Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Climat, poème de Damy
Maître Onirien
Inscrit:
11/03/2010 19:04
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 10790
Hors Ligne
Climat


Merci aux lecteurs et aux commentateurs

Je comprends que l’on ait pu trouver ce poème abscons : métaphores, mots rares, en surnombre, vocabulaire géolocalisé etc.
C’est un vieux poème que j’ai sorti du fond du tiroir. Et quand je l’ai relu, je n’y ai moi-même pas compris grand-chose, alors je l’ai posté par simple curiosité.
En écrivant l’incipit, ma mémoire revenait.
Le département des Landes a été colonisé par Napoléon III, en même temps que l’Algérie. Il obligea pour des raisons financières dans le commerce avec l’Amérique, à planter en pins tous les biens fonciers collectifs servant au pastoralisme. Progressivement 1 million d’hectares furent ainsi plantés. Le pin n’aime pas l’eau. De profondes crastes furent creusées pour le drainage, les marais et les lagunes furent asséchés. Les bergers se transformèrent en ouvriers sylvicoles, dans les scieries et dans les petites unités industrielles qui, à partir de la résine, fabriquaient l’essence de térébenthine et la colophane. Cette activité économique se développa au point de devoir importer de la main d’œuvre portugaise et marocaine pas chère. Rien n’est nouveau sous le soleil.
Au même moment, NIII asséchait le marais de la Mitidja, dans la plaine d’Alger pour y planter de la vigne, chère aux arabes, puisque ils n’en boivent pas, ou si peu, toujours en cachettes. C’est ainsi que le vin s’exporta dans les pays où les gens boivent. La Russie a été un bon client. Les bergers et les moutons de la Mitidja disparurent et les algériens allèrent travailler pour vraiment pas cher chez lzq colons.

Dans les 2 cas NIII fît œuvre de civilisation.

Aujourd’hui un écomusée présente la vie des indiens primitifs aux touristes avides de culture. Il reste quelques lagunes où poussent des droséras, plantes carnivores, qui n’ont pas voulu goûter du NIII de peur de s’empoisonner. La molinie est une graminée sauvage qui nourrissait les moutons. Il en reste un peu sur les pins et sur les dunes littorales.
Pour protéger les pins des grands vents océaniques NIII fit édifier une dune de plus de 150 km de long.

Le réchauffement climatique n’arrange rien, il poursuit l’œuvre de NIII, il assèche encore un peu plus. La tempête Klauss a décimé 300.000 hectares. La chenille scolyte grille ce qu’il reste. Le pin est foutu.
Je prédis le désert, sous le pin il n’y a plus que du sable. toute une région aura gaspillé l’eau, et quand on sait le nombre d’habitant sur la planète qui en manque …

Je n’avais alors pas voulu écrire un récit humoristique factuel. Je voulais sortir de mes tripes un vomissement poétique.

Madame Pimpette ; Monsieur Brabant, vous me faites trop d’honneur avec vos références, je ne les connais pas. Merci beaucoup.
Merci infiniment Pieralun d’avoir gardé en mémoire mon Viel if. C’est un poème majeur pour moi. J’en suis très ému.

Oui, ce sont dans de purs tripots que je baise tranquille et fume des joints en attendant le désert.

Excusez moi d’avoir été un peu long.

Contribution du : 14/05/2012 06:12
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Climat, poème de Damy
Maître Onirien
Inscrit:
11/03/2010 19:04
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 10790
Hors Ligne
Fattorius
Selon e Littré vous avez raison pour pi/eux
on ne fait pas la diérèse à pieu

Contribution du : 14/05/2012 09:42
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Climat, poème de Damy
Maître Onirien
Inscrit:
11/02/2012 17:42
De Le Havre
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 11122
Hors Ligne
La diurèse?
N'importe quoi mon Damy!!!!

Mais si!!!J'ai compris!!!!
Pimpette du Bisou

Contribution du : 14/05/2012 16:08
_________________
"""Soyez réglé dans votre vie ordinaire
comme un bourgeois, afi n d’être violent et original
dans vos oeuvres. »

Gustave Flaubert
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Climat, poème de Damy
Maître Onirien
Inscrit:
06/12/2011 14:04
De Charleroi Belgique
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 19273
Hors Ligne
Bonjour Damy J'ai commenté votre texte que je n'ai pas compris Merci de m'avoir mis sur la voie bien cordialement leni

Contribution du : 15/05/2012 07:17
_________________
La vérité d'aujourd'hui est l'erreur de demain
Le talent c'est d'en trouver aux autres R Hossein
Plaire à tout le monde c'est plaire à n'importe qui S Guitry
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Climat, poème de Damy
Maître Onirien
Inscrit:
11/03/2010 19:04
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 10790
Hors Ligne
Bonjour Leni,

vous m'avez interrogé sur le côté religieux, sacré, de ce poème.
Sachez simplement que quand un être cher meurt, qu'un paysage adoré meurt, j'écoute religieusement le Miserere d'Allegri.

http://www.youtube.com/watch?v=eh31j6L95Ok

En d'autres circonstances, c'est parfois La Chanson de l'Adieu, de Frédéric Chopin, version jazz

Bien à vous,
Damy

Contribution du : 15/05/2012 17:04
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020