Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Zeste : Le retour des caravelles
 Publié le 08/11/19  -  9 commentaires  -  548 caractères  -  160 lectures    Autres textes du même auteur

Paradoxe inouï, l’homme qui regarde et chemine vers demain est une mémoire en devenir. La mémoire, les émotions, le rêve... Voilà bien le cœur du mystère !

Des caravelles blanches, des étoffes, de l’or, des épices, des récits...
Le vin, l’amour, la poésie !


Le retour des caravelles



J’ai la mémoire de récits antiques, de caravelles et de tropiques.
Le souvenir encore, de sultanes altières, de sveltes brunes,
d’amazones fières et de chevauchées fantastiques.

Hier n’est plus, demain est incertain.
J’interroge les siècles, les vivants, les morts, les abîmes...
Ton ombre est la seule lumière !

Quand un seul printemps vaut mille détours.
De Porto, Madère, Cipango, je connais tous les chemins.
Et je sais où va le vent.
Ah ! Le vent, le vin, l’oubli des lendemains.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Gemini   
16/10/2019
 a aimé ce texte 
Bien
L'ombre d'Hérédia plane sur tout ce texte qui semble être une extension des Conquérants (ou une suite ? "Le retour des caravelles" ).

Sortant du cadre parnassien, l'auteur vient agréger ses propres mots sur le tableau du maître. Je n'y vois pas d'hérésie. Comme dit l'auteur : "Hier n'est plus, demain est incertain". Et puis, un amour perdu (bel oxymore : "Ton ombre est la seule lumière") excuse tout.

Magnifique vers "Quand un seul printemps vaut mille détours", bonne tenue du sujet (et du titre) "Je sais où va le vent", et excellent vers final : "Ah ! Le vent, le vin, l'oubli des lendemains". Ça parle au marin.

J'ai bien apprécié (et j'ai apprécié bien).

   Gouelan   
22/10/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

"Ton ombre est la seule lumière" est une belle image.
L'ombre du passé aussi qui éclaire demain.

"L'oubli des lendemains" pour saisir l'instant, l'instant d'un printemps.

Trois petites strophes qui cheminent avec la vivacité et l'éclat d'une émotion. L'ensemble est aéré, léger et invite à l'évasion.

   Miguel   
25/10/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Un certain souffle bienvenu, mais peut-être trop de références ;on croit retrouver Heredia, Segalen, et quelques autres, ce qui ôte au texte la dimension d'originalité qu'on attendait du titre. En poésie classique, les lieux communs peuvent être compensés par la prosodie ; en libre, ils ne pardonnent pas.

Miguel en EL

   Vincente   
8/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai pris, comme la plupart du temps le parti de ne pas lire l'exergue avant le poème. Bien m'en a pris. Non pas que son exercice manque d'intérêt, il est ici très sympathique et intéressant quand il relève ce "paradoxe inouï… la mémoire en devenir", mais il aurait défloré une des richesses essentielles de la lecture, la découverte d'un territoire nouveau. C'est le cas de figure où ne me semble pas nécessaire en amont cette présentation du texte, celui-ci dévoile sans ombres certaines, à part celle particulière du vers " Ton ombre est la seule lumière !" où je devine l'amour ; si bien que je l'aurai préféré en pied de page, pour profiter tout de même de sa réflexion enrichissante.

Le façonnage de l'intention instille de l'épique dans ses tonalités, c'est adroit à tel point que cela semble direct comme un cri du cœur ; il y a là sa concision et sa puissance, j'imagine que c'est plutôt volontaire, mais aussi que la passion provient d'un vécu que l'auteur ne cherche à ternir dans la voix de son narrateur. Ça sonne juste et c'est plutôt original, très séduisant en fait.

   papipoete   
8/11/2019
bonjour Zeste
Je vois des vers tombés ici, pas par hasard " ton ombre est la seule lumière ", mais je pense qu'il faut un minimum de savoir littéraire, pour en apprécier la substance !
La première strophe semble ouvrir une malle, dont le contenu nous mènera vers des épopées épiques... et puis non l'auteur nous entraîne là où je ne connais pas la nature du terrain !
Je ne sais quoi dire, ( hormis le 6e et 7e vers lumineux )

   ANIMAL   
8/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très joli poème qui me donne l'impression qu'un être immortel survole les siècles à la recherche d'un amour perdu "ton ombre est la seule lumière". C'est ainsi que je le vois.

Chevauchant le temps, cet homme se souvient des femmes exceptionnelles entrevues en chemin "sultanes altières, sveltes brunes, amazones fières" et de lieux qui l'ont marqué "Porto, Madère, Cipango".

Mais il a beau interroger "les siècles, les vivants, les morts, les abîmes" il ne trouve pas trace de cette femme aimée et, de sa vaine quête, il ne reste plus que "le vin, l'oubli des lendemains."

Merci pour ce voyage hors normes.

   krish   
9/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Zeste,
Un être est un univers à lui tout seul.
" la seule lumière ! "
Le sentiment amoureux permet d'inclure l'amoureux dans l'histoire des sentiments universels humains " J’ai la mémoire de récits antiques" et futur "je sais où va le vent". Combien de fois, hélas, nous empêche-t-il de vivre consciemment le présent ?
Lorsqu'il est objet d'amour, l'autre devient une source illimitée de découvertes :
"Quand un seul printemps vaut mille détours."
Cependant, même source d'inspiration, l'absence physique dématérialise l'objet du désir "l'ombre", le dilue dans la mémoire.
Explorer soi-même ce sentiment amoureux, en faire l'expérience, vaut certainement tous les récits, aussi exotiques soient-ils, même si on connaît la fin du voyage...un peu pessimiste, si je peux me permettre.
Merci, en vous souhaitant "bon port".

   Davide   
9/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour Zeste,

Je ne vois pas l'intérêt de l'exergue, long, presque autant que le poème lui-même, et qui dévoile malheureusement tout son mystère.

En première lecture, le poème "Les conquérants" de José Maria de Heredia m'est venu en tête : le thème déjà, épique, mais surtout les mentions des "caravelles", des "tropiques" et de "Cipango".
Quelques jolies nuances baudelairiennes viennent également caresser les vers, "La vie antérieure" en particulier, puis un autre dont j'ai oublié le titre et qui commence ainsi : "J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans".

La vastitude du champ d'exploration, de ce périple par delà l'espace et le temps, a quelque chose de captivant, d'excitant. Mais en somme, ce qui me plaît surtout, c'est que toute cette richesse se condense dans un éternel présent ; la mémoire élastique, aventurière, elle, est source de merveilles et d'enrichissement.

J'ai beaucoup aimé l'incrustation de ces deux vers, dont le ton de l'intime résonne comme un port de plaisance, une escale bienvenue, un intermède aux parfums de l'Orient :
"Ton ombre est la seule lumière !
Quand un seul printemps vaut mille détours."

Enfin, les plaisirs se concrétisent dans le dernier vers, un carpe diem bien mérité après tant de voyages.

Connaissez-vous le film "The Man from Earth" ? C'est l'histoire d'un homme à l'apparence ordinaire - un scientifique - mais immortel, qui ne vieillit pas, né il y a des milliers d'années, et qui conte à ses amis (collègues de travail, je crois), sceptiques, la longue histoire de sa vie...

Je mets la flèche vers le bas car l'exergue m'a dérangé. Mais quoiqu'il en soit, ce poème m'a beaucoup plu.

   BlaseSaintLuc   
10/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Vous nous livrez ici un très beau... Brouillon !

Mais ou est donc le texte, le sujet demande plus de coffres (au trésor)
Avec autant de références et d'idées les mots vous ont manqués pour plussoyer !

Un texte court peut suffire souvent, mais là, il fallait du vent dans vos voiles !

Les étoffes, les épices, les caravelles sont vides ?

Je l' ai dit toutefois le brouillon est superbe .


Oniris Copyright © 2007-2019