Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Le mal des mots, discussions et mercis
Maître Onirien
Inscrit:
22/07/2012 22:59
De Cévennes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Correcteurs
Post(s): 37209
Hors Ligne
Tous mes remerciements vont à tous ceux qui ont travaillé dans l'ombre pour la sélection de mon poème au catalogue Oniris, ainsi qu'au commentateurs qui ont bien voulu laisser trace de leur lecture.

J'ai écrit ce texte à la fin d'une sale période où les mots ne venaient plus, ni par écrit, ni oralement ; il me semblait qu'ils étaient tous restés loin derrière mes pensées, et leur formulation ne se faisait plus, je ne parvenait plus à rien exprimer de spontané, ni à écrire. La première strophe évoque cette difficulté à écrire, à "attrapper" la poésie quand elle passe. Les deux autres parlent de l'envie d'exprimer des sentiments et de l'impossibilité à le faire.
Le tout semble un appel à l'aide, pour dépasser les peurs liées à l'expression.

@jamesbebeart : vos appréciations positives ont de quoi me faire rougir, merci. Et vous avez raison de dénoncer le "Rote la colère" qui sonne si vilain... je peux effectivement trouver moins laid.

@Francis : je suis bien aise que vous ayez saisi le sens de mon poème puisqu'il s'agit bien d'une quête. Un grand merci pour vos jolies appréciations positives qui sonnent comme des encouragements.

patro : vos notes, venues de votre "cœur de lecteur"... me vont droit au cœur ! Merci aussi de m'indiquer que "hauts tripots" et "rote la colère" vous ont fait tiquer. Par "hauts tripots" j'imaginais les muses se rencontrer dans les nues pour de longues soirées de jeux... littéraires.

papipoete : "...et toi, tu ne dis rien ?" : bah non, précisément je n'y parvenais plus ! "espérez-vous donc qu'une voix parle à votre place ?" c'est vrai, je n'avais pas vu la chose ainsi dans mon poème, que j'en appelle à autrui pour me fournir des mots que je n'avais plus. Votre commentaire invite à retrouver sa propre voix. Merci pour vos compliments sur la ponctuation.

Robot : quel soulagement de lire que votre interprétation est raccord avec mon intention initiale, et que le poème vous a ainsi touché si profondément ! Immenses mercis.

Ascar : merci d'avoir tant lu ce poème. Je n'avais pas envisagé votre interprétation mais la poésie parle toujours au-delà des intentions qu'on a voulu y mettre... elle rejoint un peu celle de papipoete, si j'ai bien compris, dans le "réfléchissement des personnes". J'espère que vous trouverez éclaircissements dans mes explications et... que vous m'expliquerez aussi ce que vous entendez par "brume flottante" ?

Pimpette : arggh vous me voyez désolée que mon texte ait suscité peu d'émotions... mais ravie que vous ayez pris la peine de me fournir votre ressenti et ce que vous avez pu "flairer". Je ne le pensais pas si hermétique, mais peut-être que, comme je l'évoque avec Pussicat, cette forme contraignante que j'ai choisie (et vers laquelle je ne vais pas spontanément) y est pour quelque chose ? En tous cas, votre commentaire m'apprend qu'il vaut peut-être mieux m'en tenir à ce que je sais faire, plutôt que d'explorer des expressions plus "classiques". Merci à vous.

Pussicat : eh bien merci d'avoir fait cet effort de m'offrir vos mots pour améliorer ce texte. Je reconnais que le vous-vous-vous dans le vers que vous relevez est lourd, j'ai longuement hésité moi-même. Quant aux mots qu'il faut "prendre de force", j'avoue que, jusqu'à présent ils arrivaient chez moi
sans que j'aie besoin de "les arracher" : ici, au contraire, je me suis attelée pour en accoucher, sous une forme qui me contraint énormément (j'ai plutôt l'habitude d'écrire en libre)... peut-être, de là votre manque de sensations à la lecture ? la discussion serait intéressante, sur ce thème.

Contribution du : 13/12/2014 21:36
_________________
L'homme est conduit par l'aveugle qui est en lui- J.Claude Izzo
Poésie et carnets artistiques : https://papiers-relies.assoconnect.com/
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Le mal des mots, discussions et mercis
Maître Onirien
Inscrit:
22/07/2012 22:59
De Cévennes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Correcteurs
Post(s): 37209
Hors Ligne
Curwwod : oui, certainement que toutes ces virgules et mises en incises entre tirets nuisent à la fluidité de l'ensemble... à retravailler ce texte, je pourrais le faire en m'appuyant sur cette observation qui m'apparaît très juste. Merci d'avoir écrit.

Contribution du : 14/12/2014 10:16
_________________
L'homme est conduit par l'aveugle qui est en lui- J.Claude Izzo
Poésie et carnets artistiques : https://papiers-relies.assoconnect.com/
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Le mal des mots, discussions et mercis
Maître Onirien
Inscrit:
29/01/2013 15:18
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 40493
Hors Ligne
non, Missnode,je me suis mal exprimé! Je suis votre voix qui ne "parle plus", et m'adressant à l'autre, je veux lui crier

et toi, tu ne dis rien?

Contribution du : 14/12/2014 12:00
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Le mal des mots, discussions et mercis
Maître Onirien
Inscrit:
22/07/2012 22:59
De Cévennes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Correcteurs
Post(s): 37209
Hors Ligne
papipoete : ah oui... je comprends mieux à présent, merci de cette précision. C'est vrai que, si dans un couple, les deux sont mutiques, on est mal barrés merci d'être accouru à la rescousse !

Costic : ..."de la diversité des êtres humains et de leur ressenti après lecture"...ce qui déplaît aux uns (rote la colère) en séduit d'autres, et ce qui laisse les uns sans émotions touche les autres profondément. Mystère de l'écriture. Je note tout de même que ceux qui sont touchés - et tu en fais partie, et cela me ravit - sont ceux qui ont eu l'interprétation la plus proche de "l'appel" que j'ai souhaité de tout mon coeur faire sentir. La tienne rejoint décidément très fort la mienne. Merci de ton commentaire.

Myndie : je suis sincèrement ravie que vous vous y retrouviez dans ce poème, et ayez pu reconnaître d'aussi près les émotions qui l'ont suscité. Grâce à votre observation sur la ponctuation, je comprends pourquoi je l'ai tant rythmée, ce que vous dites est très juste, c'est ce qui se passe avant d'écrire, ou d'affirmer quelque chose haut et fort ("les pensées qui vont et viennent").
Enfin, merci d'avoir cité une des images, ce qui me permet d'illustrer certains des commentaires qui les évoque. Dommage pour ces deux derniers vers... j'aurais préféré qu'ils vous emportent aussi.

Contribution du : 14/12/2014 18:30
_________________
L'homme est conduit par l'aveugle qui est en lui- J.Claude Izzo
Poésie et carnets artistiques : https://papiers-relies.assoconnect.com/
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Le mal des mots, discussions et mercis
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
27/09/2014 00:27
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 2785
Hors Ligne
Bonsoir et merci pour l'invitation.
Je n'ai pas fait d'effort et je n'ai pas à améliorer votre texte. Il est tel que vous l'avez écrit et cela est bien ainsi. J'ai modestement posté un avis. Il m'arrive de passer de sales moments, aussi, de traverser des routes insécures, et de ne pas écrire un seul mot, des semaines, des mois, et je me dis : je me noie. C'est comme une crise panique, c'est ça, une panique ; quand c'est qu'elle va revenir, la vague ? pourquoi rien ne sort de ma caboche ?
Mais c'est juste une histoire de forme MissNode, vous avez vos mots, j'ai les miens, nous nous entendons, enfin je le crois...
C'est juste une histoire de forme, et c'est peut-être ce qui m'a troublée, la forme.
Depuis le temps que je cherche ce fil (je suis une 'tite nouvelle ;) ...

Contribution du : 20/12/2014 00:04
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Le mal des mots, discussions et mercis
Maître Onirien
Inscrit:
22/07/2012 22:59
De Cévennes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Correcteurs
Post(s): 37209
Hors Ligne
Bonjour Pussicat,
Ah je suis contente que vous veniez en discussion sur ce fil - merci de votre persévérance : vous saurez à présent où le trouver, naviguer parmi toutes les solutions du site n'est pas toujours évident...

Voilà, oui, où nous nous entendons effectivement : il y a ces "crises de panique" où c'est le vide de mots... pas seulement en écriture, d'ailleurs (et c'est ce que le poème tente de rendre) : en amour, en amitié, tout-à-coup les mots se ferment et se recroquevillent trop en profondeur pour sortir.

En écriture - c'est toujours passionnant d'échanger sur les "processus d'écriture" pour moi - c'est bien vrai pourtant qu'il faut les "arracher" souvent : les premiers mots arrivent, je me dis "tiens, je vais les écrire et en faire un poème"... puis, passé les premiers vers qui peuvent couler tous seuls, il me faut triturer les mots, et là je suis d'accord avec vous.

Et chez vous, ça se passe comment, l'écriture ? Vous êtes nouvelle mais votre "Météores" a remporté trois plumes (j'ai loupé sa publication car suis plus souvent concentrée sur la correction que sur les commentaires de textes) et j'ai hâte de lire votre prochain texte ! Je vous encourage à poster (pour le concours, peut-être ?)...

Contribution du : 20/12/2014 08:43
_________________
L'homme est conduit par l'aveugle qui est en lui- J.Claude Izzo
Poésie et carnets artistiques : https://papiers-relies.assoconnect.com/
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Le mal des mots, discussions et mercis
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
27/09/2014 00:27
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 2785
Hors Ligne
Bonjour MissNode,
Je viens de proposer un texte au comité de lecture de Oniris, cette semaine il me semble, le temps passe si vite... et bien différent dans sa facture (plus classique je dirai) de "Météores". Je ne veux pas qu'on m'enferme dans cette poésie onirique ; j'écris des chansons, des petits poèmes courts et rimés, je m'essaie depuis des années à la prose mais sans succès. Toutes mes tentatives se sont avérées être des échecs, je n'arrive pas à développer un sujet, un thème, je ne tiens pas la route et puis c'est généralement dénué d'intérêt, dans la lecture je veux dire, c'est fade, comme un plat sans saveurs.

"Météores", oui, je suis encore étonnée de l'accueil qu'il a reçu parce qu'à vous dire vrai, je ne pensais pas passer la porte d'entrée de Oniris avec ça ! je me suis dit : ça, c'est un texte casse-gueule Pascale (c'est mon nom), tu vas droit dans le mur avec ; maintenant il fallait un texte nouveau et j'étais coincée, je n'avais que celui-ci.

Je ne suis pas du genre à me mettre devant la page blanche ou l'écran chaque jour à écrire hop hop comme ça ! déjà parce que j'ai un travail qui me prend pas mal de temps, que j'ai une famille et que mon temps libre doit tenir sur un ticket de métro - que je consacre à l'écriture, entre autre. Ce que je fais, c'est que je travaille et retravaille des bouts, des formes, que je tiens au chaud ; des fois cela vient, des fois je cale et je reste prostrée.

"Météores" est né comme cela, de plusieurs formes, de bouts, d'élans, de fulgurances que j'avais noté et d'une phrase qui m'est venue dans les transports (je prends le train, le bus chaque jour) :
"J'écris parce que je ne sais pas quoi faire d'autre pour me sauver des peurs qui m'anéantissent", ce fut le déclic.
Certains passages sont sortis comme ça, je ne sais d'où, et je ne veux pas me poser la question, et un projet a commencé à se dessiner... après, tout est question de travail, encore et encore, trois ou quatre mois pour celui-ci, à peu près.
Mais je peux tout aussi bien écrire un texte en une heure et ne plus y toucher, motivée par une rage, un chagrin immense.

D'autres textes sont plus violents dans l'expression et le choix des mots, je ne sais pas si je publierai ce genre de poésies sur Oniris, je veux dire, je ne sais pas si elles seraient acceptées.
Chacun a plusieurs facettes. "Météores" en est une.

Voici un lien qui vous conduira vers une chanson dont j'ai écrit le texte, il demande à être retravailler, je reconnais des erreurs, mais c'est pour vous dévoiler une autre partie de mon travail (si je puis dire... restons modeste ;) Je ne sais pas comment le rendre actif, désolée.

https://lauramverlaine.bandcamp.com/track/l-quarrisseuse

Bonne journée,

Contribution du : 20/12/2014 13:20
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Le mal des mots, discussions et mercis
Maître Onirien
Inscrit:
22/07/2012 22:59
De Cévennes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Correcteurs
Post(s): 37209
Hors Ligne
mélancolique : Nous nous retrouvons souvent... cette fois c'est toi qui es touchée par mes mots, souvent c'est l'inverse. Je n'oublie pas ton ouvrage et y viendrai le temps venu c'est sûr.
Merci de me citer ce passage. Il me renvoie mes propres images, trop souvent lues et relues, et dans ton regard elles prennent un nouvel éclairage.

Pussicat : J'espère que votre texte passera la sélection, pour découvrir d'autres facettes de votre écriture (parfois il faut attendre un mois, patience), que je suis allée explorer du côté de votre "Equarisseuse". (Ce mot "arracher" a votre prédilection mais il va bien). Il est très différent en effet de "Météores" mais vous avez une écriture au style marqué par le ryhtme et la force des images insolites.
C'est amusant, votre façon de d'écrire par petits "bouts" et "fulgurances" : je dis souvent, parlant de la mienne écriture, que je fais du patchwork ; parce que précisément, je collecte plusieurs passages pour les tresser ensemble.
Je vous encourage à tout tenter sur Oniris !
belles fêtes à vous.

Contribution du : 21/12/2014 21:31
_________________
L'homme est conduit par l'aveugle qui est en lui- J.Claude Izzo
Poésie et carnets artistiques : https://papiers-relies.assoconnect.com/
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2020