Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





À propos de Retourner au rêve
Maître Onirien
Inscrit:
22/07/2012 22:59
De Cévennes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Correcteurs
Post(s): 29988
Hors Ligne
Tous mes remerciements vont à tous ceux qui ont bien voulu se pencher sur mon texte, depuis les tous premiers jusqu'aux derniers lecteurs/commentateurs en passant par les membres du comité éditorial et les correctrices.

Car cette fois encore, la parution de mon texte me fournit l'occasion de recueillir de précieux conseils pour faire évoluer mon écriture et l'améliorer, grâce à vos longs commentaires de qualité.
Plusieurs pistes m'ont été fournies, que j'évoque en partie dans vos réponses ici.
Globalement, je reconnais avoir fait du "va-vite" pour arriver à temps avant l'échéance du concours, et le texte manque donc effectivement de travail de façon flagrante (enfin, à présent que vous me le mettez sous le nez héhé), notamment le début et la fin (reste peu heuheu).

@Socque : quelle franchise, ô combien appréciée sache-le ! Ta sincérité dans ton balancement entre détester et estimer t'honore... et m'a fait, tu t'en doutes, l'effet douche écossaise (heureusement tu as diplomatiquement commencé par le très froid). Blague à part, tu me fournis une gigantesque première piste : apprendre à écrire à la 3ème personne aide à sortir de son nombril.

Quant aux considérations qui n'ont pas leur place, oui, j'admets, de même que le cas d'école de fausse modestie narrative, tout simplement parce qu'il ne peut en être autrement pour moi en ce moment.
Bien merci pour les encouragements que sont tes passages dithyrambiques sur mon texte, que j'ai sentis aussi sincères que le reste.

@Jano : ravie que votre commentaire m'incite à "discutailler" (pour le plaisir de l'échange). "Hors du temps courant" j'aurais dû détailler, j'ai encore pêché par concision (humour)... c'est que, dans mon livre à moi, il existe le "temps courant" tel que l'humanité a dû un jour se le découper en heures, jours, etc. calqué certes sur les saisons mais pas que, et puis, plein d'autres "temps" celui de la rêverie, de l'imaginaire, celui de l'écriture, qui travaille au cerveau longtemps avant de sortir ou au contraire passe en fulgurance, etc. Ces "temps-là" échappent au "temps courant" (à mes yeux tjrs).

Je discutaille aussi sur "Votre appel si-len-ci-eux" qui pour moi a bien 7 syllabes ? il y a bien diérèse ?
Puis je cesse de discutailler pour reconnaître avec vous que ces trois phrases que vous relevez (et d'autres encore) comportent des maladresses. Et merci d'avoir partagé vos sensations sur la bambouseraie d'Anduze (je confirme) !

@Acratopège : merci pour la piqûre de rappel anti-adjectifs je ne m'en souviens sans doute pas assez. Comme votre critique est joliment écrite, et concise ! Vous parvenez à me faire voir mon texte sous un autre angle que de là où je l'ai écrit (La bambouseraie comme concrétion des lieux rêvés... ).

@Costic : merci pour la précision de tes observations ; j'y retrouve ici une manière de synthèse de ce que m'ont écrit Socque et Jano. Je n'ai pas manqué de noter, chez toi aussi, le gentil message que je cesse de prendre toute la place, via ton "J’aime tout spécialement les perceptions sensitives riches dans lesquelles on se sent impliqué". Je comprends.

Pour toi, c'est le début qui manque de clarté : ça me donne l'idée de renvoyer le début à la fin et les tresser ensemble avec un fil conducteur... tu vois, je ne peux qu'être reconnaissante.

@Margone_Muse : oui oh pour l'organisation, j'ajoute ^^ derrière vos ^^ n'ayant fait que suggérer ce thème retors finalement ^^
Je rougis de vos qualificatifs sur certains passages de mon texte. Sincèrement, même si évidemment ils font chaud au coeur.

Puis, vous êtes très précises sur les passages qui vous ont gênée et les raisons : c'est une leçon bien didactique pour mes prochains travaux d'écriture, là aussi, sur ce texte ou d'autres.

@Bidis : et bien voilà, là boucle est bouclée, Bidis, vous surenchérissez sur la critique de Socque si bien qu'elle ne peut à présent que me crevez les yeux. Je le prends le plus humblement possible, car c'est tellement juste !

Et vos mots pour enfoncer le clou (humour) sont tellement clairs, m'invitant précisément à ouvrir une brèche pour qu'y entre le lecteur.
Merci d'avoir même laissé deux remarques flatteuses sur ce que vous avez apprécié.

Miss n'Ode

Contribution du : 28/11/2013 20:24
_________________
L'homme est conduit par l'aveugle qui est en lui- J.Claude Izzo
Poésie et carnets artistiques : https://papiers-relies.assoconnect.com/
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : À propos de Retourner au rêve
Maître Onirien
Inscrit:
12/03/2011 15:50
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Correcteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 70276
Hors Ligne
Bon, contente si j'ai pu t'être utile ! Comme tu sais, j'ai commenté en Espace Lecture, sans connaître l'identité de l'auteur... L'eussé-je connue que je me serais peut-être montrée plus diplomate (pour autant que je sache l'être), et du coup (qui sait ?) pas utile du tout.

MissNode, à te lire je me dis que vraiment tu sais écrire ; alors ose le faire, que je me dis, écris pour rendre compte du monde en soi, non d'un "je" voyant le monde. C'est pas à la portée de tous.

Contribution du : 29/11/2013 00:38
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : À propos de Retourner au rêve
Visiteur 
Mon commentaire sur votre style était un peu sévère. Souvent on prend pour maladroit ce qui en fait ne nous ressemble pas dans l'approche de l'écriture.
Vous avez raison pour "Votre appel silencieux", je n'ai pas compté la diérèse. Sorry !

Contribution du : 29/11/2013 09:05
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : À propos de Retourner au rêve
Maître Onirien
Inscrit:
22/07/2012 22:59
De Cévennes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Correcteurs
Post(s): 29988
Hors Ligne
Socque, tu l'as compris, tu m'as effectivement fourni une clé qui n'est pas des moindres pour moi, même si elle peut être évidente au lecteur, donc, la douceur t'inquiète, je suis bcp plus brute que toi... on va oser on s'emploie à faire péter les verrous (mon budget "pralines" explose hum!)

Jano justement les trois passages que vous avez cités sont pour ainsi dire des micros-tentatives d'oser une écriture encore plus inhabituelle pour moi pour me tirer de ma prison de "je" et savoir appeler un chat un chat : votre observation est de toutes façons utile, mais merci d'avoir adouci votre critique.


Contribution du : 29/11/2013 09:47
_________________
L'homme est conduit par l'aveugle qui est en lui- J.Claude Izzo
Poésie et carnets artistiques : https://papiers-relies.assoconnect.com/
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : À propos de Retourner au rêve
Visiteur 
Mais MN, on peut écrire "je" sans y être et sans nombril, un personnage tu le fais, tu ne l'es pas obligatoirement :)

Contribution du : 30/11/2013 15:35
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : À propos de Retourner au rêve
Maître Onirien
Inscrit:
22/07/2012 22:59
De Cévennes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Correcteurs
Post(s): 29988
Hors Ligne
Je suis d'accord Salam' entièrement.
Mais l'exercice est toujours salvateur et bénéfique pour peaufiner ses personnages avec une distance (pour ceux qui, comme moi, ont du mal à dissocier auteur/narrateur) = écrire à la 3ème personne.
Je crois que là était mon propos.

(j'adore "faire salon"... un nuage de lait dans votre thé S' ou plutôt une larme de brandy dans votre café ?)

Contribution du : 01/12/2013 15:25
_________________
L'homme est conduit par l'aveugle qui est en lui- J.Claude Izzo
Poésie et carnets artistiques : https://papiers-relies.assoconnect.com/
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : À propos de Retourner au rêve
Maître Onirien
Inscrit:
22/07/2012 22:59
De Cévennes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Correcteurs
Post(s): 29988
Hors Ligne
Pardon d'avoir tardé à accueillir vos nouveaux commentaires, quelques soucis d'accès au net...

@Brabant-Senglar : (m'expliquerez-vous le pourquoi de ce nouveau pseudo ? j'ai loupé l'explication si vous l'avez fournie désolée). Vous me voyez ravie quelque part de ne vous souvenir que du meilleur et jusqu'à rougir de vos mots. Le moins que je puisse vous dire, pour vous remercier d'avoir pris le temps d'écrire, est que vous savez trouver les mots précis qui encouragent : votre optimisme est didactique car vous me montrer quelle écriture favoriser, sur quelles ambiances m'appuyer. Merci de votre évaluation.

@Salamandre : ma chère, tes observations me vont au coeur, puisqu'il est vrai que tu m'as fait découvrir cet haïbun : je connaissais l'haïku (une de mes formes favorites). J'ai trouvé passionnant d'apprendre à écrire une histoire d'un haïku à l'autre, une histoire parsemée de haïkus. Merci encore pour cette initiative et pour ta trace ici.

@Wan : ah merci pour ton terme "envoûtement" ! Pour ton honnêteté quand tu pointes avec raison l'accélération du rythme dans la dernière partie, manque de soin je le reconnais, ainsi que ce début plus laborieux que poétique, peut-être parfois ah la la il y a toujours du travail hein !

@Perle : Très intéressant cet angle de vue, ce lien entre retour sur soi et Orient. Et aussi, que vous pointiez l'épisode de l'erreur d'aiguillage sur lequel je vous avoue m'être effectivement questionnée. Là encore, il est clair pour moi que ce début et cette fin sont à retravailler, voire tisser ensemble vers une fin plus ouverte. enfin... grâce à vous, des pistes et des pistes de travail.

@Toc-art : merci d'avoir pris la peine de ce long commentaire, d'autant plus si vous n'avez pu trouver plaisir à cette lecture. Je comprends ce que vous désignez comme "précieux" : je me souviens de ces mêmes premiers effets que m'ont fait les haïkus lorsque je les ai découverts (peut-être le côté japonais ?)
Blague à part, vous soulevez ce qui est pour vous une déplaisante concordance des temps ; je voulais signifier que le temps, encore aujourd'hui, aspire mon corps etc. Il me semble que dans ce cas, il n'y a pas d'erreur de concordance... qu'il y ait puérilité de ma part est un autre débat (humour).
Et quant à "est-ce nous" j'ai esquivé le piège "sont-ce nous" que je trouve fort laid à force de désuétude... mais j'ai esquivé maladroitement, disons, lourdeaudement !J'aurais aimé vous faire aimer au moins une phrase de poésie... tant pis !

Sincères mercis pour la qualité de vos appréciations qui fournissent matière au travail
Miss n'Ode

Contribution du : 03/12/2013 22:03
_________________
L'homme est conduit par l'aveugle qui est en lui- J.Claude Izzo
Poésie et carnets artistiques : https://papiers-relies.assoconnect.com/
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2019