Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Yannblev : L'étranger
 Publié le 01/06/21  -  11 commentaires  -  1262 caractères  -  161 lectures    Autres textes du même auteur

« Entre exil et exil, le poème est boussole du cadavre qui rentre au pays. »
Chawki Abdelamir.


L'étranger



https://soundcloud.com/user-635068023-468361789/letranger


Je vais en chaque jour qui vient comme un vieux papier dans le vent
Je passe étranger dans ta rue toujours pleine du bruit des gens

Peut-être irai-je ce matin en traversant le pont au Change
Mener mes rêves de bambou sur le safran des eaux du Gange
Ou les yeux plantés dans le ciel compter les aigles des pampas
Ceux qu’on voit en regardant mieux les pigeons bleus ouvrir les bras

J’irai en sautant pas à pas les bordures des gris trottoirs
De roche en roche jusqu’à l’île où le soleil se noie le soir
Il est des cris de goélands par-dessus les marteaux-piqueurs
Quand sur ma tête nue la pluie bat d’une irlandaise rumeur

Et doucement au boulevard qui sombre dans sa perspective
Je vais en chaque jour qui vient comme une barque à la dérive
Un naufragé qui fait le point sur le sextant de sa mémoire
Ou comme un enfant qui s’endort en se racontant des histoires

Avec des mots d’autres couleurs des noms parmi les bruits des gens
Je passe étranger dans ta rue comme un vieux papier dans le vent


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Cyrill   
13/5/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
J'ai beaucoup aimé ces voyages à travers les yeux d'un protagoniste qui réunit en lui des exilés venus des quatre coins du monde.
Et les paysages urbains qui lui permettent de faire des bonds de géant vers ces pays.
Tout est très finement exprimé, ces longs vers expriment fort la mélancolie qui se dégage, l'arrachement et la condition d'éternel étranger.
Avant d'écouter, j'aurais bien vu un slam. Un peu déçu par l'audio. Le côté Georges Chelon (pourtant je l'aimais bien) a quelque chose d'un peu trop passé.
Quoiqu'il en soit, je suis conquis.

Cyrill

   Eclaircie   
22/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

J'adhère, bien sûr !
J'aime aussi, naturellement.
Certaines formules, en lecture peuvent paraitre un peu moins fortes ou poétiques ("les gens", "comme", "je vais en").
Mais en musique et avec la voix, rien ne vient heurter mon écoute.
Bigre et terminer en sifflotant, comme ce passant étranger à tous , à tout.
Merci du voyage ! Un voyage autour du monde, autour des "gens" et près de ce "Toi".
Que dire de l'ensemble voix et musique ? Harmonieux, lumineux.

Éclaircie

   Donaldo75   
22/5/2021
 a aimé ce texte 
Bien
J’ai réellement aimé le texte de cette chanson ; il correspond pour moi à ce que je pense de la chanson française quand elle s’affiche poétique, riche et intelligente. Les images sont douces, bien posées et l'usage de la première personne du singulier en renforce l'exposition, rendant le texte et le message incarnés. Je regrette néanmoins que la version musicale ne lui rende pas hommage, pas à cause du chant mais de la mélodie, de l’exposition à la guitare dont le rendu est trop plat, trop convenu pour égaler le texte. A la limite, cela permet d’écouter encore plus les paroles, dirait les auditeurs positifs, ceux qui voient le verre à moitié plein. Je reste sur cette conclusion.

   Queribus   
1/6/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

La première chose qui m'a frappé à la lecture de votre texte, ce sont ces vers de seize syllabes (à ma connaissance, il n'y a guère qu'Aragon qui ait pratiqué cet art) qui donne à votre écrit un côté langoureux bien en accord avec le thème traité. Votre prosodie néo-classique me semble quasi parfaite, elle témoigne, en tout cas, d'une grand connaissance et de la langue française et de la prosodie.

La voix et la musique, même si elles ont et c'est évident, le côté délicieusement rétro, genre Fine fleur de la chanson de Luc Bérimont de l'époque des années cinquante (Mon Dieu, que tout ça nous semble lointain dans le contexte de nos années 2020). Les mots et les phrases sont bien articulées et sont compréhensibles à la première écoute; les arpèges à la guitare s'accordent bien au contenu.

En conclusion, l'ensemble texte, voix, musique, accompagnement me semble globalement très réussi. J'ai passé un bien agréable moment à vous lire dans un premier temps et à vous écouter dans un deuxième.

Bien à vous.

   domi   
1/6/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
L’image du « vieux papier dans le vent » est poignante, triste et douce et poétique…

J’ai été émue à l’écoute de la musique de cette chanson, par, justement, cette douceur, à la fois de la voix et de l’accompagnement ; et j’aime le débit du texte (pas évident), presque « parlé », chantonné, qui nous ramène aux paroles.

et j’aime la fin juste sifflée.

En fait, j’aime tout, un ensemble parfaitement réussi pour moi, sans fausse note ; c’est si beau quand la tristesse est bercée de douceur, c’est vraiment de la poésie, merci .

   papipoete   
1/6/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
bonjour Yannblev
Il fut un temps où je n'écoutais la musique qu'en second ; là, ce fut le contraire et tant la voix que la guitare sont enchanteresses !
le héros, tel un vieux papier dans le vent passe les rues, les fleuves, les montagnes et nous photographie les paysages qu'il découvre, s'éloignant de cette " rue toujours pleine du bruit des gens "
NB une fort belle poésie que la musique porte au gré des notes, des arpèges...
Je viens de me voir refuser un texte évoquant " une buse sur un if perchée... " ; je reconnais que " vos aigles des pampas " ont une autre gueule ( bec... )
ce vers en particulier, a ma préférence mais l'ensemble de cette chanson flamboie !

   Corto   
1/6/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Très beau texte remarquablement mis en valeur par le chant.

Les images proposées entraînent le lecteur/auditeur dans une rêverie pourtant rattachée au réel poétisé.
On flâne, on revient, on regarde le quotidien avec des yeux de voyageur et des espoirs d'extraordinaire.

L'ambiance est prenante et délicate.
Bravo.

   Pouet   
3/6/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Slt,

à mon écoute, à ma lecture, il n'est pas question de géographie ou d'exil, mais plutôt de métaphysique et d'enlisement; j'ai compris "l'étranger" au sens large, étranger au monde qui nous entoure, à sa vie, hors de sa propre portée - petite musique lointaine...

De belles images et la simplicité (dans le bon sens du terme) de l'évocation.

Pour moi, de menus bémols: les inversions comme "gris trottoirs" me semblant plus au service de la rime que de la fluidité, mais c'est un détail et ce n'est que mon avis.

Une bien jolie chanson emplie d'une douce mélancolie s'accordant bien à la voix et à la musique.

   Yannblev   
7/6/2021

   Myo   
7/6/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
L'imagination peut nous entraîner partout, surtout quand la réalité est trop grise.
C'est ce voyage imaginaire, ludique et positif qui permet à l'homme de rester debout malgré l'adversité, la solitude, le déracinement.
C'est ce que je retiens de ce très beau texte.
La douceur et la simplicité de la mélodie accompagne justement ce voyage onirique.

Un doux moment même si le fond du sujet reste triste.

   Jahel   
23/6/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une bien douce musique sur une chanson hautement poétique rehaussée par une voix agréable à entendre et si singulière.
Merci Yannblev pour cette transfusion au goutte à goutte d'un réel bonheur.
Jahel


Oniris Copyright © 2007-2020