Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
wancyrs : Ami
 Publié le 11/11/10  -  12 commentaires  -  2528 caractères  -  140 lectures    Autres textes du même auteur

Tu es debout devant toi,
te livres un combat sans merci,
juge et bourreau...


Ami



Tu as tu ta plume, laissé faner les pétales de ta pensée ; une seule hirondelle a fait le printemps de ta débâcle.
Regarde-toi !
Miroir, miroir, dis-moi...

Tu t'accroches à de vétustes souvenirs pour freiner ton ascension vers
rien !
Le néant !
Ne crois-tu pas que tout est vanité ?

Tu peux t'endormir sur des illusions, encore et encore, scander la douleur comme des « om » « om » qui des temples s'échappent, mais...
tu sanglotes au sein du vacarme,
tu cries à contre-vent ;
une goutte qui tombe est silence.

Un festin se prépare autour de la cité assiégée,
ton corps ;
meurtri d'avoir vécu,
mutilé d'avoir cru,
anéanti d'avoir espéré.

Espoir !
Ce doux poison enrobé de saveurs de promesses.

Espoir !
Je le tuerai de mes mots acerbes afin que tu ressentes le venin qui réquisitionne ta joie.

Je te parle des Narcisses, qui loin d'être fleurs, ricanent de ta détresse.
Je te parle des froideurs, celles qui habillent leurs regards, lorsque dans ton dos ils brandissent la raillerie.
Je te parle de dépit, celui qui squatte les cœurs quand les aspirations ricochent sur les pics de l'impassibilité.

Tu es debout devant toi,
te livres un combat sans merci,
juge et bourreau,
saltimbanque déchu qui ne s'accorde pas un dernier tour...

Et tu voudrais que je te regarde dépérir !


Croupir dans les geôles de la tourmente,

lorsque le sang froid de l'indifférence te glace d'horreur, les mots ne sont plus que crachats de mépris.
Ta colère gravit quatre à quatre les marches d'adrénaline
ton cœur répand en écho la décadence de l'allégresse.

Regarde autour de toi exécuter les hérauts de tes gloires d'antan !
Écoute marteler l'impatience des croque-morts !
Ils te tendent une main secourable pour s'installer aux premières loges du théâtre de ta peine ;
au bord du précipice, faut-il s'accrocher à tout ?

Vois-tu osciller le nœud coulant au-dessus de ta crédulité ?

Je me suis érigé en porte-à-faux devant ton désespoir, mais tu as balayé d'un soupir mon abnégation.
Et je te laisse aller à la dérive,
heurté par les écueils de la culpabilité...



Impuissant !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
26/10/2010
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour,

il y a une grandiloquence dans ce texte, un ton déclamatoire qui m'en éloigne définitivement car il me semble que le sujet mériterait plus d'être traité sur le ton de la confidence. Pas sûr que j'aimerais avoir un ami qui me parle sur ce ton, je me retournerais pour savoir à qui il parle, je crois, ou je le secouerais pour qu'il redescende un peu de ses nuages de mots et des formules toutes faites, ou alors j'aurais un peu peur... me connaissant, ce serait sans doute ça d'ailleurs !

pourtant, le thème abordé est intéressant et on pourrait même y saisir quelques nuances auxquelles le lecteur peut lui-même être renvoyé, quel que soit le rôle qu'il tienne tour à tour dans la ronde des amitiés, la vanité, l'orgueil, l'agacement, la culpabilité... avec également ce côté "meilleur ennemi dans la glace" qui permet d'explorer d'autres facettes, les narcisses n'étant pas forcément extérieurs à soi...

Mais une mise en forme trop emphatique pour moi, avec des expressions lourdes et dont le sens m'échappe parfois, comme ici :

"je me suis érigé en porte-à-faux devant ton désespoir" / là, j'avoue que j'ai un doute sur l'utilisation de "porte-à-faux"
"le venin qui réquisitionne ta joie" / je trouve ça pas terrible et plutôt indigeste.

Donc oui pour le thème et les idées exprimées, mais très réticent sur la forme. Question de goût, je n'adhère pas car je ne ressens rien.

Bonne continuation
Jphil

   Anonyme   
27/10/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je ressens exactement la même chose.
Je pense que cette poésie est tout à fait dans le ton qui convient, une forme de colère, sourde, mais en retrait. Avec énormément de pudeur, de respect, l'auteur nous offre le portrait d'un ami que l'on est obligé de laisser partir à la dérive, puisque les choses sont parfois tellement difficiles à partager qu'on les garde pour soi- trop anxieux de rompre la barrière que l'autre érige devant nous, autour de lui.
On ressent à la lecture le combat de l'ami, impuissant, comme ce vers de clôture qui tombe comme un couperet. Un aveu de faiblesse culpabilisant, en écho à sa propre culpabilité. Un point partout - balle au centre.
J'm particulièrement ce genre de poésie.
Alors je pourrais relever quelques maladresses tels les "om" que j'aurais aimé métaphoriques.
Mais vous maitrisez savamment votre entrée en matière (strophe d'ouverture, le miroir tombe juste, sonne juste) et votre sortie sur l'aveu d'impuissance assumé.
Alors que tout ce qui transpire de ce poème c'est la puissance de l'amitié.
Bravo.

   Lunastrelle   
1/11/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Je suis mitigée. Ce texte est tout à fait dans la tempe de ceux qui méritent d'être écriés, et qui me parlent sans que j'aie à creuser pour ressentir quelque chose. C'est une sacrée colère qui fait rage ici, de même qu'un merveilleux sentiment d'amitié, et j'apprécie beaucoup cela. Bon par moment, il y a un peu trop d'emphase, mais ce n'est pas encore trop grave.

Mais d'un autre côté, c'est la deuxième partie du texte qui me plaît moins (à partir du deuxième "espoir"). Elle me paraît hachée, un peu délitée par rapport à la première. Voilà.

   Anonyme   
2/11/2010
 a aimé ce texte 
Un peu
pour un poème en prose je trouve qu'il y a trop de retour à la ligne. donc je pense que la structure est à revoir.
et ces interjections "om om" je ne sais pas du tout ce que ça signifie, pas trouvé dans le dico, si cela a un rapport avec les sonorités spirituels des bouddhistes, cela n'a donc rien à voir avec la douleur dont tu parles, donc la métaphore est ici mal choisis.

je trouve que tu en fais trop dans l'émotion, c'est exagéré et de plus trop de sentiments divers sont dit:
ça passe de sanglot, à cris, en passant par l'indifférence, sans oublier la colère. je comprends l'impuissance envers un ami dépressif mais je trouve que les sentiments sont trop dit et non suggérés, tu ne laisse pas le choix aux lecteurs de ressentir l'émotion, tout est imposé.
bref un poème qui ne m'a pas transporté.

   Flupke   
11/11/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour wancyrs,

un peu trébuché sur "Tu as tu ta plume" j'ai l'impression qu'il y a une marche en trop.

meurtri d'avoir vécu,
mutilé d'avoir cru,
anéanti d'avoir espéré. EXCELLENTE formule

Espoir !
Ce doux poison enrobé de saveurs de promesses. oui l'aspect double tranchant est ici très bien exprimé

afin que tu ressentes le venin qui réquisitionne ta joie.
je pense comprendre ce que tu veux dire mais cela pourrait-être exprimé plus clairement, à reformuler donc de mon point de vue subjectif

très clair et très bon :Je te parle des Narcisses, qui loin d'être fleurs, ricanent de ta détresse.

Je te parle de dépit, celui qui squatte les cœurs quand les aspirations ricochent sur les pics de l'impassibilité. Joli.


Pas trop fan de : les mots ne sont plus que crachats de mépris. (légèrement cliché).

Ta colère gravit quatre à quatre les marches d'adrénaline image excellente mais la formulation ne lui fait pas justice

exécuter les hérauts de tes gloires d'antan ! miam miam très lyrique

belle formule : Vois-tu osciller le nœud coulant au-dessus de ta crédulité ?
J'ai le sentiment que le ton coléreux perce parfois trop sous le style et l'oblitère un peu.
Le thème est vraiment génial. Le texte truffé de pépites, mais je recommande un petit coup de polissoir à certains endroits même si globalement ce poème est plaisant et agréable à lire. (Ayant lu tes lambeaux d'errance hier je suis sûr et certain que tu peux faire beaucoup mieux vu l'intérêt du thème :-)

Amicalement,

Flupke

   Lariviere   
11/11/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un beau texte, comme souvent avec Wancrys.

J'aime le ton du poème, adapté à l'écrit littéraire, de qualité tout simplement.
Les images sont toujours puissantes et solides. Elles sont pour moi, la clé de voute de l'écriture de Wancrys, puisqu'elles allient un fond souvent philosophique, toujours profond et intelligent avec la puissance d'évocation poétique nécessaire, voire indispensable pour créer l'impact (presque publicitaire, oui les images sont fortes...) chez le lecteur. Alors il y a effectivement cet espèce de solennité, mais qui pour moi, n'est pas un handicap, là encore, plutôt même un gage de qualité important, adapté aux intentions littéraires d'un texte poétique. En réalité c'est tout ce que j'aime et que j'attends en poésie : du fond, de la profondeur, de la philosophie (sinon, à quoi bon écrire ?) et des images fortes...

Je me suis peu attaché au contexte exact relevant du fond. Pour moi, cette notion "d'ami" se situe dans l'absolu et ne contient pas forcement un rapport réel à une deuxième personne. Ca reste un moyen poétique de faire passer un message, ou plutôt des interrogations existentielles à la première personne de quelqu'un en prise avec sa conscience. La notion de "miroir" à la fin de la première strophe me conforte dans cette hypothèse de lecture. Pour reprendre le titre, c'est être l'"ami" de son double, en quelque sorte...

Pour ce qui est du rythme, il est assez lent, une alternance de passages calmes, trainants ponctués de phrases plus violentes. Cela donne un espèce de monologue ou plutôt de dialogue intérieur qui colle bien avec l'intention de l'auteur.

Merci encore à lui et bravo !

   nicotine   
11/11/2010
 a aimé ce texte 
Un peu
"pétales de ta pensée"; "printemps de ta débâcle"; "les pics de l'impassibilité"; "les geôles de la tourmente"; "le sang froid de l'indifférence"; "crachats de mépris"; "les marches d'adrénaline "; "la décadence de l'allégresse"; "théâtre de ta peine"; "écueils de la culpabilité"... tout ça me paraît too much !

Cependant j'aime assez ce passage :

tu sanglotes au sein du vacarme,
tu cries à contre-vent ;
une goutte qui tombe est silence.


En définitive je ne comprends pas la direction du poème, son sens.
Mon appréciation n'est que modérée pour ce type d'écriture qui use trop de l'emphase et de l'ellipse à mon goût.

   Anonyme   
12/11/2010
 a aimé ce texte 
Un peu
A chaque fois que j'ai lu ce poème j'y ai trouvé la même épine :

[Tu t'accroches à de vétustes souvenirs pour freiner ton ascension vers
rien !
Le néant !
Ne crois-tu pas que tout est vanité ?] : C'est freiner qui me freine.

S'il freine son ascension vers [rien !] c'est que précisément il a conscience que tout est vanité, il ne peut que s'accrocher [à de vétustes souvenirs] c'est tout ce qu'il possède. Je vois ces souvenirs comme des remparts. Du vécu intériorisé, une seule réalité tangible, la sienne.

[une goutte qui tombe est silence.] : mon interprétation de ce vers me pousse à croire que cette goutte n'est pas silence mais qu'elle tombe "dans son silence."

[Espoir !
Ce doux poison enrobé de saveurs de promesses.]
"de saveurs" est lourd, d'autre part, c'est plutôt convenu dans un texte qui par ailleurs ne l'est pas.

Les deux dernières strophes sont superbes de rage contenue.

Je fais l'impasse sur : [Tu as tu ta plume] qui ne m'emballe pas plus que ça. Je trouve cette entame trop légère, trop ironique dans un texte qui illustre la rage emmagasinée et l'impuissance éprouvée et... déclarée.

   thea   
12/11/2010
 a aimé ce texte 
Bien
un texte un peu emphatique mais cela lui va bien

des images puissantes qui vous poussent à écouter.

un rythme en goutte d'eau qui me sied bien. On glisse, on pénètre, on s'enduit et l'on reste prisonnier de ce miroir brisé.

juste le début sur lequel j'ai butté :

"Tu as tu ta plume."..dommage
et aussi

de saveurs de promesses

Bon courage

   shanne   
12/11/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
J'ai lu plusieurs fois ce poème, le titre attire le regard et la réflexion, ami ...j'ai aimé : et tu voudrais que je te regarde dépérir! et le dernier vers: impuissant !
L'ami, est ce soi même ? je veux dire se mettre en colère contre soi, s'envoyer un électrochoc ? pour réagir...Le miroir ? se voir dans ce miroir ou l'ami est-il ce miroir ?
Mettre un sens n'est pas facile mais ce cri, on ne peut que l'entendre et réagir donc merci pour l'ami...
En tout cas ça bouscule vraiment, le but est atteint.
Merci à vous

   framato   
21/11/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un texte dur et qui me parle, étrangement...
Un texte écho, la clé est (dans ma lecture) en "miroir".
J'aime l'emphase, elle possède la force de pouvoir dire "regarde ailleurs, regarde en toi et hors de toi... ne regarde pas l'image qu'ont de toi les autres, regarde toi et regarde moi, mais surtout parle !"

J'aime ce texte, au fond de mon cœur... (d'une certaine façon, il m'évoque la chanson de Brel qui dit : "tu n'as rien compris".)
http://www.youtube.com/watch?v=rIIJf3vcdD8
J'y trouve ma même force et la même absence de complaisance, teintée d'un amour assez grand que pour pouvoir dire à l'ami : tu te trompes de route et je t'aime assez que pour te le dire, sans ménagement et très sincèrement.

Ce texte m'a bousculé !

   Anonyme   
20/6/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'aime beaucoup, nous sommes semblables... ( peut-être ? )
Le rythme emporte le lecteur vers une certaine valse de colère...
On dirait une dénonciation, mais en même temps, il y a ... De la peur.
Je ne sais plus ou me mettre.


Oniris Copyright © 2007-2018