Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 »


De l'impossibilité de vivre entre humains et trolls
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
16/01/2019 11:42
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 1793
Hors Ligne
Merci à toutes les personnes œuvrant dans l’ombre qui ont permis la publication de L'enfant boréal. Une histoire influencée, de loin, par deux films :
« Carrie au bal du diable » de Brian de Palma, où une jeune fille particulière se fait humilier par ses pairs et se venge de manière terrible.
« Border » d’Ali Abassi, raconte l’enquête d’une femme-troll enrôlée par la police suédoise. Film trouble et dérangeant. (La photo d’illustration en est tirée).
De ces sources d’inspiration j’ai voulu faire un récit basé sur la différence, la difficulté pour une étrangère de s’intégrer dans une communauté. Au passage j’évoque les sextapes qui sont devenues un triste défi chez les jeunes. Le tout dans un cadre nordique qui se prête admirablement aux ambiances fantastiques.

En effet Corto, une nouvelle à ne pas mettre entre toutes les mains ! Je me dis parfois qu’il est inutile de tenter une publication de recueil de mes nouvelles tant elles sont parfois bizarres et violentes. Elles ne rentrent pas dans les cases des maisons d’édition, c’est certain. Pourtant je ne renierai jamais mon style.
Du coup je suis heureux que vous soyez allé au bout, comme quoi si un récit est correctement mené il peut ne pas rebuter malgré sa violence.

Bravo Animal d’être allée sur Wikipédia pour retrouver les traductions du vieux finnois. Je vois que nous avons visité la même page. Vous avez parfaitement résumé l’histoire et je suis ravi que celle-ci vous ait plu.

Vous ne deviez pas être assez concentrée sur l’histoire Maria pour n’avoir pas compris qu’Hilda était une enfant-troll adoptée. C’était pourtant clairement expliqué à mesure que le récit avançait, même les garçons le lui jetaient en pleine figure ! Parfois on lit trop vite...
Il n’y a donc pas de métamorphose soudaine d’Hilda mais la révélation de sa vraie nature dans un contexte d’agression.

Vous dites que l’histoire est dépaysante Plumette, c’est aussi ce que j’ai ressenti en l’écrivant. J’ai pris beaucoup de plaisir à retranscrire l’ambiance des nuits froides du Grand Nord. Quand on choisit un lieu typique, on oblige son écriture à s’y adapter. Exercice passionnant.

Le passage qui vous a déplu avec « Diallo, tout noir » n’est pas d’une grande importance Hersen, ça m’a surpris que vous le releviez. Il fait simplement partie du questionnement d’Hilda concernant son rejet. Dans le contexte, il faut se mettre dans sa tête et essayer de ne pas raisonner avec nos principes. Merci pour vos compliments sur l’écriture, j’y suis toujours sensible.

J’ai déjà constaté en lisant vos écrits, Jean-Claude, que nos styles diffèrent sur bien des points. Ainsi, ce qui va vous gêner dans la lecture de mes textes ne me paraît pas choquant, tandis qu’inversement, certaines des tournures employées dans vos récits me surprennent. N’y voyez surtout aucune critique, juste la réalité d’une grille d’appréciation. Nos sensibilités de lecteurs ne répondent pas de la même façon, ne s’accordent pas sur un style qui pourrait nous parler à tous les deux. C’est d’ailleurs ce qui fait toute la subtilité entre les auteurs. Par exemple vos indications de virgules ne me conviennent pas, je n’ai pas ce rythme là dans mes phrases.
Néanmoins je ne suis pas obtus, et quand je constate que Shepard fait des remarques identiques aux vôtres, alors je comprends que certaines parties sont à revoir car elles ne plaisent qu’à moi.
Quoi qu’il en soit, un grand merci pour vos conseils !

Ce décalage que vous relevez Ours, entre la catégorie et le réalisme cru de l’histoire, on le retrouve dans nombre de mes inspirations. J’adore naviguer entre le réel et le fantastique, quand les deux se juxtaposent au point de brouiller les frontières. Je crois que c’est ma marque de fabrique. Vous avez bien ressenti ce que je tente de faire dans l’écriture, que ça vous ait plu me comble d’aise. Merci à vous.

Fichtre, une sacrée analyse Shepard ! Pour les considérations stylistiques, je vous renvoie en partie vers ma réponse à Jean-Claude. J’entends bien vos remarques sur les redondances, les excès d’adjectifs, les descriptions qui vous semblent maladroites, certaines sont entièrement justifiées et je vais en effet retravailler ces passages. Mais d’autres s’attaquent à la nature profonde de ma manière d’écrire, à la poésie que j’essaie d’instiller, à l’élan que je veux lui donner. Répondre en tous points à vos conseils, dont je ne nie pas la pertinence, loin de là, serait quelque part me renier. Je préfère conserver mes errances de style dans le fol espoir qu’elles me donnent une forme d’identité. Alors peut-être que je suis dans l’erreur, que jamais je ne progresserai si je refuse de me couler dans le moule de la belle écriture, mais tant pis ! Je ne cherche pas la gloire, on est tellement à rêver, j’ai juste besoin de cracher mes scories. Je ne sais plus qui a dit : « écrire est une urgence ».
Un petit peu déçu, en référence à un débat récent, que vous n’ayez pas trouvé l’histoire plus originale que ça. Mince alors, une trollette, chez les humains, qu’envoie tout valdinguer !

Merci pour votre appréciation Alfin, c’est un bonheur de recevoir sur Oniris des gens qui se fendent d’un vrai commentaire. Je voulais en effet progresser à petits pas, que le lecteur découvre au fur et à mesure l’exacte nature d’Hilda. Ceci allant de pair avec une montée en tension dramatique qui culmine à la fin. Il n’est jamais facile de tenir en haleine un lecteur sur la longueur, pour ne pas qu’il décroche où s’ennuie. Si j’en crois votre avis positif, je n’ai pas raté mon but et je vous en remercie.

Contribution du : 03/12/2019 19:11
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : De l'impossibilité de vivre entre humains et trolls
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Primé concours
Comité Editorial
Correcteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 25080
Hors Ligne
Bonsoir Malitorne,

Je ne suis pas d'accord sur le fait qu'Hilda chercherait d'elle-même d'autres enfants "différents" et en trouverait, ne serait-ce que par la couleur de peau.
Un enfant qui subit cet ostracisme n'a probablement pas conscience de la différence supposée d'autres jeunes de son entourage.

c'est cela que je voulais dire et qui fait que je trouvaisne que ça cadrait pas très bien.
Mais, comme tu le dis, c'est sans importance...

merci de ton retour sur ta nouvelle.

Contribution du : 03/12/2019 20:18
_________________
Personne n'est Étranger sur Terre.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : De l'impossibilité de vivre entre humains et trolls
Maître Onirien
Inscrit:
25/06/2009 19:48
De Les Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Primé concours
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 11267
Hors Ligne
@ Malitorne

Bonsoir,

J'avoue, j'ai filé droit à la recherche de la traduction de cette citation pour la bonne et simple raison que la mythologie nordique a toujours éveillé mon intérêt.

Il y a bien longtemps que j'ai lu "L'Edda: Récits de mythologie nordique de Snorri Sturluson" et l'admirable thriller de micdec "Une âme si blanche".

Votre nouvelle m'a replongée dans cette ambiance et ce fut un plaisir.


Contribution du : 03/12/2019 20:27
_________________
Auteur du roman de space-fantasy Les Elémentales "le maître-nécromant" paru aux Editions Nestiveqnen
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : De l'impossibilité de vivre entre humains et trolls
Organiris
Inscrit:
07/04/2014 15:25
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Primé concours
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onirateurs
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Membres Oniris
Post(s): 3665
Hors Ligne
Salut Malitorne,

Cela prend du temps... beaucoup de temps, de parvenir à reconsidérer son écriture sur un nouvel angle et d'arriver à passer outre les habitudes. Mais je pense que c'est une bonne chose d'essayer des formes différentes. C'est comme la musique... Quand on joue toujours la même chose, on ne progresse plus. Et Oniris est un bon terrain d'expérimentation !

Personnellement, je m'ennuyais beaucoup avec ma propre écriture, alors j'ai tout jeté et je tente des trucs, c'est plutôt rafraîchissant cette nouveauté et je reprend du plaisir à écrire. Au final, je pense avoir appris des choses. Enfin voilà... Juste quelques pensées

Citation :
Un petit peu déçu, en référence à un débat récent, que vous n’ayez pas trouvé l’histoire plus originale que ça


Encore une fois, ce mot (original) est fort ! J'ai dit "surprenant"
Le schéma du fond ne m'a pas surpris, c'est une histoire que j'ai (malheureusement) trop souvent lu dans les journaux : frat party, aux US en général, qui tourne mal, avec viol collectif... Puis c'est aussi un classique des mythes urbains dont je suis très friand, donc... question de références

Le twist se trouve dans la trollette effectivement. Au départ, j'avais pensé à une métamorphe, ou alors un svinfylkingar qui s'ignore. Le résultat, c'est beaucoup de sang sur les murs dans tous les cas

Contribution du : 04/12/2019 15:13
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : De l'impossibilité de vivre entre humains et trolls
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
16/01/2019 11:42
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 1793
Hors Ligne
Je constate Perle-Hingaud que j'ai affaire à quelqu'un qui visiblement connait bien la Norvège (veinarde ! ). Moi je ne l'imagine qu'à travers internet et certainement j'ai commis des imprécisions géographiques. En fait j'affiche une carte et je choisis au pif le lieu de l'action, dans le cas présent il fallait que ce soit quand même bien au nord. Les bouleaux il doit y en avoir car on en trouve en Sibérie, et Snorri m'a été donné par google comme prénom féminin. Merci de votre passage sur une histoire qui vous a moyennement plu.
À quand une de vos nouvelles ? Ça fait une éternité que vous n'avez pas publié.

Svinfylkingar, qu'est-ce c'est ça Shepard ? Un personnage de jeu de rôle ? M'en vais faire des recherches...
Perso je ne cherche pas à changer d'écriture mais à l'améliorer constamment en gardant tout de même son essence. Hier j'ai été un peu catégorique, en fait j'écoute ce qu'on me dit mais je reste prudent sur les conseils. Fût une époque où, jeune padawan, je buvais comme calice la parole des maîtres.

Contribution du : 04/12/2019 18:46
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : De l'impossibilité de vivre entre humains et trolls
Organiris
Inscrit:
17/09/2009 15:41
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 26457
Hors Ligne
Hello Malitorne,

Justement, la carte montre qu'on ne peut pas aller plus au nord et qu'il n'y a pas de lac, donc, au nord. C'est toujours dommage d'utiliser un nom réel sans vérifier.
Pour la végétation: il suffit de taper le nom de la ville sur Google et de regarder les photos… et vous verrez très vite qu'on est dans un paysage de toundra. Du coup, à la lecture c'est comme si vous disiez: "A la sortie de Deauville, il se perdit dans la sombre forêt de sapins".


Pour Snorri: si google l'a dit, alors…


edit: je n'écris plus pour le moment, mais on ne sait jamais...

Contribution du : 04/12/2019 18:58
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : De l'impossibilité de vivre entre humains et trolls
Organiris
Inscrit:
07/04/2014 15:25
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Primé concours
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onirateurs
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Membres Oniris
Post(s): 3665
Hors Ligne
Svinfylkingar : Le guerrier-sanglier, au plus généralement appelé : Le berzerker. Capable de prouesses physiques bien au delà des autres guerriers. Il y a différentes versions, l'homme-loup aussi, par exemple, qui a donné plus tard le fameux loup-garrou. C'est un mythe nordique reprit dans les films, les livres, les jeux...

Contribution du : 04/12/2019 19:23
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : De l'impossibilité de vivre entre humains et trolls
Organiris
Inscrit:
17/09/2009 15:41
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 26457
Hors Ligne
… et dans les sagas rapportées par le fameux Snorri (et par d'autres auteurs, mais dont on n'a pas le nom)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Berserk

C'est le Hulk nordique, en fait !

Contribution du : 04/12/2019 19:38
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : De l'impossibilité de vivre entre humains et trolls
Expert Onirien
Inscrit:
13/07/2017 08:54
De Île de France - Hauts de Seine
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Post(s): 5184
Hors Ligne
Bonjour Malitorne.
L'intérêt des remarques est surtout d'offrir un autre point de vue à celui qui écrit pour lui permettre, par exemple, de lever des problèmes de compréhension des lecteurs, de réfléchir à certains points... Cela peut aboutir (ou pas) à une ou des modifications, pas forcément dans le sens du commentateur d'ailleurs. La solution à un problème soulevé peut parfois être dans une troisième voie. Plus drôle, il arrive même que le problème soulevé soit en fait le symptôme d'un autre problème.
J'ai expérimenté le "Pourquoi me dit-on ça ?" et je trouve ça très instructif.
Au plaisir.
JC

Contribution du : 12/12/2019 16:52
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : De l'impossibilité de vivre entre humains et trolls
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
16/01/2019 11:42
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 1793
Hors Ligne
Merci Tiramisu d'avoir répondu à mon invitation, votre avis m'intéressait beaucoup. Vous êtes donc à moitié convaincue par l'histoire, la trouvant pas assez dépaysante et peu originale dans la scène avec les garçons. Pour le dépaysement j'ai pourtant fait le maximum, bien que Perle-Hingaud signale des erreurs géographiques. Concernant l'agression, oui c'est du déjà-vu, mais je devais en passer par là pour qu'Hilda révèle sa véritable nature. Si j'avais choisi une Inuit, il n'y aurait pu avoir ce déferlement de sauvagerie. Je voulais aussi absolument évoquer ce type de vidéos en ligne dont les jeunes raffolent.

Je n'avais pas vu votre réponse Jean-Claude. Assurément le regard extérieur est capital pour progresser, mais en même temps il ne doit pas bouleverser nos particularités propres. Une juste mesure, prendre ce qui semble bon et rejeter ce qui ne correspond pas à notre identité.

Contribution du : 18/12/2019 10:31
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 »





Oniris Copyright © 2007-2020