Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Yannblev : J'attends...
 Publié le 02/05/20  -  7 commentaires  -  857 caractères  -  174 lectures    Autres textes du même auteur

L'inspiration n'est jamais suffisante...


J'attends...



J’attends
Rien n’est plus sûr que ça
J’attends
Sans savoir pourquoi
Sans savoir combien ni sans savoir quoi

J’attends jusqu’à demain comme hier aujourd’hui
Comme brûle en été l’herbe attendant la pluie
Dans l’immobilité désespérante et bleue du ciel

J’attends sur la branche du temps
Comme un oiseau blessé qui ne croit plus ses ailes

J’attends
Comme un étang perclus sous la chape du gel
Morfondu dans la vase je craque sur les bords

J’attends vivant encore
Comme l’eau du jusant au bout de la marée
Quand les vagues piaffant sur des chevaux légers
Défient de loin la rive

J’attends les mots qui font l’impeccable invective
J’attends les mots qu’il faut et la voix pour les dire
J’attends et le poème est encore à écrire.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
10/4/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce poème nous emmène joliment au royaume de l'attente et de l'indécision.
Il existe ainsi dans l'existence, surtout si elle est solitaire, des moments suspendus où l'après est à venir, sans qu'on sache si on l'espère, sans qu'on sache de quoi il sera fait.
Et l'on attend "Sans savoir pourquoi
Sans savoir combien ni sans savoir quoi".

Ce poème communique très bien cette sensation vécue, ce moment qui n'existe pas vraiment car il est insignifiant entre un 'avant' et un 'après'.

J'aime particulièrement ce vers:
"Comme l’eau du jusant au bout de la marée".

On trouve ici de belles images et une belle manière de communiquer sur ce qui pourrait être insignifiant ou vide, mais qui construira peut-être un lendemain plus riche.

Bravo à l'auteur.

   Marite   
12/4/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Très intéressant comme thème et surtout bien évoqué par de belles images dans les quatre strophes centrales. J'ai particulièrement été séduite par :
" J’attends sur la branche du temps
Comme un oiseau blessé qui ne croit plus ses ailes"
Un seul bémol a perturbé ma perception de l'ensemble, le dernier vers de la première strophe qui me semble inutile.

   eskisse   
2/5/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Cette attente est très belle grâce aux images qui convoquent la nature et les éléments.
Mais j'aurais allégé la structure du poème en ôtant deux des trois "j'attends" de la fin qui selon moi, créent un rythme un peu répétitif. Mais cette insistance est sûrement voulue pour mettre en relief ce temps long.

   Stephane   
2/5/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'attends...

On attends toujours, on attends plus ou moins, on attend tous quelqu'un ou quelque chose, sans vraiment y croire, ou non.

Une belle poésie qui a su me séduise avec des mots justes, merci.

Stéphane

   papipoete   
2/5/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour Yannnlev
je pense que vous n'avez plus besoin d'attendre... les mots pour le dire ; ceux qui enlacés forment un poème.
tous ces " j'attends " sont spirituels, et toute image s'y rapportant, frappe l'imagination, jamais ne tombe à plat !
NB l'avant-dernière strophe est ma préférée avec, " les vagues qui piaffent sur des chevaux légers en défiant de loin la rive ", on les regarde faire se disant " attention, elles vont partir ! "

   Lebarde   
2/5/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Certains déplorent la fuite trop rapide du temps, ici on attend que le temps passe, on attend on ne sait quoi, on ne sait qui.
Si peut être que quelqu'un fasse le travail, pense, trouve les mots, écrive le poème à la place du narrateur.
En fait on "glande"!!
Pas très positif ni dynamique tout cela!! Mais l'écriture simple et facile peut plaire.

Disons que la nonchalance, la lancinance du sujet sont bien rendues par le ton général, la petite musique, le choix des mots, les répétitions, qui peuvent pourtant devenir pesantes et monotones à la lecture.

Quelques belles images parfois à double sens bien trouvées et plaisantes:

"J’attends sur la branche du temps
Comme un oiseau blessé qui ne croit plus ses ailes"

"J’attends
Comme un étang perclus sous la chape du gel
Morfondu dans la vase je craque sur les bords"

Je ne m'enthousiasme pas, mais bon cette poésie libre me plait assez néanmoins.
Merci.

Lebarde

   Ascar   
3/5/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un bien joli texte qui traite, me semble t-il, du fameux syndrome de la page blanche.

Beaucoup cherchent à atteindre l'illumination littéraire. Vous, vous semblez l'attendre ;)

Vos images relatives à l'oiseau et à la mer sont de très belles trouvailles.

J'ai très apprécié cette lecture


Oniris Copyright © 2007-2020