Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
VinZ : Le soldat
 Publié le 06/03/07  -  4 commentaires  -  1761 caractères  -  32 lectures    Autres textes du même auteur

Voila que je suis mort y'a presque cent ans
Sur un champ de bataille où je jouais avant; étant enfant
Le sang et les corps ont remplacé les prairies
Et quand la balle m'as touché ma derniere pensée était : Est-ce que ma mort va améliorer ma vie ?


Le soldat



Voilà que je suis mort y'a presque cent ans,
Sur un champ de bataille où je jouais avant, étant enfant.
Le sang et les corps ont remplacé les prairies,
Et quand la balle m'a touché, ma dernière pensée était : Est-ce que ma mort va améliorer ma vie ?

J'ai toujours pas répondu à cette question.
Je suis toujours pour les vivants un poilu mort au front.
Je suis un nom sur une plaque de béton.
Qu'on honore moins bien que le réveillon.

Je suis maintenant condamné à rester sur terre,
Et à voir toutes les atrocités de la guerre,
Tout ça pour avoir fait couler du sang,
Sous l'ordre du commandant.

Et le pire, c'est que je connaissais pas son nom,
Lui, il en est revenu, du front.
Il a retrouvé ses enfants et sa femme,
Mais n'a jamais oublié où était plantée sa dernière lame.

Mon rôle est maintenant de protéger les innocents.
Ironique, pour un homme transparent,
Je suis mort pour mon pays
Et je suis condamné à errer toute ma vie.

Je vois toutes les atrocités qui sont faites,
Pendant que ceux qui gèrent les ficelles font la fête,
Je vois des civils mourir sans pouvoir rien faire,
Contre cette bombe posée sur ce chemin de fer,

Ah ! elle a bon dos, la religion...
Faudrait arrêter de nous prendre pour des cons,
Allez pas me dire que Jésus se trouve dans une raffinerie,
Et pour ma part, je suis au courant, je lui ai encore parlé samedi.

Je vous souhaite bonne chance, à vous les vivants,
De ne jamais voir couler votre sang,
J'espère que jamais on se croisera,
Mais pour ça, faut pas rester derrière son bureau à se croiser les bras...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Nono   
15/3/2007
Ah, ce texte me plait.
La forme est un peu âpre, mais c'est le sujet qui le veut, du coup, l'amosphère est bien décrite (ouf fatigué, moi, j'ai du mal à trouver mes mots).
Ce texte ne pouvait que me plaire par son sujet, vu que depuis 6 ou 8 mois, je suis polarisé sur le sujet des poilus et de la Grande Guerre !

Certaines libertés que tu prends avec la versification me génaient un peu (alors que je ne sais pas si globalement j'arriverai à mieux.
Du coup, je viens de démarrer un poème un peu semblable. J'ai effectivement du mal,mais ta création me pousse à essayer d'aller au bout, merci !

   Jeff   
15/3/2007
 a aimé ce texte 
Bien
Moi aussi je découvre le Slam... mais il me manque la musique (heu, je veux dire la zique...) qui donne le rythme...
Autrement entre vers libres et slam, j'avoue humblement ne pas voir encore la différence...
Sur le fond, j'aime... j'adooooore...
On en veut encoooore...

   FABIO   
18/8/2008
 a aimé ce texte 
Bien
c'est bien tenue comme texte du début a la fin
Une petite satire sur la guerre qui ne manque pas de rythme
C'est très directe et peu imagé mais j'aime bien ce style

   Anonyme   
9/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Des mots qui ne manquent pas de bon sens, aujourd'hui encore, il y a hélas une guerre quelque part dans ce monde, cela paraît impensable qu'à notre époque le dialogue n'ait pas plus de poids, ce sont les armes qui parlent et non les mots, c'est terrible, parce que l'humain ne dire pas de leçon d'un certain vécu bien sombre.

La manière de traiter ce sujet, ne manque pas d'interpeller, elle est singulière, faire parler un mort, c'est troublant.

Cependant je veux rester optimiste pour l'avenir ...


Oniris Copyright © 2007-2020