Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Grands Joueurs
Expert Onirien
Inscrit:
02/07/2015 21:36
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 6793
Hors Ligne
Merci aux commentateurs de Petit Joueur

MissNeko, vous dites ce qu’un écrivain veut entendre, merci beaucoup. J’ai mis le mot espoir de façon négative car attendre que quelque chose change, c’est ne pas voir que tout est déjà parfait. L’imperfection n’est pas de ce monde, excepté si on croit qu’elle en est. L'erreur, c'est de croire que le monde n'est pas parfait, selon le poème. L’espérance, c’est le mécontentement chronique, l’attentisme ; elle est liée au puéril.

Merci widjet. Je pense dire des choses justes, c’est vrai, avec simplicité. « Eprouver les merveilles » est une expression qui mériterait une reformulation, tu as raison. J’ai voulu dire qu’en général, on nous dit d’aller voir les merveilles sur catalogue touristique et de confirmer ce que tout le monde dit alors qu’il est plus beau ou nécessaire de les découvrir soi-même, par un détour du chemin ou pour une bonne raison.

Merci Alcirion pour vos encouragements sur la forme.

Vendularge et Pouet êtes hors sujet : - )

Vous avez raison, Vincendix, je pars d’une généralité qui ne convient pas à l’universel. Certains arbres sont petits et certains hommes grands… que voulez-vous j’ai parlé du commun des mortels. Mais peut-être qu’en parlant du commun des mortels, j’ai oublié ce qui était grand en l’homme ? Eh bien, non, j’en parle, c’est le cœur du poème : - )

Marite, j’ai pensé au poème avant de penser à sa catégorie, choisie au dernier moment au moment de l’envoyer en espace lecture. Il est rythmé en alexandrins mais pas rimé. Je ne sais pas dans quelle catégorie j'aurais dû l'envoyer.

Robot, l’homme n’est mauvais que dans la première partie du poème, ensuite, je donne une solution : s’unir au cosmos et se laisser faire. Merci sur la fluidité, j’ai fait attention aux sonorités, empiriquement.

Leverbal, le salut au soleil est censé représenter une canopée enluminée d’énergie alors que la lumière ne baigne l’homme, à la fin du poème, que si celui-ci le veut bien, s’il quitte ce que j'appelle son vaudeville. Je ne comprends pas ta critique sur l’usage de l’expression « rester petit ».

Eccar, vous avez raison, je n’ai pas parlé des liens violents entre la nature et l’homme et notamment la tronçonneuse. J’ai limité mon propos à quelque chose de simple mais que je crois pas si facile à comprendre.

Wall-E, pourquoi dites-vous que le sujet est mille fois éculé ?

Merci archibald pour ton commentaire d’ensemble.

lucilius, merci d’avoir remarqué que le poème était compréhensible et avait de l’authenticité.

Clody, vous avez raison, je pourrais travailler davantage et dire les choses avec plus de subtilités (j’espère ne pas déformer vos propos).

Yavanna, je suis heureux de lire que le message vibre en vous comme il a vibré en moi car c’est ma fibre psycho qui parle ici. Ce que j’écris a toujours pour perspective et but de bonifier les lecteurs — et même de sauver le monde... Ce que vous dites sur la sonorité du dernier vers qui gagnerait à plus de puissance est remarquable, je vais voir quoi faire pour l'améliorer, tout comme "éprouver les merveilles" relevé par widjet.

Contribution du : 28/03/2017 22:26
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Grands Joueurs
Maître Onirien
Inscrit:
09/03/2013 09:32
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Groupe de Lecture
Post(s): 19323
Hors Ligne
Bsr,

Hors sujet, non.

J'ai simplement supprimé mon commentaire, au vu de vos recommandations d'ailleurs.

Contribution du : 28/03/2017 22:34
_________________
Mes larmes sont bleues tant j'ai regardé le ciel...

Mohammad Al-Maghout
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Grands Joueurs
Expert Onirien
Inscrit:
02/07/2015 21:36
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 6793
Hors Ligne
OK

Contribution du : 28/03/2017 23:08
_________________
Le serpent était la créature la plus rusée que Dieu avait faite.
[...]
"Si vous mangez de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, non seulement vous ne mourrez pas mais encore vous serez comme des dieux."
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Grands Joueurs
Onirien Confirmé
Inscrit:
09/12/2016 15:41
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 895
Hors Ligne
On est censé comprendre que l'action du salut représente une partie de l'Arbre? Le pb c'est qu'il n'y a aucune autre métaphore dans ce genre dans le reste du texte...
Le poème s'intitule Petit joueur. L'expression "petit joueur" colore donc le texte, et le lecteur l'a à l'esprit quand il lit "reste petit". Il y a donc un forçage de "reste petit" dans le sens "joue petit", à cause du titre. Mais c'est un forçage, c'est ambigu.
Si tu as le temps de clarifier les autres points relevés dans mon commentaire, je suis preneur ;-)

Contribution du : 29/03/2017 12:33
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Grands Joueurs
Expert Onirien
Inscrit:
02/07/2015 21:36
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 6793
Hors Ligne
L'action du salut ?

Contribution du : 29/03/2017 21:12
_________________
Le serpent était la créature la plus rusée que Dieu avait faite.
[...]
"Si vous mangez de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, non seulement vous ne mourrez pas mais encore vous serez comme des dieux."
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Grands Joueurs
Expert Onirien
Inscrit:
02/07/2015 21:36
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 6793
Hors Ligne
Il y a une différence entre jouer et rester, seul l'adjectif est répété. En fait, je ne vois pas le forçage.

Contribution du : 29/03/2017 22:50
_________________
Le serpent était la créature la plus rusée que Dieu avait faite.
[...]
"Si vous mangez de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, non seulement vous ne mourrez pas mais encore vous serez comme des dieux."
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Grands Joueurs
Onirien Confirmé
Inscrit:
09/12/2016 15:41
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 895
Hors Ligne
"Qu'il salue de sa force" = action, l'action du salut.
Tu ne vois pas le forçage? Tu ne vois pas le titre du poème?
Arsinor égal à lui-même. Quelque part ça me rassure...

Contribution du : 30/03/2017 09:18
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020