Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 »


Libre arbitre, merci !
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Comité Editorial
Évaluateurs
Auteurs
Correcteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 32779
Hors Ligne
Merci à tous de vous être penché sur Libre arbitre.

Pour certains commentateurs qui verraient plus cette nouvelle en science-fiction, je n'en suis pas sûre ; le problème de cette catégorie est qu'elle est pas mal verrouillée par des codes, qui en tant que tels, pour l'écriture, ne m'intéressent pas.
Le seul avantage pour moi de l'anticipation est de projeter, ou d'essayer en tout cas, ce que pourrait devenir l'humain en prenant pour base ce que nous avons aujourd'hui. L'aspect technologique me passe au-dessus, pour tout dire. Par exemple, qu'aille sur la Lune : ok, faut du matos:) mais lequel ? Je n'en ai pas la moindre idée et les prouesses technologiques ne font pas mon admiration, en ce sens qu'elles suivent un processus engagé depuis que l'homme est homme. Donc, on rajoute des pierres sur l 'édifice, aussi naturellement que l'esprit humain se sert de son expérience. Je ne dis pas qu'il n'y a pas de génie dans tout ça, loin de moi cette pensée ! Mais ce n'est pas cet aspect qui m'intéresse.
Ce qui m'intéresse, c'est l'homme. Des décisions sociétales sont prises… comment dirais-je... ? sont prises par qu'elles sont possibles, technologiquement. Mais sont-elles pour autant fondée ?
L'autre aspect dans l'évolution technologique est certainement aussi qu'elle sert froidement, qu'elle est une possibilité. L'homme prend tout. Les bons objectifs et les moins bons. Bien que ce ne soit pas aussi clair que ça, des avancées médicales, par exemple, donnent à connaître mieux des maladies génétiques qu'on peut alors envisager de réussir à soigner. Mais ces recherches mêmes aboutissent, par contre-coup, à plus discutable éthiquement. Plus discutable bien sûr de notre point de vue.
Car, et seulement cela m'intéresse dans « l'anticipation », que devient l'humanité qui est en nous, dans tous les sens du terme ?
Personnellement, rien de plus, rien de moins. C'est vraiment ce que je pense. L'homme ne change pas d'un poil, fondamentalement.
A tous les âges, il y a eu des Joss. Et aussi des Instructeur N°1.
Seul notre libre arbitre nous libère, même si ce n'est que partiellement, de l'engloutissement dans une société qui ne peut nous plaire sous tous ces aspects.

La paternité : Certains ont aimé cette fin, d'autres non. Disons que je ne fais que poser la question. Gardera-t-on cette notion de « parents » dans un monde où nous n'en aurions plus besoin ?

Et c'est pour toutes ces raisons que ce texte est en réflexion/dissertation.

Plumette, podultor, Corto, cherbiacuespe, Dugenou, maria, GillesP, ours, oiseau-lyre, merci double à vous qui avez laissé une trace.
(avec un adoubé de plus au « passionnément » ! :))))


Contribution du : 09/01/2020 12:02
_________________
Personne n'est Étranger sur Terre.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Libre arbitre, merci !
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Comité Editorial
Évaluateurs
Auteurs
Correcteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 32779
Hors Ligne
Ravie d'inaugurer ce fil avec toi, Cat !

Où vais-je chercher tout ça ? Mais, Cat, sur le bord de ma route. Il y en a des trucs à ramasser à la pelle pour remplir mes feuilles...

(apprécie ce jeu de vers, steupl...)

Bon, revenons à Joss. Et Foya peut-être, va savoir...

J'ai hésité à leur donner une chair réelle, mais finalement, j'ai opté pour les laisser voguer là où les "boîtés" n'auront pas accès, par goût d'aventure, j'aime bien quand on part sans savoir où l'on va, on arrive toujours quelque part !

Et oui, dans cette course à l'échalotte, qu'est-ce qui reste sur le chamboule-tout ?
Nous-mêmes ne le savons pas. Et c'est bien ainsi, on peut rêver et espérer que ce en quoi on croit vaut la peine.

Car le monde est une grosse machine. Il faut être tout petit pour passer dans les engrenages, s'extraire, de quelque forme que ce soit.

Un gros merci, Cat !


Contribution du : 09/01/2020 13:12
_________________
Personne n'est Étranger sur Terre.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Libre arbitre, merci !
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Comité Editorial
Évaluateurs
Auteurs
Correcteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 32779
Hors Ligne
@Davide,

Oui, bien sûr, c'est glaçant.
L'idée de la boîte, c'est tout à fait ce que tu dis. Elle comme est promise comme une liberté, mais elle est une machine à asservir.

@Vincente,
le point que tu soulèves est intéressant/important.
Une nouvelle n'est pas, ou ne devrait as, être une petite histoire courte.
Elle doit avoir une densité propre car son format ne prête pas à développement.
Il faut, je crois, faire confiance au lecteur. Ce n'est pas tellement un problème si un lecteur ne veut pas aller au bout de ce qu'il peut tirer de l'histoire, chacun peut en faire ce qu'il veut.
Mais c'est très encourageant pour moi que certains fassent le pas. je trouve même que pour cette nouvelle précisément, les coms me montrent qu'ils ont bien marché.
Il y a beaucoup d'aspect, oui, qui pourraient être développés. Mais je préfère laisser la liberté au lecteur. Il me semble que l'essentiel est là.

@Stéphanie,
Oui, je vois pour Joss, et pour Foya, une mort principalement sociétale. Ils sauront créer autre chose, veux-je croire.
Tu dis que la nouvelle est fantastique. Oui, peut-être, mais pourtant ne faut-il pas toujours utiliser son libre arbitre pour suivre sa voie, sans forcément coller à ce qui ne nous convient pas ? Il y a une infinité de degrés, il ne s'agit pas toujours d'être extrême dans ses choix, mais d'être conscient de ce que nous choisissons, en fait.

Un grnad merci à vous trois pour votre lecture et commentaire !


Contribution du : 09/01/2020 21:04
_________________
Personne n'est Étranger sur Terre.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Libre arbitre, merci !
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
05/06/2019 13:07
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 1227
Hors Ligne
Quand je pense au libre arbitre, je ne peux m'empêcher de penser à Spinoza et son éthique, dans lequel il décrit que celui-ci n'existe pas. Dans toute société je pense qu'il existe des formes multiples de déterminismes qui extrapolés à la condition humaine sur un plan philosophique pourrait nous faire douter que le libre arbitre existe vraiment. C'est d'ailleurs en ce sens que j'ai lu le commentaire de Davide. Est-ce que Joss fait vraiment un choix ? Est-ce que. L'instructeur en fait un lorsqu'il incite Joss à entrer dans une boîte conforme ? En cela ta nouvelle est intéressante car elle engage le lecteur sur cette réflexion sans vraiment trancher pour lui. Libre arbitre ou déterminisme ?

Concernant ton premier Post à propos de la SF, s'il existe effectivement un genre de SF centrée sur la technologie, je pense comme toi que l'on peut s'affranchir des détails techniques tant que cela reste plausible. Certains auteurs ne s'encombrent pas du développement scientifique qui ne sert d'ailleurs pas forcément le propos. Ça n'en est pas moins de la science fiction, l'intérêt n'étant pas dans le procédé technique mais dans tout ce qui découle de son application. Donc pour moi ta nouvelle est une très bonne nouvelle d'anticipation.

Contribution du : 09/01/2020 22:04
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Libre arbitre, merci !
Visiteur 
Également, je crois que Science-Fiction rime avec Réflexion, pas nécessairement avec "détails techniques". On s'en fout de savoir comment lancer une fusée quand les ingénieurs qui le font eux-mêmes confessent faire attention aux valeurs mathématiques qu'on leur inculque à l'école en priant pour que ça ne leur explose pas à la figure plutot que refaire tous les calculs à chaque fois.

L'objectif de réflexion est ici correctement rempli, c'est ce qui compte. Par ailleurs, le monde actuel qui dérive vers ce que tu décris, hersen, est un thème cher, et tout sauf nouveau, à la littérature d'anticipation traditionnelle... "Libre arbitre" appartient bien à ce genre, pas question de complexer là dessus.

BRAVO.

Contribution du : 09/01/2020 22:39
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Libre arbitre, merci !
Visiteur 
Bien sûr, je parle d'un temps où les ordinateurs et autres calculettes n"existaient pas... uniquement les règles à cacul ! La conquète spatiale s'est faite là dessus...

Contribution du : 09/01/2020 22:59
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Libre arbitre, merci !
Onirien Confirmé
Inscrit:
20/10/2013 00:51
De Est de la France
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 822
Hors Ligne
Bonjour Hersen.

Alliage de concision et de simplicité, votre rédaction limpide s’offre à une lecture rendue très confortable.
C’est une qualité rédactionnelle que je retrouve dans tous vos textes ; une indéniable « patte » Hersen.
En cela je me joins aux éloges de l’ensemble des commentateurs.

… … … …

Excellente composition, donc, qui me laisse cependant avec une frustration semblable à celle qu’aurait un affamé à la porte d’un bon restaurant, réduit à devoir se contenter des arômes qui s’échappent de la cuisine.

Avant de poursuivre, je vais surligner ce que je pense être le verrou de cette porte.
Citation :
hersen a écrit :
…/… que devient l'humanité qui est en nous, dans tous les sens du terme ?
Personnellement, rien de plus, rien de moins. C'est vraiment ce que je pense. L'homme ne change pas d'un poil, fondamentalement.


Retour sur le texte :
« Au bout d'un temps qui lui parut long, il avança un pied, puis l'autre. Il disparut de son monde dans l'instant. »
… et là le texte aurait pu se poursuivre par :
« Comme Joss et Foya se sont vautrés dans leur ligne de plus grande pente, il n’y a donc rien de plus à comprendre, alors veuillez suivre le guide vers la sortie l’auteur vers sa conclusion. »

Ben non !
J’m’essscuse mais j’trouve qu’c’est vachement facile de laisser au lecteur le soin de s’imaginer une suite à sa mesure !

Par exemple et a minima ; j’aurais aimé savoir s’ils ont tourné le dos au confinement « sécurisé » d’un étouffant hédonisme solitaire, ou fait le choix du souffle vivifiant d’une aventure … à deux !

… … … …

Je souhaite revenir sur « l’homme ne change pas d'un poil, fondamentalement. »

Implicitement, cela signifie que l’animal humain n’apprend rien et que la grande aventure du progrès de son esprit n’existe pas.
Je ne peux absolument pas souscrire à ce qui pour moi est la négation pure et simple de cet attribut fondamental : l’espérance.

(En écrivant cela, je pense à l’éclosion morale du protagoniste principal–le capitaine Wiesler–que décrit l’excellent film « La vie des autres »)

… … … …

Je pense que votre texte s’achève hélas où il aurait efficacement pu commencer : dans la description des retrouvailles de Joss et Foya.
J’aurais aimé les voir se faire créateurs par l’échange d’un baiser d’espérance.

… … … …

Tant pis !

Contribution du : 10/01/2020 01:11
_________________
Vers la table d’Anthyme.
Rien ne presse ... On ne meurt que demain.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Libre arbitre, merci !
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Comité Editorial
Évaluateurs
Auteurs
Correcteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 32779
Hors Ligne
Bon, entre Anthyme et Louis, Dugenou et Ours, je suis débordée

Dugenou qui dit :

"Bien sûr, je parle d'un temps où les ordinateurs et autres calculettes n"existaient pas... uniquement les règles à cacul ! La conquète spatiale s'est faite là dessus..."

Allons plus loin, Dugenou, elle s'est faite sur l'idée de compter, de définir si en face de toi tu as trois personnes ou quatre, et vas-tu t'en sortir s'ils t'attaquent ? Ou si dans ta brassée de racines que tu viens d'aller déterrer tu en a quinze ou vingt, c'est à dire assez pour nourrir ton petit monde. Et sur l'idée abstraite d'une invention phénoménale : le zéro.
Bref, la fusée, si elle va haut, elle vient aussi de loin !
merci pour ton intervention, pierre à ce petit édifice en forme de fil qu'on étire à volonté.

Et Ours qui s'en va chez Spinoza
Et tu as parfaitement raison, Ours, j'adhère à 100% sur cette notion de libre arbitre : nous en avons des fragments, chacun développe le sien dans le "secteur" qui lui convient. Mais le libre arbitre total n'existe pas.
Disons qu'humblement, à déjà apprendre à dire "non" positivement, c'est à dire après raisonnement, c'est déjà pas mal. Et tant qu'on y est, pour le "oui" aussi, après raisonnement, ça pourrait faire du sens.

Louis
C'est un tel plaisir que d'avoir des lecteurs qui ne tournent pas autour du pot des mots et le prend pour ce que l'auteur a voulu le donner. Les nuances de la langue sont une richesse qui n'est pas toujours exploitée en lecture.
Tu dis " le vieux préjugé qui confond reproduction et sexualité risque de passer pour une vérité chez le lecteur, s'il ne reçoit pas de critique justement dans un texte à visée critique"
Je n'y ai pas pensé dans ce sens-là.
C'était plutôt pour illustrer qu'une fonction qui ne sert plus à rien (les organes reproducteurs) il n'est pas pour autant envisagé qu'on s'en serve pour le plaisir, qui n'est pas, plus une notion en cours.
Nous sommes dans une société (dans la nouvelle, je veux dire !) où chacun a une place efficace. Froide mais efficace.
Je pensais avoir un peu insisté (mais si peu) en écrivant que la mère de Joss, après la grossesse, a été "affectée" loin. je prenais ici le mot dans ces deux sens, l'un disant, l'autre sous-entendant. Or, il n'est pas sustainable (je ne sais jamais comment traduire ce mot en frs, entre durable et soutenable, le sens diffère) que les parents de Joss prennent le goût, qui ressurgirait, de faire l'amour pour faire l'amour.
Alors, je ne sais pas si dans ma tête c'est attaquer la morale. c'est plutôt pour attaquer cette sacro-sainte foutue efficacité qui est le dieu tout puissant d'un monde qui marche. Qui marche sans qu'on s'attarde en route.

Du coup, je crois que je m'égare et que je suis sur le point, là comme ça tout de suite, d'écrire une nouvelle...

Et maintenant Anthyme :
tu aurais voulu que Joss et Foya s'embrassent. Mais peut-être le font-ils, peut-être non, qui peut savoir ?
Ce qui est important n'est pas qu'ils le fassent, Anthyme, mais qu'ils en aient la possibilité.

L'homme, fondamentalement, reste le même : nous pouvons tout à fait être en désaccord sur ce point. Mais tu dis que dans ce cas, il n'y a plus d'espérance. Non, Anthyme, c'est l'inverse : si tu sais de quoi tu es fais depuis la nuit des temps et que tu l'admets, tu peux sans doute mieux faire avec ce qui te compose, plutôt que de chercher ce qui certainement inaccessible, puisque l'homme a toujours et encore le même comportement.
l'histoire et l'actualité nous le montrent tous les jours.

Voilà.
Un très grand merci à vous tous, c'est un beau cadeau que d'accepter de passer ainsi du temps sur un texte.

Allez, je vous fait le coup des chocolats !

Contribution du : 10/01/2020 10:37
_________________
Personne n'est Étranger sur Terre.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Libre arbitre, merci !
Visiteur 
S'il a perdu son temps à compter au lieu de prendre ses jambes à son cou, c'est pas ce bonhomme là qui a inventé le calcul, hersen... seul contre quatre --> il est mort.

Contribution du : 10/01/2020 11:53
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Libre arbitre, merci !
Maître Onirien
Inscrit:
03/05/2015 18:24
De Algarve
Groupe :
Comité Editorial
Évaluateurs
Auteurs
Correcteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 32779
Hors Ligne
J'en ai bien peur, Dugenou ! ce qui me fait dire qu'il ne savait pas bien compter/évaluer. S'il avait compté deux, va savoir, il aurait vécu et grâce à son intelligence transcendée, on serait déjà sur Mars !

J'adore tous ces petits délires

Contribution du : 10/01/2020 12:01
_________________
Personne n'est Étranger sur Terre.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 »





Oniris Copyright © 2007-2022