Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 »


L'éclat des rails : remerciements et précisions
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
17/07/2012 20:09
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 2565
Hors Ligne
Merci à tous les commentateurs du texte ! Je vais essayer de répondre aux critiques de certains.
Ceux qui pensent que l'idée du suicide ne peut qu'être étrangère à un enfant ont sans doute eu la grande chance d'être élevés dans une famille harmonieuse et unie. Ce n'a pas été mon cas, et je peux témoigner que les conflits parentaux peuvent entretenir chez un enfant sensible un état d'angoisse qui l'amène à souhaiter la mort. Je n'avais pas dix ans quand j'ai caressé, comme le jeune héros, le fantasme du suicide, pas pour attirer l'attention de mes parents, mais parce que voyais là une porte de sortie dont l'existence, la possibilité me soulageait énormément. C'est exactement ce que dit Cioran : la vie devient supportable quand on sait qu'on a la possibilité du suicide.
En ce qui concerne l'écriture, que d'autres ont trouvée fatigante à lire, eh bien, c'est un choix de ma part. La densité du style, à mon avis, est caractéristique du genre "nouvelle", et, lorsque le sujet se prête à une certaine poésie, je ne vois pas pourquoi se priver de métaphores. J'exige peut-être du lecteur un peu plus que d'autres, mais "Le porteur de braises" et "Requiem pour une licorne" présentent les mêmes caractéristiques, qui n'ont apparemment gêné personne.
Restent les réserves des esprits cartésiens; je dois bien reconnaître que le texte met le cartésianisme à rude épreuve. Là aussi, c'est un choix, celui d'un type de fantastique très particulier. Tout se passe comme s'il y avait deux plans de réalité parallèles : celui du réel proprement dit, où l'enfant est endormi dans sa couchette, et celui du rêve, où il rejoint la forêt. A un moment donné, les deux plans se télescopent : dans son rêve, l'enfant a appuyé sa tête contre un rail, et, dans la réalité, voilà que sans qu'on sache comment, on retrouve son corps sur la voie. Il n'y a aucune explication rationnelle (somnambulisme par exemple), simplement une rencontre brutale de l'imaginaire et du réel. Je comprends parfaitement que certains lecteurs refusent de "marcher". Mais s'ils rentrent dans le jeu, l'effet produit crée un tremblement vertigineux des apparences, qui est le propre de cette forme de fantastique. Je précise que je n'ai rien inventé à cet égard : Jehanne Jean-Charles et Julio Cortázar ont écrit beaucoup de nouvelles qui reposent sur ce principe. Je ne veux pas me comparer, bien sûr, à un grand maître comme Cortázar, juste m'abriter derrière son autorité !

Contribution du : 31/07 21:37:05
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : L'éclat des rails : remerciements et précisions
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
01/07 06:43:31
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 1560
Hors Ligne
Bonjour,
Vous dites que les lecteurs qui n'ont pas saisi votre intention de faire fusionner la réalité et le rêve sont des esprits cartésiens.
Ne pensez vous pas qu'il soit possible que ce soit vous qui n'ayez pas réussi de par votre écriture à les convaincre ?
Parce-que si je suis votre raisonnement, les esprit cartésiens n'ont rien à faire dans la rubrique fantastique finalement.
D'autant qu'il me semble que ça a été compris.
Ce qui les a gênés c'est la manière dont vous avez tenté d'ouvrir cette porte.
Simplement parce-que c'est tellement évident pour vous que le problème vient de l'autre.
Il me semble que vous semblez bien sûre de vous .
Je vous souhaite sincèrement de ne pas vous tromper.

Contribution du : 01/08 10:45:39
_________________
La poésie met du beau dans le laid et du merveilleux dans le simplement beau.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : L'éclat des rails : remerciements et précisions
Expert Onirien
Inscrit:
04/06/2017 12:15
De Hautes-Pyrénées
Groupe :
Évaluateurs
Onimodérateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 3627
Hors Ligne
Bonjour Sylvaine,

je reste convaincue que le suicide chez les enfants est extrèmement rare même si je nuance un peu mon avis donné en commentaire: il est possible. Par contre la raison de mon rejet de cette possibilité ne tient pas du tout, mais alors là pas du tout, au fait que j'aurais été élevée dans un environnement harmonieux, cela me semble quelque peu réducteur. Il m'aurait été impossible de le concevoir enfant j'avais simplement beaucoup trop peur de la mort.

Contribution du : 01/08 11:07:32
_________________
« Et dans la Ville Natale où tous sont tiens, je me sentis perdu. »
Raymond QUENEAU Saint Glinglin
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : L'éclat des rails : remerciements et précisions
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
17/07/2012 20:09
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 2565
Hors Ligne
Vanessa, je ne suis pas si sûre de moi que vous semblez le croire. J'ai juste voulu préciser mes intentions, cela n'exclut pas un échec éventuel. Par ailleurs je ne pense pas du tout que les esprits "cartésiens" n'aient pas accès au fantastique. Le fantastique peut revêtir des aspects très différents.

Squeen, excusez -moi si je vous ai paru réductrice. Je voulais juste préciser que, dans certaines situations, l'idée du suicide peut soulager l'angoisse, même chez un enfant.

Contribution du : 01/08 11:34:47
_________________
littérature, cinéma, nature, animaux
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : L'éclat des rails : remerciements et précisions
Expert Onirien
Inscrit:
27/04/2016 18:43
De Rhône
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 8671
Hors Ligne
Bonjour Sylvaine,

j'écris en général au ras du réel mais j'ai bien aimé me glisser dans vos récits fantastiques.
Dans ce récit là, vous mélangez les deux genres et le glissement à la fin, s'il m'a questionnée, ne m'a cependant pas gâché le texte.
Vous parlez de la rencontre de l'imaginaire et du réel qui peut créer un tremblement vertigineux. ce que l'écriture permet en effet, son champ étant tellement plus large que le réel.
je vais allez voir du côté des nouvelles de Cortazar!

Plumette

Contribution du : 01/08 11:55:39
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : L'éclat des rails : remerciements et précisions
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
17/07/2012 20:09
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 2565
Hors Ligne
Pour Plumette : Cortázar, d'après moi, est le plus grand nouvelliste fantastique du vingtième siècle, encore supérieur à Borges. Allez voir "Tous les feux le feu" ou "Les armes secrètes, ou encore "Gîtes". J'espère que vous ne serez pas déçue !

Contribution du : 01/08 13:56:36
_________________
littérature, cinéma, nature, animaux
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : L'éclat des rails : remerciements et précisions
Organiris
Inscrit:
07/02/2011 18:15
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Membres Oniris
Primé concours
Comité Editorial
Post(s): 8782
Hors Ligne
Bonjour Sylvaine,

Merci pour vos explications. Je fais partie de ceux qui ne sont pas forcément entrés dans la partie fantastique même si j'ai aimé l'univers onirique et votre style. C'est sur ce point que porte justement ma question : vous semblez faire une différence dans le style utilisé pour une nouvelle ou un roman, la première vous semblant plus propice à un style dense.

Qu'entendez vous exactement par là ? Certains novellistes, je pense par exemple à Carver, utilisent un style particulièrement sobre. Mais je n'ai peut être pas compris ce que vous vouliez dire.

Contribution du : 01/08 14:21:36
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : L'éclat des rails : remerciements et précisions
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
17/07/2012 20:09
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 2565
Hors Ligne
Si vous ne voulez pas acheter tout de suite un recueil, vous prouvez trouver en accès libre sur Internet deux de ses meilleures nouvelles, "Continuité des parcs" et "Axolotl"
"

Contribution du : 01/08 14:25:57
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : L'éclat des rails : remerciements et précisions
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
17/07/2012 20:09
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 2565
Hors Ligne
Bonjour, Toc-Art

Je pense simplement que la densité de l'écriture est plus facile à accepter dans un texte bref, ou elle paraîtra moins "fatigante " au lecteur. Mais il n'y a pas de règle générale : certains romanciers, comme Julien Gracq (ou Flaubert, d'ailleurs) ont un style dense et exigeant, que personnellement je trouve magnifique. Ce sont eux, d'ailleurs, qui ont mes préférences. Quant à la sobriété, elle convient évidemment très bien à la nouvelle. Mais je crois aussi qu'on peut être à la fois dense et sobre, en jouant sur l'elliptique, sur le non-dit.

Contribution du : 01/08 14:38:27
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : L'éclat des rails : remerciements et précisions
Maître Onirien
Inscrit:
09/03/2013 09:32
De Rhône-Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 12041
Hors Ligne
Citation :

SQUEEN a écrit :
Bonjour Sylvaine,

je reste convaincue que le suicide chez les enfants est extrèmement rare même si je nuance un peu mon avis donné en commentaire: il est possible. Par contre la raison de mon rejet de cette possibilité ne tient pas du tout, mais alors là pas du tout, au fait que j'aurais été élevée dans un environnement harmonieux, cela me semble quelque peu réducteur. Il m'aurait été impossible de le concevoir enfant j'avais simplement beaucoup trop peur de la mort.


Extrêmement rare, oui et non, cela dépend de ce qu'on entend par rare.

En 2009, selon l'INSERM, 37 enfants de 5 à 14 ans se sont suicidés. Des chiffres qui semblent être en-dessous de la réalité. Alors après si on ne parle que de mal être et "d'idées suicidaires" ou autre "jeux à risques" type "jeu du foulard", je pense qu'on peut monter assez haut.

Un bien triste constat mais hélas bien réel.

Suicides enfants

Contribution du : 02/08 11:13:43
_________________
Mes larmes sont bleues tant j'ai regardé le ciel...

Mohammad Al-Maghout
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 »





Oniris Copyright © 2007-2018