire et Liza Minnelli

Au rendez-vous du soir dans les si grands studios
des lumières Hollywood ils dansent leur numéro
au tempo de l'orchestre des applaudissements
des hurlements des fans et des crépitements

ils rentrent fatigués avec le Petit Prince
et dans l'avion du Nord elle écarquille les yeux
un flash la réveille à côté dort son prince
sur la toile ils s'étirent encore plus amoureux

Au rendez-vous du soir ils s'envolent tous les deux
jardin des Buttes-Chaumont au manège des chevaux
sautant de l'un à l'autre et pourtant ils sont vieux
dans leurs cœurs ils nous quittent dans les cieux au plus haut

Le 20-08-2021


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   inconnu1   
12/9/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Visiblement une volonté de bien faire, une belle histoire mais je retiendrai surtout plusieurs imperfections

- C'est un détail mais Lisa Minelli ne s'appelait pas Elsa. Le changement de prénom est-il volontaire?
- Vous changez régulièrement de règle en ce qui concerne l'élision des e muets. Parfois, il faut les prononcer (lune rose, ils rentrent fatigués), mais la plupart du temps, il ne faut pas les prononcer pour rester dans des dodécasyllabes. C'est très compliqué pour le lecteur de s'y retrouver et on doit s'arrêter à chaque vers. Cela nuit nettement au rythme de la lecture et, pendant qu'on s'arrête sur la forme, on en oublie le fond.
- Dans la 5eme strophe, Petit Prince rime avec... son prince.

Personnellement, je trouve que ces points seraient à améliorer pour que l'on apprécie à leur juste valeur les efforts que vous avez faits et pour apprécier le rythme de la poésie

Bien à vous

   Cristale   
23/9/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un poème contemporain que, malgré le respect aléatoire volontaire des règles de versification, j'ai lu comme le texte d'une chanson.
L'auteur a fait le choix de n'accompagner ses vers d'aucune ponctuation et c'est justement ce point précis qui est remarquable car le rythme lui-même impose naturellement la respiration du lecteur/auditeur.
Une palette de mots en couleurs posés en touches légères où se rejoignent poésie, chanson, peinture et c'est au final original et très joli.
Merci Bipol.

   Corto   
23/9/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Bipol,

J'avais remarqué en Diaponiris la photo de ce tableau que j'aime bien. Une plongée dans l'impressionnisme avec un salut respectueux à Monet. Bien sûr les deux papillons paraissent gigantesques, mais puisque le poème sera en leur honneur...

La première strophe est très poétique et j'apprécie beaucoup "près de la lune rose ils ont des sentiments". Dès lors l'imaginaire est ouvert.

Après, je saute volontiers vers la dernière strophe pleine de joie, d'énergie, d'amour encore "et pourtant ils sont vieux".

Je vois l'ensemble comme un rendez-vous où l'on admire, on partage quelques moments de bonheur, avec des évocations multiples qui partent un peu dans toutes les directions.
Peu importe si l'on sait que les papillons ne vivent pas très longtemps.

Bravo.

   Vincent   
24/9/2021

   Cyrill   
24/9/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Bonjour Bipol,

J’ai lu ce poème comme on boit à une source bienfaisante. On est dans le merveilleux, les papillons s’enlacent et c’est le soleil qui est amoureux… de la lune rose peut-être ?
On continue dans un foisonnement de couleurs avec les nymphéas, on danse avec Astaire et Minnelli, il y a de la musique et les paillettes de Hollywood, plein les yeux j’en ai eu !
Et puis toute une vie passe mais ces deux-là s’aiment encore et toujours.
Et je ne peux m’empêcher de voir des papillons géants et fripés, restés enfants à jamais ( et c’est ce qui les rend si attachants ), dans un bouillonnement permanent ( le tourbillon du manège ), et dans ces mots sans doute volontairement brouillons, ce langage parlé, sans ponctuation, comme écrits sans lever la plume (du moins est-ce l’impression que j’en ai).

Bravo et merci pour le voyage.

   papipoete   
25/9/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour bipol
Des papillons dansent, batifolent sous le vent, se posent aux nymphéas et dansent Fred Astaire et Liza Minnelli, virevoltent sous un réverbère tout près d'un manège à chevaux...
NB un poème à lire en chantant, sans faire attention à ce verbe absent, ce C.O.D. imaginaire et se voir à Giverny, puis se transporter à Paname, et danser dans un tourbillon sans cotillon, alors que le Petit Prince s'émerveille...
Des vers comme jetés sur une partition, où les notes de musique règlent une chorégraphie, où la ballerine est libellule ou... papillon.
Comme tout est léger comme plume, " coléoptère " fait un peu trop sévère ; mon seul bémol dans cette chanson muette, qu'on improvise au gré des vers...


Oniris Copyright © 2007-2020