Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
wancyrs : À quand le festin ?
 Publié le 07/05/18  -  5 commentaires  -  1813 caractères  -  119 lectures    Autres textes du même auteur

La vendange a été belle !


À quand le festin ?



1 Quoi !?
On a jeté un filet sur les requins ? Piégé l’oiseleur ? Humilié les monarques ?
Les cachots sont remplis de gémissements : la vendange a été belle !
2 Les oiseaux de proie se sont fondus à l’aube ; une aube pourpre. L’homme fort sur sa couche rêvait de conquêtes ; il a été conquis.
3 Partout, dans la ville, ont retenti des cris : l’épouvante, aux portes, frappait ; l’épée dans la main droite, la faux dans la main gauche. Ceux qui en réchappaient étaient faits captifs.


4 Quoi !?
On a nettoyé la ville de son immondice ? Celle qu’on avait en abomination le jour ? Celle qu’on avait en horreur la nuit ?
5 Des taudis retentissent des chants d’allégresses :
Une mesure pour l’orphelin
Une mesure pour la veuve
Une mesure pour l’affamé
Une mesure pour l’estropié
L’équité a retrouvé son droit de cité.
6 L’égalité a le visage d’une femme en travail. C’est une génisse mise de côté il y a des temps immémoriaux. D’elle naîtront deux enfants jumeaux mixtes : la première pour soupeser, le deuxième pour trancher.
7 Et tous seront pesés !


8 Quoi !?
On a jeté des mailles dans la grande mer, la terre ? Et ramené à la surface les grands reptiles, les ptérodactyles ? Qui écumaient les eaux en maîtres absolus ? Se partageant les flots par vague d’élus ?
9 Un territoire pour trente sicles d’argent ; un gisement pour vingt talents d’or. L’or et l’argent déjà leurs possessions ?
10 La faux a creusé une fosse et préparé l’encens. Le sépulcre se réjouit :

À quand le festin ?



Avril 2018


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eclaircie   
7/5/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Wancyrs,

Vous nous proposez là un texte grinçant à souhait ; je ne boude pas mon plaisir de me questionner avec le narrateur (le Diable ?) : À quand le festin ?

J'appelle votre poésie, militante et vous savez converser la "formule qui fait mouche" .
Les 1, 2, 3 premiers points sont très imagés, je les apprécie; couleur et sentiment se mêlent et l'on sent bien que le paradis est encore très loin.
Les 4, 5, 6 et 7 sont les plus "grinçants" à mon avis et trouvent donc parfaitement leur place en ce cœur de texte.
Les derniers points viennent confirmer le ton du poème.

Un texte plein d'inventivité et d'originalité, avec une belle réussite au niveau sonorité, musicalité.
Bravo et merci pour cette lecture.

   Annick   
7/5/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
D'un côté les oppresseurs, "les requins, l'oiseleur, les monarques, les oiseaux de proie, l'homme fort, les grands reptiles"...de l'autre, les opprimés, " l'orphelin, la veuve, l'affamé, l'estropié", et ce "on" plus général : on assiste à une véritable révolution qui fait penser à un régime dictatorial. L'auteur ne renseigne pas sur les circonstances : où et quand. Et toutes ces interrogations qui mènent le lecteur vers la vraie question : A quand le festin ? Une image forte que celle du sépulcre dévorateur.

Les deux premiers paragraphes sont à la fois réalistes et tout en symboles.
Dans le dernier, il y a de belles métaphores.
La phrase 10 est somptueuse et précède la question finale, péremptoire : A quand le festin ?
Une très belle écriture porte l'ensemble.

   Quidonc   
7/5/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Wancyrs,

Un poème sous forme de contine, 1.. ,2.. ,3 .. etc.. qui me rappelle un peu la chanson de Jacque Brel "le diable"

Le diable sème et le grain germe. A quant le festin ?

Merci pour cette lecture un peu cynique qui nous réveille.

   Anonyme   
7/5/2018
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↑
Je n'ai pas vraiment aimé ces "1, 2, 3, 4, 5, 7, 8, 9, 10 ...", cela n'apporte pas grand chose de probant. Ce n'est pas trop harmonieux poétiquement. Les mots s'expriment tout aussi bien sans cela ...

Des interrogations : Quoi !? - A quand le festin ? etc ... Votre texte n'en manque pas. Quel est l'aboutissement de cette démonstration d'Horreurs ...

J'avoue franchement ne pas y avoir trouvé un grand intérêt.

Et puis, où est la poésie dans tout ce discours bien plus que sombre, dans cet amoncellement de monstruosités ...

L'Humain est cruel, et se "On" le confirme ... et il y a hélas encore bien trop de ces "On" ...

   kreivi   
8/5/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
buongiorno Wancris
Voilà un écrit original dans sa présentation et aussi dans son contenu.
Mais je reste perplexe (mon rationnel tourne autour sans trouver d'ouverture)
Alors je le mets dans un classeur et je ferme
Je vois des images, dures, sombres, apocalyptiques et je les relie à d'autres qui se promènent dans mon disque dur;
Mad Max, Dante, Jurasic Park, Mathausen, famines médiatisées, guerres Napoléoniennes ou Hannibaliennes...
mais toutes ces images ne sont que des illusions, je n'ai jamais connu l'Enfer de Dante, ni le camp de Mathausen, ni la famine au Soudan...et pourtant j'en suis ému
l'écriture n'est qu'une illusion Magritienne, des paillettes que nous jetons et qui nous nourrissent
qui procurent des émotions , nous confortent, nous dérangent, nous indiffèrent
l'écriture c'est la vie... votre poème c'est la vie. Le chaos.
Voilà comment je le lis. Et si vous avez voulu donner une autre signification, je m'en fout.


Oniris Copyright © 2007-2018